Le journal de BJDernier jour de novembre et je valide ma participation au challenge Les filles de Mrs Bennet avec ma lecture du Journal de Bridget Jones - la consigne était : Lire un livre dans lequel le personnage féminin est courtisée par deux hommes .
Bridget et moi, on se connaît depuis un bail, on se connaît depuis que je l'ai croisé au cinéma un jour de 2001, sous les traits de Renée Zellweger. Et pour dire la vérité, Bridget je l'aime depuis ce moment-là. A un moment donné, j'ai cru qu'elle et moi, on allait partager la même fin, c'est-à-dire "finir seule et dévorée par des bergers allemands".
Bridget Jones, c'est une gentille fille, un peu maladroite qui a 30 ans et qui est toujours célibataire. Son entourage familial lui rappelle gentimment cet état de fait dès que l'occasion se présente. C'est d'ailleurs chez des amis de ses parents, pour la fameuse dinde au curry du nouvel an de Geoffrey et Una, que Bridget rencontre Mark Darcy. Mais Bridget, en ce début d'année, elle est plutôt intéressé par son boss, Daniel Cleaver. Le super sexy et infâme Daniel Cleaver. Tout au long du journal, nous allons vivre cette année mouvementée aux côtés de Bridget.

Bon commençons par le début, j'ai adoré lire Le journal de Bridget Jones ! surtout en cette période compliquée et morose où je me suis abreuvée de direct sur les chaînes d'informations, un peu de légèreté ne m'a vraiment pas fait de mal ! Ce challenge m'a d'ors et déjà permis de lire deux classiques anglais que je n'avais jamais lu.
C'était franchement un plaisir de lire ce roman, surtout que je garde un très bon souvenir du film et de toute cette époque. J'ai aimé l'entourage amical de Bridget, j'ai aimé les situations cocasses dans lesquelles elle se retrouve systématiquement, j'ai détesté la mère de Bridget que j'ai trouvé encore pire que dans le film, et j'avais franchement envie de me faire draguer par Daniel Cleaver !
Par contre, j'ai un peu été désarçonnée par le style et notamment l'absence de sujet dans certaines phrases mais bon après je m'y suis faite et c'est passé nickel. Je me suis également rendue compte que l'héroïne est obsédée par son poids, qui oscille entre 55 et 60 kg, et que c'est quand même un peu abusé. J'ai été plusieurs fois au-dessus des 55 kg et je ne me suis jamais sentie obèse...
Un autre détail m'a frappé, c'est l'importance à l'époque d'être mariée et maman à 30 ans, j'ai l'impression que de ce côté-là, la pression sociale est moins forte que dans les années 90. Et c'est tant mieux !
J'adore Bridget Jones, parce qu'elle est simple, réaliste, qu'elle a autant de défauts que de qualités, et qu'elle a l'air "vrai". Bridget, c'est un peu comme une bonne copine avec qui on adore boire des cocktails à la vodka. En un mot, je n'ai vraiment pas été déçu par cette lecture.

Lesfillesdemrsbennet

 

 

 

 

Obj