Je suis en retard mais voici ma lecture pour le mois de mai dans le cadre du challenge Les filles des Mrs Bennet, où la consigne était "Lire un livre dans lequel le personnage féminin fait un voyage/road trip" , j'ai choisi Mudwoman de Joyce Carol Oates. Je l'ai acheté l'an dernier et j'ai profité du challenge pour me plonger dedans. J'en ressors moyennement convaincue et cela m'attriste.

mudwomanAlors qu'elle est enfant, Mudgirl est abandonnée par sa mère dans les marais des Adirondacks, dans l'état de New York. Elle est miraculeusement sauvé par un jeune homme un peu simple d'esprit qui passait par là, puis adoptée par un couple sans histoire vivant à Carthage. Adulte, Mudgirl devenue Meredith Neukirchen, Mudwoman, est une brillante universitaire, agrégée de philosophie, impliquée dans son travail et qui devient la première femme présidente d'université. Mais alors qu'elle est en plein dans sa première année de présidence, M.R. se met à se souvenir, de plus en plus régulièrement, de son enfance tragique.

Joyce Carol Oates est une autrice dont le nom m'est familier mais de laquelle je n'avais, jusque là, rien lu, je ne sais donc pas ce que vaut ce livre dans toute son oeuvre. Ce que je sais, c'est qu'il m'a fallu un peu de temps pour entrer dans l'histoire et me familiariser avec le style de Joyce Carol Oates. Son écriture est dense, ses phrases longues, n'hésitant pas à donner de nombreux détails ou partir dans des digressions. J'avoue que sur certains passages, je ne comprenais pas grand chose : trop ardu dans l'écriture ou trop abstrait dans le récit.
Celui-ci alterne des chapitres de Mudwoman, de M.R., adulte et en poste à l'université, et de Mudgirl, enfant avec sa mère puis avec sa famille adoptive.
On rencontre M.R. à un moment charnière de son existence,où d'un coup, toute sa vie se met à basculer à cause des traumatismes subis dans l'enfance. Ses changements, sa perte d'assurance sont magnifiquement retranscrits et on est en empathie totale avec elle, avec cette fragilité qui la force à tout quitter. L'écriture est, par moment, totalement envoûtante et j'ai fini par entrer dans l'histoire.
Cependant, il y a beaucoup de questions qui resteront sans réponse, et des éléments qui m'ont déstabilisé : la scène de l'agression de M.R. est visiblement un rêve mais est-ce un souvenir ou un effet du passage à vide de M.R., tout comme la scène du mariage ou la rencontre avec le professeur de mathématiques. Le récit flirte avec l'imaginaire et on ne sait pas vraiment ce qu'il en est à la fin. J'avoue que cette absence de renseignements sur certains éléments m'a manqué, mais plusieurs  passages sont vraiment très intenses.
De plus, j'ai eu du mal à m'attacher à M.R. que j'ai parfois trouvé hautaine - parce qu'elle se protège et refuse tout amour à cause de son enfance. J'ai beaucoup aimé les passages où Meredith se replonge dans sa vie, laisse remonter ses souvenirs, surtout quand elle retourne à Carthage vivre avec son père.
Quoiqu'il en soit Mudwoman est un beau portrait de femme, écrit avec brio, sombre et profond car il y a beaucoup de réflexions sur le monde universitaire, les évolutions de la société, l'utilité d'une guerre (le roman se passe au début de la seconde guerre du Golfe). Il y a peut-être même trop de réflexions philosophiques ou sociales, en plus de l'histoire déjà chargée de Mudwoman.

challenge Lesfillesdemrsbennet