C'est la dernière semaine du Challenge Thrillers et Polars (fin officielle le 5/07), j'ai quasiment lu les 15 livres de ma catégorie (il m'en manque 1 et demi) mais je n'ai pas eu le temps de tous les chroniquer, donc pour valider ma participation, il va y avoir plusieurs billets concernant mes avis sur mes derniers polars lus. Le deuxième de la semaine est un polar historique d'Olivier Barde-Cabuçon.


CasanovaEn 1757, le jeune Volnay a sauvé Louis XV de l'attentat perpétré par Damiens. En remerciement, le roi crée une sorte de police spéciale dont il donne la charge à Volnay qui devient alors, le commissaire aux morts étranges. 
Et quand le cadavre d'une femme est retrouvée avec la peau du visage entièrement enlevée, c'est à lui qu'on fait appel. Peu d'indices autour du cadavre, une scène de crime piétinée, une lettre avec le sceau du roi, l'insolent Casanova qui a découvert le corps, bien des mystères entourent ce crime. Le corps est confié à l'assistant de Volnay, un moine savant, hérétique, et alchimiste à ses heures, pour l'autopsie. 

Un polar historique pour continuer mon challenge et mon choix s'est porté, par un bienheureux hasard, sur ce livre d'Olivier Barde-Cabuçon. L'auteur nous embarque pour une plongée dans la seconde partie du 18ème siècle où le pays est gouverné par Louis XV, plus intéressé par ses très nombreuses maîtresses que par le sort des citoyens. Au travers d'un crime assez affreux, Casanova et la femme sans visage nous fait découvrir une vie fourmillante dans un Paris riche mais dangereux, des personnages sophistiqués et des mystères à la pelle.
L'intrigue est bien ficelée et le suspense se maintient tout au long des 300 pages avec complots, confrérie, société secrète, vie éternelle... Mais la véritable force du roman est sa reconstitution historique et ses personnages attachants et hors du commun. Tout d'abord le très intègre Volnay dont le lecteur découvre la vie difficile - son père a failli être brûlé vif pour ses propos irrespectueux envers la couronne - et chaotique - il sauve le roi, tout en souhaitant la fin de la monarchie et fait partie d'une étrange Confrérie. Sa rencontre avec la belle et audacieuse Chiara, proche de La Pompadour, va remettre en cause son style de vie et laisser apparaître ses failles. Chiara, jeune femme avant-gardiste, proche de la pensée des philosophes, intéressée par les sciences, est la figure centrale d'un triangle amoureux, complété par Casanova, dont Olivier Barde-Cabuçon tisse une toile romantique touchante. J'ai adoré rencontrer Casanova, personnage que je connais finalement très peu, à part pour ses nuits de débauche auprès des femmes, l'auteur en fait un personnage courageux, inventif, malin, drôle, rebelle, pleins d'histoires, d'anecdotes et d'aventures. C'est le personnage haut-en-couleurs de l'histoire. Pour terminer avec les personnages, le moine, fidèle compagnon de Volnay, se travestit en mendiant, se bat à l'épée comme un spadassin et il plane sur lui et son passé, une aura de mystères. On rencontre également le roi, la marquise de Pompadour, l'énigmatique comte de Saint-Germain, Sartine, le lieutenant criminel de Paris.
Ce roman m'a permis d'en apprendre plus sur cette période et sur Louis XV, monarque moins connu que Louis XIV ou Louis XVI, sur Mme de Pompadour, la maison du Parc-aux-cerfs, rendus vivants par la plume élégante, classique de l'auteur dont le style colle parfaitement à l'époque. Olivier Barde-Cabuçon mêle habillement la petite et grande histoire dans un polar plus qu'agréable. 

88054467_p