New York, les années 2000, quelque temps avant In Tenebris...
Quand j'ai lu dans le résumé le nom de Brady O'Donnel, je me suis dit que ça ne pouvait pas être une coïncidence. Dans ce roman, on découvre ce qui est arrivé au mari d'Annabel O'Donnel que l'on a accompagnée dans In Tenebris puis dans Maléfices. Brady est reporter, après le bouclage de son dernier article, il se sent lassé, mou, presque mort. Sur un coup de tête, il contacte Rubis, jeune actrice porno envoûtante. Elle se donnera la mort devant Brady, le poussant à chercher, à comprendre, comment peut-on en arriver là ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui se fait qu'on accepte de se livrer à la Tribu ?

La promesse des ténèbres ouvre la porte des Enfers, d'un monde glauque, sombre, où la perversité règne. Je peux dire sans aucun doute que c'est le plus noir, le plus affreux des livres de Maxime Chattam (encore que je viens de commencer Prédateurs et que c'est pas mal non plus !). On plonge littéralement dans les abîmes de la ville, New York, où la verticalité des buildings se heurte à la profondeur des souterrains dans lesquels se sont réfugiés tous les exclus de notre société. On s'enfonce toujours plus loin pour parcourir le microcosme sinistre de l'industrie pornographique underground.
La promesse des ténèbres
Ce récit alterne l'enquête de Brady qui espère à la fois comprendre Rubis et sauver son couple qui s'englue dans la monotonie quotidienne ; et aussi l'investigation officielle d'Annabel et son coéquipier, Jack Thayer, qui ont récupéré l'affaire et ne partagent pas totalement la thèse du suicide...

J'ai bien aimé ce parallèle, Brady qui ne veut pas avouer à sa femme qu'il était sur les lieux mais avide de glaner des informations, l'alternance des points de vue et le fait que les indices trouvés par les uns ne sont pas toujours trouvés par les autres. On suit Brady comme une ombre et l'angoisse augmente, toujours plus. J'ai apprécié connaître Brady, découvrir un autre aspect de son couple, une autre facette d'Annabel, retrouver Jack Thayer pour un petit moment. Le personnage de Kermit est très impressionnant, surprenant. Quant à la Tribu, ils sont tout simplement écœurants, affreux, se livrant à l'indicible, à l'impensable. 
On entrevoit un côté de New York que l'on imagine pas, une vie souterraine obscure très bien décrite. Le roman est superbement maîtrisé, faisant croître le suspense, jusqu'au bout, jusqu'à la fin, stupéfiante. Il y a des passages très trashs, assez violents, pas forcément physiquement d'ailleurs. 

Un thriller parfait, oppressant, stressant, où le personnage principal va aller au bout de ce qu'il peut supporter, au bout de ses limites. 
Totalement captivant, un livre qu'on ne peut absolument pas lâcher avant la dernière page. Que se passe-t-il lorsqu'on écoute la promesse des ténèbres...?