L’histoire : Andrew, Matt et Steve sont trois lycéens ; un soir de fête, dans une grotte, ils entrent en contact avec un substance colorée, étrange. Ils découvrent rapidement qu’ils possèdent des pouvoirs extraordinaires et décident d’en explorer toutes les possibilités. D’abord euphorique, l’expérience bascule peu à peu…

Au vu de ce résumé, on pourrait croire à un énième film de lycéens, à un énième film de super-pouvoir… mais non. Chronicle est bien plus que cela, bien plus qu’un film d’ado. Contrairement à X-Men ou Spiderman, l’histoire ne s’attache pas à créer des supers héros défenseur d’un monde en péril. Elle se concentre sur l’évolution des personnages, le côté psychologique, la nouveauté des pouvoirs couplée à la puissance de l’adolescence  et de ses complications. On suit donc Andrew, Steve et Matt qui se sont pas vraiment amis avant cet évènement mais qui deviennent inséparables. On s’attarde particulièrement sur Andrew, détenteur de la caméra et personnage principal du film, un personnage fragile, en rupture, qui ne trouvera pas dans ses nouveaux pouvoirs la reconnaissance qu’il espère tant.
Le suspense est total, on est déstabilisé par le changement de genres, on s’attache à ce trio affectueux servis par trois acteurs à suivre : Dane DeHaan (Andrew) avec son air à la Di Caprio, Alex Russell (Matt) et Michael B. Jordan (Steve).  C’est d’ailleurs grâce à eux que le film passe si bien, ils rendent vraiment le truc détonant, pour une fois, on a pas l’impression de regarder un truc conventionnel.

C’est un film prenant, la musique est au poil. Brossant un portrait parfait des ados d’aujourd’hui, Chronicle revisite le film de super héros, boosté par des effets spéciaux surprenants mais très bien foutus. La réalisation façon Blair Witch, caméra à l’épaule, aurait pu donner mal au cœur mais elle est très soignée, les cadrages travaillés.
Chronicle c’est à la fois, un super film d’ado, euphorisant, dont la bonne humeur des personnages est communicative, servi par des dialogues très souvent drôle qui créent un climat de fantaisie et d’assurance que va contrebalancer la deuxième partie du long métrage.
Chronicle, c’est aussi un drame, extrême, sur un adolescent déboussolé possédant des supers pouvoirs… je vous laisse imaginer le truc  ! Superman et Sylar peuvent aller se rhabiller ;-)
Je pensais que j’aimerais bien mais j’ai carrément adoré, Josh Trank réussit son truc, c’est jouissif et c’est doucement qu’il va faire son chemin vers le « panthéon des pop-corn movies cultes ».


source : allocine.fr © Twentieth Century Fox France