Je me traîne une fatigue lancinante et sourde, sournoise même. Une fatigue dure à déterminer, qui s'abat d'un coup, n'importe quand.
Elle est plus intellectuelle que physique.
Elle ne ralentit pas mes pas mais elle m'empêche de réfléchir, de mettre mes idées au clair, d'écrire.
J'ai peur d'être une fille sombre et pessimiste.

Ce bilan de compétences n'était qu'une fausse bonne idée, presque une excuse.
Le faire avec ma cousine était une idée encore moins bonne.
Peut-être que je sais vaguement ce que j'aime plus et ce que je ne veux pas.
Mais je n'ai toujours pas de job et la boutade du jour, est qu'une insertion professionnelle (comme je fais actuellement) dure entre 6 mois et un an.
Un an !
Même si ça ne dure que 6 mois, il est impossible que je passe autant de temps à faire des enquêtes métiers
(interviews et rencontres de gens qui bossent dans les métiers que j'ai choisi).
Personne ne fait ça.
Ma cousine m'a même dit que je devais choisir entre un projet de vie et un projet professionnel. Sous-entendu, est-ce que je veux travailler ou me marier, faire des gosses et rester à la maison.
J'avais pourtant défini tout cela au départ.
Mais j'ai l'impression que ce n'était qu'une des tentatives déguisée (ou pas) de certains membres de ma famille, qui veulent savoir si, maintenant que j'emménage avec mon copain, on va se marier bientôt.
Tout le monde se fait des films, petit budget grande échelle.

Ça fait quelques jours que j'y songe mais je crois que je vais arrêter ce bilan et me trouver du boulot.
Je veux me débrouiller seule.
J'en ai assez de compter sur des gens pour au final, ne rien avoir de plus que si je m'étais démerdée seule.

p.s : merci à tous pour vos commentaires sur la petite aiguille, j'y réponds dès que je peux.