Aujourd'hui, enfin il serait temps, je suis allée faire mes courses de Noël. Mieux vaut tard que jamais. Donc avec ma petit maman nous sommes parties à Cannes, sommet de la bourgeoisie et du snobisme azuréen. Entre Dior, Kenzo et Yves Saint Laurent, nous avons réussi (oui cela peut-être considéré comme un exploit) à trouver (presque) tout les cadeaux pour (presque) tout le monde à des prix relativemment raisonnables pour nos portefeuilles respectifs, mais ils sont quand même vides ce soir :( Faire des économies en faisant ses courses de Noël, je crois que c'est légèrement incompatibles. Mais je ne perds pas espoir !
Entre les vieilles en manteau de fourure s'habillant façon bimbos et les gamines de 12-14 ans sapées comme britney spears (pas de majuscules s'il vous plaît) dans son dernier clip, j'ai entraperçu des anciens ami(e)s à moi. Ils n'ont pas changé, moi oui. D'ailleurs, aucun ne me reconnaît. Je les vois, ils sont toujours pareils que lorsque je les ai quitté, évoluant toujours dans la même sphère sociale dans les mêmes endroits. J'ai l'impression qu'ils stagnent et que moi j'avance. Mais je ne suis pas certaine que le fait d'avancer soit meilleur...
Je n'aurais pas du regarder ce film (cf post juste en dessous), j'ai la trouille qu'un lapin géant et effrayant se trouve derrière moi. Attention, je me retourne. Ouf, personne. Mais je sens que je vais mal dormi. Trouillarde, moi ?! Mais non quelle idée !!