106759998Après avoir lu - et adoré - Le cimetière des hirondelles, l'année dernière, j'ai décidé de reprendre à zéro les histoires du commissaire Mallock. Je me suis donc lancée dans la lecture du premier opus, Les visages de Dieu.

Dans cette première histoire, c'est Noël et Paris est sous la neige. Pendant que Mallock essaye d'échapper aux festivités de fin d'année, un tueur en série offre des tableaux baroques aux enquêteurs. Au départ, Mallock n'est même pas sur le coup, mais après plusieurs mois d'enquête et plusieurs crimes, l'affaire lui est confiée. Une affaire empoisonnée. Des cadavres aussi divers que variés, des mises en scènes horribles et sophistiquées et quelques points communs : exsanguination des dernières victimes, un maquillage étrange et des poses inhabituelles. Une affaire coriace pour ce commissaire hors normes.

Dans cette première histoire  du commissaire Mallock, on découvre un personnage fort, une véritable figure de roman, à la fois tendre et bourru. Un personnage encore bouleversé par la perte de son fils, Thomas, qui l'accompagne dans toutes ses pensées. J'ai adoré retrouver ce personnage, de le retrouver en cuisine, au 36, ou dans la librairie de son ami Léon. Toujours amateur de bonnes choses, Mallock s'impose au fil des pages. Autour de lui gravitent les agents du Fort Mallock : Francis, Jules et Julie, Ken et Bob, mais pas uniquement. On découvre Amélie et Margot, Léon, Raymond Grimaud, l'enquêteur sur le coup au départ, on croisera même Angelina et Tom, deux agents du FBI.
L'intrigue est vraiment prenante et on est jeté rapidement dans la bataille car le livre s'ouvre sur un double meurtre particulièrement atroce et à partir de là, les crimes vont s'enchaîner. Le rythme est intense, rapide, on ne décolle pas une seconde du bouquin ! Les événements vont en s'accélérant et l'histoire se déroule sur une courte période (environ 3 semaines).
L'intrigue est très différente du Cimetières des hirondelles, celle-ci baigne dans le religieux, le sacré, ce Maquilleur et ses poses absurdes, ses mises en scène incroyables. On est totalement immergé dans cette histoire, cette peinture rouge sang.
L'écriture est très agréable, emportée, poétique, exaltée, peut-être un peu trop parfois. Même si j'ai vraiment apprécié Les visages de Dieu, pour être totalement honnête, j'ai eu un moment où j'ai cru que j'allais décrocher...
A partir du moment où le FBI fait son apparition, même si j'ai trouvé cet apport réellement glaçant, j'ai eu un petit moment de flou où j'ai eu peur que le roman prenne une autre direction. Mais finalement, non, Mallock l'auteur a réussi à m'emmener jusqu'au bout et Mallock le commissaire a brillamment bouclé son affaire, et paisiblement se promène sur une plage de Normandie...

thrillerpolar-pativore2