On avait quitté Bella en proie à des grands questionnements fondamentaux (Edward ou Jacob ? Immortalité ou mortalité ?), on lui a soufflé la réponse mais ça n’a pas suffit et Bella a décidé de répondre favorablement à la requête d’Edward.
Elle s’apprête donc à épouser ce dernier.

109m4winPour l’histoire, je n’en raconterais pas plus. Pour ceux qui veulent savoir ce qui s’y passe, je me ferais un plaisir de répondre à leurs questions par mail.
Bref.
Bella épouse Edward et le mariage est à l’image du jeune homme…

Ce tome-ci présente une originalité (amorcée avec la fin du tome 3) et l’histoire se divise en 3 grandes parties dont une racontée par Jacob. On change donc de narrateur. Ce n’est pas mal, ça donne un nouveau point de vue et le personnage de Jake étant extrêmement sympathique, sa partie est à son image. Ce qui met un peu de fantaisie et d’humour dans la saga.
Bon ça aurait été encore mieux si Stephenie Meyer avait décidé de tout faire en utilisant un narrateur extérieur…mais ça demande plus d’imagination que pour un roman à la première personne.
Révélation est semblable à la saga : complètement inégale !
Toute la première partie contée par Bella est d’un ennui total, dans la même veine que le 3. Niveau niaiserie, on atteint de sommets avec le mariage et le voyage de noces (mais enfin ça baise ^^). Et même si celle de Jacob est agréable à lire, elle est assez dénuée d’intérêt, n’apportant que peu à l’histoire.
Ça change quand on passe à la dernière partie où on retrouve Bella en sacré mauvaise posture et prête à être transformée…
C’est intéressant de suivre tous ces changements, de lire ses pensées, ses idées plutôt que ses descriptions insipides d’Edward. Et ça devient vraiment captivant quand Bella refait surface, vampirisée, et que tout s’enchaîne. Il faut quand même attendre la page 400 (ou presque) pour ça…
Les 19 derniers chapitres valent le coup. Bella est sûre d’elle, et même si sa fragilité pouvait plaire, elle se découvre de nouveaux aspects. Sa confiance en elle l’a rend plus sympathique. Ce qui me dérange un peu, je me suis rendue compte en lisant un commentaire d’internaute sur amazon, que l’auteur donne une image qui est celle que les gens forts, beaux et riches réussissent. Une espèce de supériorité qui rend l’humain presque inutile. Et cela se voit avec Bella qui n’avait rien dans la cervelle (je suis un peu sévère) pendant les 3 tomes et qui là se révèle avoir une intelligence extraordinaire. C’est dommage de ne pas avoir donné plus de dimensions aux humains…
Comparativement, le dernier chapitre amène une fin rapide. On dirait que l’auteur n’ayant plus envie de continuer, a torché une fin vite fait mal faite… c’est trop abrupt, trop facile. Les chapitres précédents auraient mérité quelque chose du même niveau, de plus poussé, réfléchis.
On a un bon pic d’excitation du milieu à la fin du livre mais qui retombe lourdement !

On a donc une série avec un super tome et demi, le reste peut se passer d’une lecture approfondie (malheureusement). Il y avait vraiment matière à faire quelque chose de bon avec cette histoire d’amour femme/vampire mais trop de niaiseries, accompagnée d’une traduction minable (d’ailleurs, je ne comprends pas que l’éditeur n’est pas viré ce Luc machinchose après le 1er tome !), un exemple que j’ai noté « Pour moi, l’heure est venue de la guerre ».
Ce n’est pas compliqué à la relecture, de voir qu’il vaut mieux dire « Pour moi, l’heure de la guerre est venue » non ?
Je ne sais pas si c’est l’auteur qui manque de synonyme ou le traducteur qui avait du mal mais c’est fou ce que Bella s’est répétée ! Je crois que je n’avais jamais lu autant de fois « son (superbe) torse marmoréen ». Ah on en bouffe des descriptions abusives du corps magnifique d’Edward.
Je radote mais c’est pour conclure :
- il aurait mieux valut écrire ces livres à la 3ème personne
- construire une vraie mythologie des vampires, quitte à en créer une nouvelle
- donner plus d’importance aux nombreux personnages secondaires, les vampires mais aussi les Quileutes
- et supprimer Edward ^^