Merete Lyyngaard était une femme politique a la carrière prometteuse. Sûre d'elle, intelligente, belle, Merete incarnait l'avenir politique du Danemark.
Mais ça, c'était avant. Avant qu'un jour de 2002, Merete se fasse enlever sur un ferrie en route pour Berlin.
2007. Depuis cinq ans, Merete est enfermée. Alors qu'à la surface, plus personne ne la recherche depuis longtemps, la création du département V va relancer l'affaire. Carl Morck, flic borderline, et Assad, son assistant et homme à tout faire, vont tout faire pour clore l'enquête.

MiséricordeCela fait longtemps que le nom de Jussi Adler-Oslen est visible sur les rayons des librairies, longtemps que je me penche sur ses titres évocateurs, et voilà que d'un coup, sans rien demander, je me retrouve en possession du premier volume des enquêtes du département V.
Retour dans le nord de l'Europe avec Miséricorde et on est tout de suite embarqué dans une enquête peu banale. Merete est séquestrée depuis des années, sans savoir pourquoi elle est là et ses ravisseurs l'obligent à chercher pourquoi elle est retenue prisonnière.
De l'autre côté, on suit Carl, flic borderline, qui vient de perdre ses deux coéquipiers dans une fusillade, un est mort et l'autre tétraplégique. Carl n'a plus le goût de rien et voit dans la création du département V, l'occasion de se la couler douce au sous-sol de la préfecture de police, où il pourra tranquillement faire des siestes les pieds sur son bureau. Le récit alterne les chapitres avec Carl et ceux avec Merete (avant et après son kidnapping).
Miséricorde est un bon polar, l'intrigue s'installe tout de suite et les passages les plus émouvants sont ceux où l'on suit Merete dans son emprisonnement. Le suspense se construit au fur et à mesure de l'enquête, jusqu'à la fin qui précipite tout. Les personnages sont sympathiques et plutôt cools à suivre, si ce n'est que j'ai trouvé bizarre la façon dont Assad est perçu par Carl. Je dirais même que j'ai trouvé ça un poil raciste... il y a des moments où il a l'air de l'apprécier et d'autres moments où sa culture déclenche chez Carl des pensées limites. 
Mais c'était une bonne lecture et comme c'est bien écrit, ça se lit facilement.

Ce roman a reçu de nombreux prix, en France comme à l'étranger, dont le Grand prix des lectrices de Elle (catégorie Policier), le Prix des lecteurs du Livre de poche et le prix  de La Clé de Verre aux Golden Laurels des libraires.

76%

logoduchat_thriller
Cette lecture participe non seulement au Challenge Thrillers et Polars mais en plus, elle a l'avantage de me faire avancer sur mon défi n° 21 (Lire au moins un livre de chaque pays du monde (nationalité de l'auteur)) car je n'avais jamais lu de roman danois. Pour ce défi, il faut que je me prépare une carte, histoire de savoir où j'en suis ;-)