Avez-vous envie d'être manipulé ? Avez-vous envie de vous sentir perdu, déboussolé, de revenir en arrière, de penser "mon dieu mais qui sait en fait la fille du début ? Léna ou Florence ?" ?!
Si ça vous tente, procurez-vous immédiatement ce roman de Marcus Malte, Garden of Love. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez toujours le lire parce que c'est quand même bien foutu et bien écrit.

Garden of Love

Bon alors comment vous résumer tout ça...
Tout commence par Mathieu et Florence, le jour de Noël, ils sont heureux, parents de deux garçons et le troisisème est en route. Mais ce jour-là, un fantôme a décidé de refaire surface, Ariel Weiss est de retour. Florence et Mathieu savent que celui-ci n'est pas revenu pour rien. Dans le même temps, un flic sur la touche et ancienne alcoolique, Alexandre Astrid reçoit un étrange manuscrit anonyme, intitulé "So I turn'd to the Garden of Love - That so many sweet flowers bore..." et découvre le cadavre d'un ancien ennemi.
Les chapitres se suivent, on croise une prostituée, deux enfants poursuivis par un diable, le récit de Mathieu à la première personne, le récit d'Alexandre à la première personne. C'est Alexandre qui va dénouer pour nous les fils d'une pelote complexe en racontant toute l'histoire à Marie.

Ce livre est un excellent exemple de folie littéraire où le lecteur est baladé, intrigué, perdu, passionné, croit avoir tout compris, s'est trompé, a envie d'abandonner, s'accroche et fini par tourner la dernière page. Très bien écrit, je salue le talent de l'auteur pour avoir monté une telle intrigue, un tel mélange de récits. Quelques passages assez crus notamment avec la prostituée, bien que le premier chapitre évite justement les gros clichés du genre. C'était assez poétique, prenant, triste. Avant de saisir l'histoire dans son ensemble, on a de l'empathie pour la plupart des personnages, surtout Alexandre Astrid. On referme Garden of Love, mélancolique, empreint de l'atmosphère de cette histoire inhabituelle.

98607337