Grâce à une de mes clientes, j'au eu entre les mains ce polar de Ken Follett.
Toni Gallo a été récemment promu chef de la
peur blanche sécurité du laboratoire Oxenford Medical où on travaille activement à la découverte d'antidotes et de vaccins pour contrer les plus graves maladies terrestres (sida, cancer, ou le madoba-2, forme foudroyante du virus Ebola). En cette veille de Noël, elle découvre un des médecins du laboratoire mort, chez lui, contaminé par le Madoba-2. Comment, dans ce labo hautement sécurisé, le virus a-t-il pu sortir ? La crise est là, les médias s'en prennent au laboratoire, la sécurité est renforcée et la neige commence à tomber abondamment sur l'Ecosse.
Tout cela complique le plan de Kit, fils de Stanley Oxenford, qui prévoit le cambriolage du labo par vengeance mais également pour payer ses dettes de jeu. Tout ne se passera pas comme il l'avait prévu...

La quatrième de couverture, à mon avis, donne beaucoup trop d'informations sur le contenu de l'histoire et en gâche une sévère partie. Elle est de plus légèrement mensongère car elle fait miroiter une longue prise d'otages et une négociation âpre, alors que ce n'est pas du tout ça. Pour continuer sur « l'emballage », l'édition France Loisirs est bourrée de fautes d'impression et de relecture...
Le récit se divise sur trois journées, la veille de Noël, Noël et le lendemain de Noël, les chapitres sont découpés en heure. L'action se déroule sur peu de temps et c'est principalement la force du suspense. C'est bien écrit et bien rythmé. On découvre la famille Oxenford et le domaine familial Steepfall, j'ai beaucoup aimé ces descriptions, cette grande famille, ces querelles, ça m'a un peu fait pensé à Millénium et à la famille Vanger. Il y a beaucoup de personnages, dans l'ensemble corrects même si les méchants font un peu cliché, à part Daisy qui est tout simplement terrifiante. Toni est un personnage très agréable à suivre malgré quelques réflexions et réactions un peu trop midinettes pour une nana de presque quarante ans.

Je l'ai lu en quelques jours et pourtant le plus gros couac de ce livre, c'est bien le fond de l'histoire. Ok il a une histoire de virus mortel très dangereux mais j'ai trouvé que c'était facile car dans le fond, il ne se passe presque rien. Principalement à cause de la neige qui paralyse le pays mais ça fait des beaux paysages. Il y a pleins de rebondissements qui sont trop gros pour faire mouche. La première fois, on dit « oui pourquoi pas » mais, quelques pages plus loin, on finit par penser « hum pas crédible, ça fait trop et trop vite ». Certains éléments sont hyper convenus, la romance est de trop, tout comme l'épilogue. Pourtant, il y avait tout pour faire une super histoire vraiment angoissante, mais ça tombe à l'eau, on se dit « tout ça pour ça ?! » Et je cherche encore à quoi sert le début avec Michael qu'on retrouve mort dans sa cabane au fond du jardin...

En matière de thriller scientifique, et de thriller tout court, on a vu mieux.