Maurice

Les oignons fondaient dans l'huile d'olive, doucement, l'odeur imprégnait ma cuisine et réchauffait mon cœur. La télé était branchée sur les JO, comme presque tous les prochains jours. Mon crumble courgettes/poivron était délicieux. En cuisine, comme dans tout le reste, j'ai envie de tout tester, trop vite parfois. Je n'ai toujours pas trouvé de cadeau pour le jeune homme qui fête ses 30 ans, le mois prochain. Quand j'étais petite, 30 ans était un âge hyper lointain, vieux avec mariage, enfants et break. Finalement, alors que j'y suis presque, je me rends compte à quel point tout cela est faussé. Je ne me sens pas vieille, je ne suis pas mariée et je n'ai pas l'intention d'acheter une voiture familiale. Et je ne suis pas en pleine crise à cause de ça comme Bridget Jones ou autres... Je me sens bien. Bon, il est évident que j'aimerais avoir réalisé plus de choses. De temps en temps, je me mets un coup de pression affreux pour finir par me dire "t'as pas encore écrit de livre ?! et alors ? ce n'est pas bien grave, t'es qu'au début de tout..."

Et finalement, c'est pas faux. C'est comme pour les voyages et le reste. Je repense à l'Île Maurice, à la perfection du lieu, du séjour, au soleil, au ciel chargé, à l'Océan Indien. Je voudrais souvent y revenir. Me retrouver chambre 218. Retrouver le bonheur d'être là-bas, avant que tout n'arrive.

Je suis très perfectionniste, peut-être trop parfois. Quand j'aime, je liste. Je veux tout connaître du sujet. Si c'est un auteur, tout lire de cet auteur. Ou tout voir de ce réalisateur. Tendance collectionneuse. C'est grave docteur ? Le plaisir de rayer un livre lu, une chose faite ; mon problème étant que les listes se remplissent bien plus vite que les éléments se rayent. J'ajoute 5 livres quand j'en raye une, j'ajoute 8 choses à faire alors que je n'ai encore rien commencé de la précédente liste. L'histoire du serpent qui se mord la queue. Redondance.
Des choses me manquent. D'autres pas.

Demain (ou après-demain), les films vus et livres lus pas mis à jour depuis trois mois (!)
Sur le Pulp Club, ma chronique commune avec Rael sur The Dark Knight Rises, la conclusion sombre et aboutie de la saga Batman de Christopher Nolan.
Aujourd'hui : la satisfaction de l'article accompli ;-)