L'été dernier, en vacances, j'avais amené Le retour du professeur de danse de Henning Mankell, et j'avais vraiment eu du mal à le lire, le finir et l'apprécier. Du coup, je repoussais tant et plus la lecture d'un autre Mankell, Avant le gel.
Et puis, c'était de nouveau les vacances et je l'ai pris dans ma valise. J'ai avalé les presque 600 pages en quelques jours tant je suis rentrée à fond dans l'histoire !

Avant le gel

On est à la fin de l'été 2001, le temps s'étire à Ystad et l'impatience de Linda, fille de Kurt Wallander, à intégrer la police est plus que palpable. Dans le même temps, des cygnes et un taureau sont brûlés vifs. Peu de temps après, on retrouve la tête d'une femme et ses deux mains jointes devant elle, en prière, dans une cabane au fond d'une forêt. Le commissaire Wallander n'aime pas ça, cette ambiance, ces événements qui semblent détachés les uns des autres, mais pour une petite bourgade comme Ystad, cela fait beaucoup. Contre l'avis de son père, Linda décide d'enquêter de son côté.

Ce roman va nous plonger dans la terreur d'un mouvement religieux extrême, une secte dirigée par un illuminé, déterminé et prêt à tout pour faire entendre la voix du seigneur. On se retrouve en Scanie, au sud de la Suède, juste avant les premières gelées, à parcourir ce paysage côtier, ces terres désertés, on vit aux côtés de Linda et de son père. Ce couple inattendu où les relations familiales ne sont pas les plus aisées, de l'incompréhension mais aussi beaucoup d'amour que Henning Mankell sait parfaitement raconter.
J'ai adoré les personnages, Linda et Kurt en tête, elle fougueuse et inconsciente, lui bourru et maladroit. Mais aussi les rôles secondaires comme Stefan (je n'ai fait le rapprochement avec Le professeur de danse que plusieurs jours après la fin de ma lecture !) et le Zèbre. Bien évidemment, j'ai détesté Anna.
Quant à l'intrigue, Mankell nous distribue les indices au compte-gouttes, l'horreur va crescendo et malgré la densité du roman, les effets de suspense marchent à fond. Le sens du détail poussé à l'extrême, Mankell nous fait entrer totalement au coeur de la brigade criminelle d'Ystad.
L'intrigue se clôt sur un des événements majeurs du siècle, je ne sais pas si cela doit rester un effet de suspense ou pas, mais personnellement, ça m'a touché et chamboulé. Pour l'épilogue, j'ai adoré la façon dont ça se passe et la relève vécue par Linda.

Bref, une très bonne suprise que cette lecture estivale qui me donne envie de découvrir les autres titres de l'auteur dont Kurt Wallander est le héros.

98607337