C’était un jour où je triais mes affaires, ce que j’allais emmener chez moi, ce que j’allais laisser chez mes parents. Je triais, je plongeais dans une myriade de souvenirs, de moments passés, joyeux ou non, et c’est inévitablement que je tombais sur des photos de moi ado.
Très exactement, il y a 9 neuf ans, au mois de juillet. J’allais sur mes 16 ans, c’était un anniversaire et je portais une robe où tout un tas de couleurs se mélangeaient. Se mélangent.
Parce que tout le problème est là, je possède TOUJOURS cette robe. Elle est accrochée à un cintre dans ma penderie toute neuve. Et en voyant ces photos, ça a fait « ding ! »
Comment à bientôt 24 ans, je peux encore avoir des habits de ma période adolescence dans mes placards ?!
Certains je les garde parce que je les aime, même si je ne les porte plus comme mon débardeur Gap ou mon jeans fétiche tout destroy. Mais les autres, ils sont toujours là. Je ne les porte plus, je ne les regarde même plus. De toute façon, je rentre tout juste dedans. Mais jusqu’à présent, je ne les ai pas encore jetés.
On pourrait s’attarder sur le pourquoi. Et le plus évident, celui qui vient en premier, est parce qu’une partie de moi refuse de grandir et d’avancer. Sans vouloir revenir à cette période, je ne suis pas totalement motivée pour recevoir celle qui arrive.
Peut-être…
On pourrait se perdre en élucubrations psychologiques longtemps, je suis un cas. Et je crois qu’un jour, il faudra que je me fasse psychanalyser.
Mais c’est une autre histoire. Ce qui compte, c’est que dans ma tête, j’ai décidé d’entamer un grand tri. Et de me débarrasser des habits qui remontent à des moments trop lointains. Je tri.
Et j’ai bien l’intention de ne garder que ce qui a 3 ans ou moins. Plus que 3 ans, que dans des cas très rares qui seront étudiés profondément par une commission ^^
Le défi de la rentrée, c’est le tri. D’arriver à me débarrasser des ces habits qui ont fait partis de moi mais qui n’en sont plus aujourd’hui.
Y a plus qu’à, comme on dit.

tri