L’histoire : Walt Disney cherche depuis 20 ans à adapter le roman préféré de ses filles, Mary Poppins de Pamela Lyndon Travers. Se heurtant à des refus continus, il finit par avoir l’occasion de montrer son projet à Pamela Travers quand, suite à des besoins d’argent, elle se rend – la mort dans l’âme – à Los Angeles.
Deux semaines intenses où Disney et ses collaborateurs, notamment les deux frères Sherman, vont essayer de convaincre l’implacable créatrice de Mary Poppins. Cette adaptation sera l’occasion pour Pamela de revenir sur son enfance et sur les fantômes qui la hantent…

252469

C’est un peu par hasard que j’allais voir ce film, à la fois pour l’histoire – j’adore le film Mary Poppins – et pour le casting, même si je n’aimais pas trop Tom Hanks, je l’apprécie de plus en plus. Et c’est simplement un petit bijou que j’ai découvert ici !
Tout d’abord, il y a Pamela, l’inflexible, l’intraitable, incarnée à merveille par Emma Thompson. Son caractère un rien pète-sec qui compte bien en faire voir de toutes les couleurs à Disney et son équipe. Si droite, si rigide, si distante face à un génial Walt Disney, flegmatique, qui subit ses assauts et ses critiques en attendant. Tom Hanks est superbe, très classe, élégant, incroyablement zen face à ce que plus d’un aurait qualifié de furie.

21019118_2013102215511537

Les scènes de travail et de réécriture sont désopilantes, furieuses tant Pamela ne laisse rien passer : pas de chansons, pas de passages animés. Non mais vous imaginez Mary Poppins sans Supercalifragilisticexpialidocious ??! Pourtant, je peux vous dire qu’au début c’était pas gagné, un véritable bras de fer s'engage entre les scénaristes et l'auteur. Les personnages sont tout simplement délicieux : le chauffeur de Pamela, Ralph, incarné Paul Giamatti, les frères Sherman joués par Jason Schwartzman – que j’adore – et B.J. Novak, Richard Bradley Whitford, sans oublier Colin Farrell dans le rôle de Travers Goff, la très touchante Ruth Wilson (Margaret) et l’adorable Annie Buckley qui interprète Ginty. Une galerie de personnages hauts en couleur.
Entrecoupant le processus de création, des flash-backs sur l’enfance de Ginty, admirative d’un père poète, alcoolique, irresponsable, autodestructeur, joué par Colin Farrell. On comprend assez rapidement que Ginty n’est autre que Pamela, cela laisse entrevoir les blessures de l’auteur et les raisons pour lesquelles elle est si casse-pieds et si attachée à Mary Poppins…
Mélangeant des moments drôles, de fantaisies, le passage dans la visite du parc de Walt Disney en est une des meilleures illustration, plein de pudeur, Dans l’ombre de Mary est un film bouleversant porté par une grande Emma Thompson, tout simplement magnifique. Un film qui m’a profondément touché, j’ai bien sûr versé des larmes, en comprenant que le mépris de Pamela n’est rien d'autre qu’un mécanisme de défense. Un très beau film.

52942721051723_20131022155203452

 source : Allocine.fr © The Walt Disney Company France