C’est l’heure des derniers bains de mer. Comme chaque année, une mélancolie hivernale me gagne. Le soleil se fait plus bas, plus discret, sa morsure est moins brûlante. On recommence à sortir dans l’après-midi. Il y a un léger vent frais qui souffle dans l’appartement et définit des ombres singulières.

C’est l’heure des derniers bains de mer et c’est aussi l’heure de la rentrée. Il est tombé quelques gouttes dans la nuit précédant ce jour, fatidique pour des milliers de bambins. Ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu ce bruit.
Un temps de rentrée des classes.
Et pour la première fois depuis que j’ai eu 3 ans, je n’ai pas de rentrée scolaire. Je n’ai pas de projets.
Demain j’ai 24 ans et je pointe au chômage. Je ne sais toujours pas quoi faire et il n’y a toujours pas de poste.
C’est la rentrée et je reste encore à la maison, comme des vacances qui se prolongent.
Des vacances déprimantes, des vacances qui ne donnent pas envie de s’amuser.
C’est la rentrée et je ne reprends pas le travail mais je continue de me lever le matin. Mais jusqu’à quand ?
Pendant combien de temps je vais réussir à me motiver. Parce que bon rester à la maison, ça m’évite peut-être d’avoir la grippe A, certes, mais ça m’évite aussi de rencontrer des gens, de m’investir pour quelque chose, de me dépenser, de changer de cadre, d’augmenter le montant sur mon compte en banque, de me sentir soulagée et un peu insouciante.

C’est l’heure des rentrées et je bois mon cappuccino en écoutant RMC. Je pense à cette journaliste soudanaise, Lubna Ahmed al-Hussein qui pour avoir porté un pantalon, est en prison. Le port du pantalon est jugé indécent par la police des mœurs, c’est même écrit dans le code pénal.
Je ne suis rien mais je soutiens son combat.
C’est l’heure de la rentrée, je n’ai pas de projets alors je me plonge dans l’info. On dira que c’est mieux que la vodka ^^