Pour ce deuxième mois du challenge Les filles de Mr Bennet dont la consigne est Lire un livre où la relation entre les deux protagonistes principaux débute mal/Un livre dans lequel les deux héros se détestent, je me suis tournée vers ce roman de 2013 d'Agnès Martin-Lugand.

81gus9kzxgl-_sl1500_Diane a tragiquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Un an après, elle peine à remonter la pente et vit toujours dans le souvenir de ces êtres disparus. Se laissant complètement aller, elle néglige son travail, son apparence, n'a pas touché à la chambre de sa fille, et vit enfermée dans son appartement et dans le sweat à capuche de son mari. Félix, son meilleur et seul ami, tente de tout faire pour sortir Diane de cette spirale. Exaspérée par ce combat qu'elle n'a pas choisi, elle décide de lui couper l'herbe sous le pied en partant brusquement pour Mulranny, petit bled paumé de l'Irlande.

Vous allez me dire "mais quel est le rapport avec la consigne ?" et bien en fait, il se trouve que son voisin à Mulranny, Edward, est une espèce de brute, mal élevé et nerveuse, avec qui ça ne va pas vraiment coller... Le voilà, le rapport avec la consigne ! ^^
C'est sur conseil de ma libraire que j'ai opté pour ce roman qui était en vrai concurrence avec Nord et Sud d'Elizabeth Gaskell. Après l'achat, je me suis néanmoins aperçue que les critiques sur Babelio étaient assez sévères et que beaucoup de lecteurs avaient été très déçus...

De mon côté, pas de déception ! Ce n'est peut-être pas un roman puissant mais ce n'est pas aussi mal écrit que ce que j'ai pu lire et j'ai passé un bon moment en le lisant.
Au départ, j'avoue que je me suis sentie très loin de Diane. Elle est dans une situation tout à fait horrible mais plusieurs de ces réactions que j'ai trouvé faibles m'ont gênées "Je n'avais jamais habité seule, j'avais quitté la maison de mes parents pour m'installer avec lui. J'avais peur de passer un simple coup de téléphoner pour demander un renseignement ou faire une réclamation. Colin, lui, savait tout faire. Il fallait que je l'imagine me guider pour tout préparer. J'allais le rendre fier de moi. Si c'était une des dernières actions que je faisais avant de m'enterrer, je prouverais à tous que j'étais capable d'aller jusqu'au bout."
Mais peu à peu, j'ai réussi à m'adapter à Diane, et quand même son courage de partir à Mulranny - même si c'est une sorte de fuite en avant - il fallait l'avoir. A partir du moment où elle est en Irlande, j'ai beaucoup plus apprécié son personnage. J'ai aimé aussi Félix - il m'a énormément fait penser au Félix d'Orphan Black - Judith, Jack et Abby, et bien sûr Edward ! Parce qu'on comprend rapidement que le rustre Edward, cache un passif douloureux. Certains parlent de choses ultra convenues, peut-être mais en même temps s'il était resté odieux, tout le monde aurait été déçu ! Par contre, j'ai détesté les parents de Diane dont je n'ai pas compris les réactions.
Ça se lit très vite, ce n'est pas du tout mal écrit au contraire, il y a certains dialogues très chouettes et plusieurs passages touchants.
Si je devais apporter une remarque, c'est que les événements s'enchaînent trop vite et que l'auteur ne prend pas assez le temps de décrire, d'installer les personnages, certains moments auraient mérité d'être un peu plus étoffés.
La fin est intéressante car ce n'est pas du tout celle que j'avais imaginé et l'auteur n'a pas choisi la solution de facilité.

Lesfillesdemrsbennet