Ceux qui me lisent depuis un certain temps savent que mes rêves sont souvent étranges, compliqués et relativement longs. J’y accorde un grand intérêt, j’aime m’en souvenir, me fixer dans leur étrangeté, conserver au réveil un peu de cette atmosphère si spéciale.
La plupart du temps, je rêve toutes les nuits et je m’en souviens presque à chaque coup. Il m’arrive même de rêver beaucoup de fois dans une nuit – non je ne me repose jamais ^^

L’autre nuit, j’ai d’abord rêvé que je vivais avec une grande famille américaine dans leur belle maison et qu’une émission de téléréalité venait les filmer. Y avait beaucoup de personnages, les membres de la famille, du tournage, des fils, des projecteurs, des caméras partout. Mon rêve était aussi brouillon que la maison.
J’ai ensuite rêvé que mes parents tenaient à tout prix à m’accompagner dans une station de ski où je devais y retrouver des gens, il fallait se dépêcher car on voyait des énormes nuages noirs s’avancer vers les montagnes enneigées, il fallait arriver et skier avant que la pluie ne tombe et enlève la neige, il était 16h et il ne restait plus beaucoup de temps. En plus, je cherchais partout dans un restaurant ma combi de ski que je ne retrouvais pas…

Et puis j’ai aussi fait un rêve encore plus spécial, très bizarre par sa forme. Cela fait la troisième fois que ça m’arrive et c’est un phénomène récent pour moi. Il s’agissait de l’histoire d’un homme d’environ 50 ans qui se faisait licencier et n’osait pas le dire, on voyait toute sa détresse, toutes ces interrogations. Je n’étais pas présente dans le rêve, je n’apparaissais jamais mais je savais tout ce qui se déroulait, tout ce que le personnage pensait. J’étais comme un narrateur extérieur, omniscient.
Habituellement, mes rêves s’organisent autour de mon personnage ou à défaut de mes proches. Là, absolument pas. Tout comme l’autre fois où j’ai rêvé d’un chevalier noir qui traversait des montagnes à la recherche d’une jeune femme brune très précise – mais je ne me souviens plus si c’était pour la protéger ou la tuer - pour atterrir dans un village abandonné au milieu d’une forêt de sapins.
C’est très marrant car on dirait vraiment des sortes de courts métrages en accéléré, des histoires qu’on pourrait continuer…

Et vous, avez-vous déjà rêvé comme ça, comme un narrateur, en dehors de la scène ? Ce qui reste de ces rêves, c'est qu'au matin, j'ai parfois envie de continuer à les faire vivre, version papier.