Maintenant que je suis une femme d'affaires, chef d'entreprise (^^), je me suis mise à lire Challenges – ben oui, il faut au moins ça !
Plus sérieusement, j'ai acheté ce numéro pour sa Une « Les Princes Noirs de la Net Economie : comment les patrons de Facebook, Google, Amazon, WikiLeaks... transgressent les règles »
Un dossier de plusieurs pages décryptant les bad guys de la toile et principalement le fondateur de Facebook en 9 points, rangés en plusieurs catégories : les profiteurs, les prédateurs, les voyeurs, les pilleurs. Et ce que je peux vous dire, c'est qu'on en apprend des belles !
Vous serez par exemple ravis de savoir que lorsque Google a photographié toutes les rues du monde, a, en même temps (et comme par hasard), « aspiré » toutes les informations entrées sur les ordinateurs des habitants pour peu que le wifi ait été activé... adresses emails, numéros de compte, documents divers en ligne, et j'en passe.
Ou que le PDG de Facebook voulait s'attribuer une licence perpétuelle qui lui aurait permis d'utiliser comme il le souhaitait toutes les données des utilisateurs.
Les exemples s'enchaînent mais pas sans réflexion. Tous autant qu'ils sont bafouent le respect de la vie privée, maîtrisent les évasions fiscales, mettent à mal la presse et l'édition, et nous utilisent sans vergogne comme des pions sur l'échiquier du business.
« Facebook n'est pas seulement une belle communion mondiale virtuelle, c'est une machine à cash d'une rapacité peu égalée. »*

On pourrait croire que je critique un outil dont je me sers énormément, ce n'est pas tant l'outil  qui est dangereux mais l'utilisation abusive que des dirigeants peuvent en faire. Ceux qui me connaissent  savent à quel point je n'apprécie Facebook et son système et ce dossier me conforte dans mon avis.
Dossier très intéressant au demeurant, à lire pour s'instruire et pour être conscient de toute ce qui se passe derrière notre écran.

*Challenges du 24 février au 2 mars 2011, p, 58 à 70