Il y a quelques temps, j'avais vu un reportage à Global Mag (très bon magazine sur Arte que je vous conseille très vivement) sur le mouvement No Kids.
En quelques mots, le mouvement No Kids ce sont des couples qui décident de ne pas faire d'enfants pour des raisons écologiques. Selon eux, un enfant est un consommateur et un futur pollueur. D'un certain côté, ils n'ont pas forcément tort, il m'arrive de me sentir proche de ce genre de raisonnement. Logiquement, ça m'a amené à réfléchir sur le bien-fondé d'avoir un enfant dans le monde d'aujourd'hui.
Je reconnais que je ne suis pas très optimiste, mais, quand je vois comme je galère, comme mon futur est incertain. Je n'ai pas très envie, en toute connaissance de cause, de mettre un enfant sur terre dans un monde comme celui-là.
Ce monde où à douze ans, les filles ne sont plus innocentes, ici les adolescents sont élevés aux films porno s'imaginant très naturellement qu'en vrai ça se passe pareil, où la domination est celle d'une femme juste sexy d'un côté ou toute voilée de l'autre, d'un gouvernement et d'une économie dont le seul réel intérêt est de s'en mettre toujours plus dans les poches...
Sans oublier que les arguments de ces écolos sont vrais... Bien évidemment, on peut réduire cet impact mais au final, le nouveau-né sera toujours plus polluant que s'il n'était jamais né.
Je suis consciente que, pour certaines personnes, avoir un enfant est sacré, inévitable, et que mon discours paraîtra probablement affreux. D'autant plus que je ne ressens pas ce besoin qui transforme la femme en mère. Y paraît que c'est parce que mon horloge biologique ne s'est pas déclenchée, je l'en remercie vivement ! ^^
Quand je vois tous ces couples qui font des enfants pour des tas de mauvaises raisons et qui finissent par ne plus s'en occuper car ils se sont finalement lassés de ce jouet qui crie, qui impose, qu'on ne sait pas plus éduquer.
Je préfère, dans le contexte actuel aussi bien politique, économique et écologique, pencher du côté de l'adoption. Plutôt que de créer un humain de plus qui n'a rien demandé, sortir un enfant déjà présent sur terre d'une vie de soucis pour lui offrir une meilleure existence...
Peut-être que je changerais d'avis. Honnêtement, je ne pense pas que ça arrive. Si c'est le cas, j'aimerais que quelqu'un me foute des baffes le jour où j'agirais de façon idiote avec mes peut-être futurs enfants. Et je ne remercierais jamais assez mes parents pour ne pas me demander sans cesse quand est-ce qu'on leur fait des petits-enfants !
Je crois qu'aujourd'hui, il faut bien réfléchir avant de faire un enfant et pas seulement penser à ces propres envies. Ce n'est pas comme il y a 50 ans, on ne peut plus faire des enfants dans l'insouciance, il faut penser, prévoir ce que sera son futur, quels choix il aura, quelles possibilités, quelles seront ses conditions de vie et surtout ne pas croire qu'il s'en sortira mieux que le fils du voisin car le problème n'est pas personnel, il est absolument global.