Ce matin, j'avoue c'était un peu la gueule de bois... Quand mon copain m'a dit que les intempéries avaient fait 13 morts (bilan vers 8h), j'ai rapidement émergé. Je n'en reviens toujours pas de ce qui est arrivé à ma région...
Hier soir vers 20 heures, juste avant le début de la grosse perturbation, nous étions en ville. Sortis du parking, à peine 30 mètres plus loin nous étions trempés, de l'eau jusqu'à mi-mollets pour moi, qui traversait en torrents bouillonnants la place. Nous avions un programme prévu et alors que les éclairs redoublaient, nous avons décidé de rebrousser chemin. Sur la route (moins de 10 km), nous n'y voyons rien, ça coulait partout, des gens attendaient le bus sur les bancs des arrêts. Les bouches d'égoût débordaient déjà.
Nous avons réussi à rentrer sans dommage mais jamais, jamais, je n'aurais pu imaginer la catastrophe qui allait arriver. De l'appartement, les éclairs se déchaînaient, le ciel était bleu foncé, c'était à la fois magnifique et terrifiant.
Plus je regarde les images, et moins j'arrive à y croire. C'est tellement près, c'est juste là, des rues, des lieux, des gens que je connais que je fréquente. Le bilan s'alourdit, au moins 16 morts et plusieurs disparus... je suis contente d'être rentrée à temps hier soir. Une copine n'est rentrée qu'à  23 heures passées, plus de 4 heures pour faire 30 km, le temps n'est pas important, elle est rentrée saine et sauve.
Avec le recul, je me rends compte à quel point c'était violent, terrifiant. En 30 ans, je n'ai jamais rien vu de tel... Je suis vraiment choquée.

Le stade Allianz Arena à Nice

Avenue Camp Long à Cannes Photo Justine Grnt

Vallauris Photo Lucas Sadelli

Cannes Photo Cara Popeck

Cannes Photo Olivier

De très nombreuses photos sur le facebook de Nice Matin