J'ai descendu le chemin en terre sous quelques gouttes de pluie. J'étais prête. Mon souvenir aussi. Je suis sortie de cette première séance totalement ravie. Cela se passe en fait très simplement. Je suis assisse et je pense à mon souvenir, si d'autres viennent s'intercaler au milieu ce n'est rien, je les laisse venir. C'est un état proche du sommeil, semblable à ce que l'on ressent juste avant de s'endormir, en demi-veille. Et lors de cet état où je suis parfaitement détendue, le thérapeute me parle. Enfin plus précisément il parle directement à mon inconscient qui est accessible du fait de cette somnolence. Je ne dois pas écouter ce qu'il me dit, je dois même ne pas me rappeler ce qu'il m'a dit au risque de compromettre la séance.
On perçoit son corps en détail, on sent des mouvements imperceptibles, parfois même une lévitation des mains (dans 10/15% des cas). J'ai eu des fourmis dans la main droite, je l'ai senti légèrement bouger, elle était à la fois légère et alourdie, c'était une sensation très étrange. À la fin, je n'avais pas envie d'ouvrir les yeux, enfin plus exactement je n'arrivais pas à décoller mes paupières.
Pour le médecin, c'était une très bonne séance car d'abord j'ai réussi à m'isoler, à ne pas écouter sa voix, ce qui est rare pour une première séance car les gens sont plutôt curieux et ont tendance à écouter ; et je ne voulais pas ouvrir les yeux, ce qui signifie que j'étais bien.
J'ai l'impression d'être totalement réceptive. Et je pense vraiment que ça peut marcher.
Les autres rendez-vous sont déjà pris. Je ne demande qu'à poursuivre, changer, m'améliorer, être plus forte, plus sûre.