Envoyé spécial – le Qi en questions
Nice, une école de surdoués.
Je suis choquée, une classe où la prof se vante de n’avoir que des bons élèves et personne à la traîne, que des élèves surdoués avec un Qi au-dessus de 125.
Tout le monde est très fier de ça.
Moi je trouve que ça sent bon l’élitisme, la race pure, les forts uniquement. Je trouve que ça sent mauvais.
Je ne conçois pas l’éducation comme cela. Pour moi l’éducation, c’est avant tout de donner le goût de la connaissance, de la découverte et d’amener ceux qui ont des difficultés à un meilleur niveau, leur donner les moyens d’y parvenir. Tout ce travail là est intéressant.
Mettre quelques bambins sur un piédestal est pour moi monstrueux et ne présente aucun intérêt, ça sent plus le marketing que la véritable éducation. Le marché de l’intelligence.
C’est du bourrage de crâne. Faire des enfants des machines à réfléchir sans épanouissement, une course à la performance avec les parents en tant que bourreaux-coacheurs.
Surtout que, pour moi, le Qi ne fait pas tout, bien au contraire. En travaillant, on peut se donner beaucoup de moyens que l’on avait peut-être pas forcément au départ. Le travail devient un accomplissement, un enrichissement.
D’autant plus, que moi-même, je ne pense pas avoir un Qi très élevé, vu mon pitoyable niveau en logique et tous ces trucs-là ; mais ça ne m’a pas empêché de réussir mes études jusqu’à présent. Alors certes peut-être pas avec des moyennes excellentes, mais l’important n’est-il pas de réussir ?
Ça me fait très peur pour l’avenir tout ça, que les parents peuvent être cons parfois…