L’histoire : au lendemain de la mort de son père, le jour de son dix-huitième anniversaire, India voit s’installer dans la maison familiale, Charlie, un oncle dont elle ignorait jusqu’à présence l’existence. S’installe peu à peu un climat d’angoisse pour India et sa mère, Evelyn.

Stoker AffStoker-121129

Le nouveau film de Park Chan-wook, réalisateur d’Old Boy – que je n’ai pas réussi à regarder en entier – nous présente Stoker, un film à l’ambiance noire ponctué de références à Hitchcock. Ecrit par Wentworth Miller – oui, oui, le même que Prison Break – qui lui aussi est fan d’Hitchcock, Stoker revisite L’ombre d’un doute dans une réalisation impeccable. Soignée, magnifique, presque onirique, certains diront too-much, Stoker est une beauté visuelle, jouant avec la lumière, avec les ralentis, avec les sons qui collent si bien aux images, aux bruits amplifiés qui font frissonner qu’il s’agisse de bruits de chair maltraitée ou de bruits de passion étouffée. Ce film joue avec l’image, transformant des gros plans en d’autres gros plans, comme par exemple avec les cheveux de Nicole Kidman qui se transforment en champ de blé…

stoker_paysageLa bande-son, composée par Clint Mansell (Black Swan, Requiem for a dream…) complète à merveille les images de Park Chan-wook, électrique et angoissante.
Mais Stoker n’est pas uniquement un bel objet, c’est un film prenant, presque un huis-clos, au scénario tout en finesse et aux personnages machiavéliques. J'ai adoré l'ambiance de ce manoir britannique perdu au fond des bois dans une atmosphère très années 50 alors que c'est aux Etats-Unis au 21ème siècle. Mia Wasikowska est convaincante en lycéenne un peu déboussolée, son personnage est étrange et ambigu, décalé, un peu en dehors de la réalité, j’ai seulement regretté qu’elle soit parfois trop silencieuse… Nicole Kidman, en mère de famille très vite consolée, a juste ce qu’il faut d’élégance et de mystères pour ce rôle. Je regrette néanmoins sa bouche refaite qui lui donne parfois un côté un peu synthétique et figé.
Quant à Matthew Goode… oh là là, cet oncle qui surgit comme ça d’un coup avec ses lunettes et son cabriolet, son regard charmeur, ses yeux perçants, il est tout simplement magnétique, même quand l’oncle séduisant se change en oncle malfaisant… Il est so sexy !

StokerStoker1

Le film est très sensuel, il s’y dégage une aura sexuée assez forte – et assumée – quand Charlie défait sa boucle de ceinture en gros plan ou dans les moments intenses qui précèdent le tout premier baiser.

Tout au long du film, ceux qui ont l’œil et connaissent bien l’œuvre d’Hitchcock verront ici et là des références mais même sans cela, Stoker est un excellent thriller au scénario manipulateur – je n’ai absolument pas vu la fin arriver ! – avec un trio d’acteurs parfaits qui vous fera trembler autant de désir pour Charlie que d’angoisse pour India.

Stoker2stoker-nicole-kidman-mia-wasikowska piwithekiwi

 

stoker-facesource : Allocine.fr © Twentieth Century Fox France