L'histoire : 2016, la police de Johannesburg est débordée par la criminalité. Deon, inventeur et passionné de robotique, va créer les Scount, des droïdes policiers extrêmement robustes pour soutenir les forces de police. Employé par une grosse société, Deon souhaite mettre en place un nouveau projet : la création et l'implantation d'une véritable intelligence artificielle. 
Seulement, les gangs de malfrats en ont assez de se faire malmener par des droïdes, et Vincent, un militaire employé par la même société que Deon, souhaite que son super robot guerrier soit mis en service. Lui aussi se heurte au refus de Michelle Bradley, la grande patronne.

Chappie Aff

Début 2015 et voici le nouveau film de Neil Blomkamp. J'avoue, j'y suis allée les yeux fermés sans même jeter un oeil à la bande-annonce. A la réflexion, j'aurais peut-être du...
Au sortir de la séance, ma première réaction a été "c'est un peu bidon non ?!" et en fait c'est même plus que ça.
Après le puissant District 9 et la petite déception d'Elysium, je pensais que Neil Blomkamp allait relever le niveau, surtout qu'il l'a lui-même reconnu, il n'était pas très satisfait d'Elysium, mais que nenni ! Chappie est encore pire !!
Que s'est-il passé ?
Au départ, tout se passe bien, on assiste à un bon lancement, on voit les gangs, la police à l'oeuvre et tout semble bien partir. Le scount 22 doit partir au recyclage et Deon décide de l'utiliser pour installer son programme d'intelligence artificielle qu'il vient juste de créer. Et en fait c'est là que tout bascule. Le robot se réveille dans un squat occupé par une bande de débiles mentaux, des "gangsters" sous-évolués, au vocabulaire limité et aux idées tout aussi limitées. Et manque de pot, c'est eux - plus que Deon et Vincent - qui seront au centre du film car ils vont "éduquer" notre brave Chappie. Chappie, robot qui va se transformer en caillera débile et appeler les gangsters "papa et maman" avec une voix de fausset.
C'est là que ça coince, ce groupe de trois malfrats - Yo-Landi, Ninja et America - on les aperçoit dès le début, mais en voyant leurs tronches, je me suis dit qu'ils allaient vite disparaître. Mais non, c'est en fait eux, les personnages principaux, Dev Patel et Hugh Jackman ne sont qu'au second plan... Ces gangsters sont ridicules, lamentables, caricaturaux et les voir essayer d'apprendre les notions de bien et de mal à un robot qui a l'âge mental d'un enfant de 3 ans est juste hallucinant. Sans compter les dialogues façon caillera des gangsters et façon enfant de Chappie genre "t'es un méchant monsieur".  Ca ne l'a pas fait du tout et je n'ai carrément pas accroché à ce concept.
Dans le même temps, on suit Deon impuissant à se tirer des griffes de ce super groupe de méchants et, Vincent, le rival. Vincent qui est pour moi le personnage le plus intéressant du film et parfaitement campé par Hugh Jackman qui, pour l'occasion, arbore une superbe coupe mulet !
C'est un espèce de militaire religieux qui va semer la zizanie dans les Scount pour qu'enfin son robot soit mis en service. Le film aurait du se concentrer sur ça car c'est de loin les meilleurs passages.
Sinon Blomkamp sait toujours aussi bien manier une caméra et nous offre une nouvelle peinture de Johannesburg (dans laquelle on dirait qu'il n'y a que des policiers ou des bandits...). A noter que c'est Sharlto Copley qui incarne Chappie avec la technique de la motion capture.
Bref une grosse déception pour ce film qui est pourtant bien noté. Je n'ai pas vu les critiques sociales dont parlent certains et que l'on voyait pourtant dans Elysium et l'excellent Distritc 9, l'action est présente mais bon ça ne suffit pas.
Neil Blomkamp a tout fait à l'envers : il aurait du commencer par Chappie, enchaîner avec Elysium et finir sur District 9. La barre a été mise trop haut dès le début.
De plus, je ne comprends pas le délire du réalisateur avec les acteurs qui jouent Yo-Landi et Ninja, qui s'appellent comme ça dans la vie réelle et qui sont également en couple. J'espère qu'ils ont un langage un peu plus élaboré quand même !

Chappie2