Depuis que j’ai commencé mon défi du top 50 des livres du 20ème siècle, j’en ai lu trois sur les 42 qui me manquent, voici quelques mots sur ce que j’en ai pensé :

petitprincenadja-breton01Gatsby

Le Petit Prince – Antoine de Saint-Exupéry

Un joli conte qui se lit vite, bien écrit, un peu naïf parfois, qui montre qu’il faut garder et retrouver l’enfant en chacun de nous. Un conte sur la symbolique de la vie dont chaque personnage croisé par le Petit Prince est l’incarnation d’un défaut. J’ai bien aimé ce récit qui n’est pas vraiment un livre pour enfant, d’ailleurs plus jeune, j’avais essayé de le lire et je n’avais pas tout compris, j’avais même arrêté la lecture en cours de route.

Nadja – André Breton

Bon autant le dire tout de suite, malgré son petit nombre de pages, j’ai eu beaucoup de mal à lire Nadja… l’écriture est d’un haut niveau avec des mots compliqués, des phrases longues, longues, coupées par des virgules et un roman (ou essai ?) bien trop abstrait à mon goût. On ne rencontre Nadja qu’au bout de plusieurs pages, le départ est une suite de réflexions de l’auteur auxquelles je n’ai pas vu trop d’intérêts. Dans ce roman surréaliste, je me suis plusieurs fois demandée où l’auteur voulait en venir, quel était le but. On ne sait pas vraiment si c’est un roman, une autobiographie, un essai, on veut nous faire croire que Nadja est réelle mais j’avais plutôt l’impression de croiser un fantôme au milieu des rues de Paris, des dîners, des œuvres d’art.
Je ne crois pas en garder un très grand souvenir par la suite et j’espère qu’il n’y aura pas beaucoup de livres de ce style-là dans la liste !

Gatsby le magnifique – Francis Scott Fitzgerald

A travers le regard de Nick, le lecteur découvre la vie de Gatsby, une sorte de dandy, riche et mystérieux, qui chaque soir organise des soirées avec toute la jet set du coin. Il y est évidemment question de musiques, de robes, de filles, d’amour, d’argent. J’ai été un peu étonnée que le roman soit raconté à la première personne car du coup, les informations que l’on apprend sur Gatsby sont forcément celles que le personnage a découvertes alors que l’on aimerait en savoir beaucoup plus sur lui. Il apparaît assez tard dans le roman, à la page 75 il entre concrètement en scène, laissant à Fitzgerald le temps de replacer le contexte et de faire, réellement, revivre cette époque.  

Tout à fait le style d’histoire qui peut coller au style flamboyant de Baz Luhrmann qui vient de tourner son adaptation avec Leonardo DiCaprio en Gatsby, Tobey Maguire en Nick et Carey Mulligan en Daisy.
Merci à Nathan pour l’envoi ! :-)

 
Allez plus que 39 ! ;-)