Je ne l'avais pas revue depuis la fac, enfin plus exactement depuis ce jour où nous avions préparé mon appartement ensemble avant que j'y emménage. Ça remonte. Croisée quelques fois au hasard des couloirs de la fac, des événements, sans plus. L'an dernier, le contact avait été un peu rétabli.
Mais en ce début d'année, elle est revenue vivre chez sa mère après une rupture. Sa mère habite la même résidence que moi, l'immeuble au-dessus.
Il était devenu facile de nous voir. Elle m'appelait vers 17 heures et descendait passer du temps avec moi, chez moi. Fumer ses clopes, quelques joints, à 26 ans elle se cache encore pour fumer, boire un verre de vin, une bière, elle a mangé avec nous plusieurs soirs. C'était plusieurs fois par semaine.
Parfois c'était  un peu chiant car elle appelait relativement souvent. Je n'étais plus habituée à avoir une amie si présente à la maison. Mais finalement je trouvais que c'était pas mal, même si j'aurais aimé pouvoir aller chez elle en retour, histoire de sortir de chez moi. Ce n'est pas arrivé.
On se voyait, on parlait, enfin elle parlait, de sa rupture, de son avenir, de son école, j'écoutais. L'écoute était un peu à sens unique mais j'avais une amie qui venait à la maison. C'est une denrée tellement rare.
Et puis elle s'est remise avec son copain, elle est retournée vivre avec lui, même ville, à 5 minutes de chez moi. C'était en juin. Je ne l'ai plus revu depuis. Peu de nouvelles par sms ou téléphone.
C'est pas que je sois blessée mais je suis de nouveau déçue et j'ai comme le sentiment qu'elle s'est servie de moi. C'était pratique pour elle de m'avoir comme ça, à 200 mètres. Un endroit où elle pouvait fumer, boire, parler de sa relation, un genre de semi-liberté en dehors du domicile familial. Et depuis que tout s'est résolu avec son homme, elle m'a juste oublié, comme ça.
Je me sens relativement flouée.