Vu de ma fenêtre, y'a que des bâtiments
Si j'te disais que je vois de la verdure, tu saurais que je mens
Et puis pour voir un bout de ciel, faut se pencher franchement*

Vu de ma fenêtre, je vois les gens qui rentrent chez eux
Les filles d’en face qui vivent à 4 dans un appart,
Se couchent à 3h du mat passées et se lèvent après midi
Vu de ma fenêtre, je vois aussi le black bien foutu
Qui était dans ma fac et chaque année y changeait d’étages
Du rez-de-chaussée, il est passé au quatrième.
De l’autre côté, y a ma voisine du 5ème qui traîne dans la rue en sous-vêtements, la nuit
Et que les crs ramènent chez elle.
Y la vieille qui fait des courses 3 fois par jour, tous les jours de la semaine
Puis le gars qui squatte constamment son garage
Et trafique sa bécane.
Et y a le pervers aux yeux verts qui vit juste au-dessus de ma tête,
Celui qui se penche pour me mater, un jour il va tomber
C’est sûr.
Côté porte, ma voisine la pute a déménagé
Un petit informaticien l’a remplacé
Depuis deux mois, j’ai aussi un nouveau voisin
Un homme mature célibataire, bien gentil ma foi
J’ai failli oublier de parler du gars du bout du couloir
Celui qui invite mes copines à attendre chez lui le temps que je rentre…
Dans mon immeuble, c’est souvent le bordel
Y a bien des cris, bien des bruits, bien des pleurs et bien des rires
Dans mon immeuble, je végète et j’observe
Tout ce monde qui grouille derrière la porte, derrière la fenêtre
J’suis loin de connaître tout le monde
Cent apparts sur deux bâtiments, ça en fait des gens
Tout ce monde qui vit là, à quelques mètres de moi
A quelques mètres de mes fesses posées sur cette chaise
Tout ce monde qui m’inspire, un peu trop mais vraiment

Pastiche du texte de Grand Corps Malade - Vu de ma fenêtre
* phrases extraites de ce même titre