Je lis régulièrement dans l'année des livres grands formats, mais je ne les critique pas toujours ici, car bien souvent je les chronique sur une autre plate-forme et je n'ai pas toujours la motivation de faire un nouvel article à chaque fois. Aujourd'hui, je vous propose un avis groupé sur six grands formats que j'ai lu depuis cet été, quatre que j'ai vraiment aimé, deux un peu moins. Attention, l'article est long et pour cause, il n'y a presque que des grands noms du thriller !

Lontano et Congo Requiem de Jean-Christophe Grangé 

Lontanocongo_requiem

Mon dernier Grangé remontait à Kaïken, il ne m'avait pas déplu à la lecture mais j'avoue ne pas m'en souvenir... (d'ailleurs, il est au programme pour une relecture). Ce coup-ci, Grangé nous offre un dyptique sur la famille Morvan :
Lontano - En Afrique, un tueur en série sévit, il mutile ses vitcimes avec des tessons de bouteilles et des clous, ce qui lui vaudra le surnom d'Homme-Clou. A l'époque, Grégoire Morvan est flic et c'est lui qui résoud cette affaire. Bien des années plus tard, Erwan, son fils, est flic à la criminelle. Un jour, il est envoyé par son père en Bretagne sur un drôle de meurtre qui rappelle la méthodologie de l'Homme-Clou.
Congo Requiem - Après la résolution de l'enquête sur l'Homme-Clou d'aujourd'hui, Erwan souhaite aller au Congo afin d'éclaircir un point sur la précédente affaire. Son père s'y rend aussi, à la fois pour le surveiller et veiller à ce qu'il ne découvre rien, et pour s'occuper de ses nouveaux gisements de Coltan. En Europe, Gaëlle et Loïc sont confrontés à de nouveaux dangers.

Ces deux tomes signent le retour de Jean-Christophe Grangé et c'est une réussite, Lontano et Congo Requiem sont deux polars de très grande qualité. Le premier tome est à la fois plus policier et plus politique. Il se concentre sur l'affaire de l'Homme-Clou qui sévit aujourd'hui en France et sur la position très spécifique de Grégoire Morvan au sein du pouvoir. Entre suspense et rebondissements, Lontano se dévore. On découvre le trio fraternel  Morvan - Erwan, Loîc, et Gaëlle - brisé par leur père, tyrannique, sévère et violent. Chacun traîne ses casseroles : Erwan s'engloutit dans le travail, Loïc dans la drogue et l'argent, et Gaëlle dans le sexe rémunéré.
Dans le second tome, l'auteur nous entraîne pendant une large partie du livre au Congo, en plein conflit ethnique, le lecteur s'accroche aux basques d'Erwan et Grégoire et nous offre une nouvelle facette de la famille Morvan. Congo Requiem s'attarde plus d'ailleurs sur cette famille et l'histoire de Grégoire. On est vraiment happé dans la boue congolaise, dans la jungle. J'ai trouvé que les deux tomes étaient vraiment biens, Grangé  livre un récit parfois brutal mais toujours documenté, complètement immersif et émaillé de magie yaombé.

Les petites filles de Julie Ewa

les petites filles julie ewa

Ayant entendu beaucoup de bien sur ce roman, notamment sur les blogs, je me suis procurée Les petites filles, premier roman de Julie Ewa.
Lina est une étudiante française qui va passer une année d'étude en Chine. A son arrivée, elle croise Thomas, membre d'une ONG, il va lui demander de l'aider afin d'enquêter en toute discrétion sur des disparitions d'enfants dans un petit village, Mou di.
Dans le même temps, l'auteur nous raconte l'histoire de Sun et de fille Chi-Ni qui vient de disparaître. Ce récit se passe en 1991 et nous décrit l'angoisse et les recherches de Sun pour retrouver sa fille.

Même si le roman était intéressant, j'ai été relativement déçue par ce livre. La principale chose qui ne m'a pas plu sont les deux personnages français. Thomas et Lina sont trop jeunes et pas assez crédibles pour se lancer dans pareille enquête. La façon dont ils se rencontrent, dont Thomas implique Lina dans cette histoire m'ont semblé vraiment pas crédibles. Je n'ai pas aimé l'héroïne donc forcément tous les chapitres où Lina est au centre ne m'ont pas plu.
Par contre, les personnages chinois, notamment Sun et Chi-Ni, sont très bien décrits, très crédibles et j'ai de loin préférés ces chapitres-là, tout comme le village et les traditions chinoises. On se sent vraiment vivre à Mou di. Je n'ai pas eu le coup de coeur auquel je m'attendais à la fois à cause de Lina et du fait que cela se passe en Chine, car j'ai toujours beaucoup de mal avec les récits en Chine ou impliquant des chinois.

Pandémia de Franck Thilliez

Pandémia

Amandine est microbiologiste, alors qu'elle se rend dans une réserve ornithologique pour effectuer des prélèvements sur des oiseaux morts, elle se rend compte que les cygnes pourraient être porteurs d'une version inconnue du virus grippal.  L'inquiètude grandit chez les scientifiques.
En forêt de Meudon, on retrouve le corps d'un homme et de son chien froidement abattus. Dans l'étang qui se trouve à proximité, on trouve retrouve les ossements de quatre corps. Sharko est chargé de l'affaire alors qu'une grippe coriace décime les effectifs du 36, quai des orfèvres.

Chez Thilliez, les héros sont récurrents mais les romans ne sont pas toujours des suites directes, cependant pour bien comprendre Pandémia, il vaut mieux avoir lu Angor au préalable.
Dans cet opus, on retrouve notre duo de flics habituels : Sharko et Hennebelle, en pleine construction d'une vie familiale, mais on retrouve également Nicolas Bellanger et Camille Thibault - héroïne d'Angor.  Avec Pandémia, Franck Thilliez nous offre un thriller angoissant, vertiginieux, qui laissera les lecteurs pantelants. Ses 600 pages s'avaleront comme un rien tant la qualité de l'écriture et de l'intrigue sont là ! Jouant habilement sur la peur d'une épidémie qui décimerait la population, Franck Thilliez propose un page-turner efficace, renforcé par la présence d'Amandine que j'ai vraiment apprécié. Jusqu'à aujourd'hui, Franck Thilliez ne m'a jamais déçu et j'espère bien que cela va continuer !

Le bal des ardentes de Ghislain Gilberti

La bal des ardentes

Le commissaire Ange-Marie Barthélemy est envoyé à Marseille où a eu lieu une terrible explosion. Dans la cité phocéenne, c'est le chaos total et tout le monde est sur le qui-vive. L'enquête et les indices laissent penser qu'il pourrait s'agir d'une explosion liée au trafic de drogue. Très vite, son équipe s'immerge dans le milieu marseillais, avant de se rendre compte que le poseur de bombes n'en est pas à son coup d'essai... Son profil se rapproche plus de celui d'un tueur en série que d'un terroriste.

Troisième enquête pour Ange-Marie Barthélemy et troisième roman de Ghislain Gilberti lu pour moi. Après la grosse claque des deux premiers, Le bal des ardentes temporise un peu et fait redescendre l'électrocardiogramme ! Non pas que ce thriller ne soit pas intense ou rythmé, bien au contraire mais je l'ai trouvé un peu en dessous des deux premiers. Ici, Ghislain Gilberti nous immerge totalement dans le milieu marseillais, en évitant les clichés et en soignant ses personnages. J'ai été ravie de retrouver Ange-Marie et toute son équipe, Cécile Sanchez aussi même si elle est moins présente - cette histoire se déroule en parallèle avec Le festin du serpent. Je dis que Le bal des ardentes est un peu en dessous des deux autres mais c'est quand même un thriller que j'ai adoré, c'était prenant, bien écrit, immersif, explosif, tendu, brûlant et brutal. Si vous n'avez pas encore lu de roman de Ghislain Gilberti, je ne peux que vous obligez encouragez à le faire !
Surtout que je viens d'apprendre que l'auteur avait été menacé de mort à cause du Festin du serpent, et je suis attérée par cette nouvelle...

Le premier cavalier de l'apocalypse de John Case

le-premier-cavalier-de-l-apocalypse

Celui-ci est un faux grand format car je l'ai depuis un bail mais je ne l'avais jamais lu.
En 1918, la grippe espagnole a fait des millions de victimes et une information reçue par les services secrets américains laisse à penser que cette terrible maladie pourrait être de retour. Dans le même temps, une équipe de scientifiques se rend au Pôle Nord afin d'étudier et de récupérer les corps de marins décédés de la grippe espagnole et qui pourraient encore contenir des traces du virus afin d'essayer de créer un vaccin. Frank, un journaliste free-lance, devait participer à l'expédition mais la tempête l'a empêché d'arriver à temps. Au retour de l'expédition, un mystère plane et Frank décide d'enquêter.

J'avoue avoir beaucoup aimé les précédents romans de John Case (Genesis, Le huitième jour et Syndrome) mais j'avais tenté de lire Le premier cavalier de l'apocalypse il y a quelques temps, sans succès. Cette fois-ci, je l'ai lu très rapidement et je suis allée au bout. C'est à la fois scientifique et religieux car il est question de la présence d'une secte et de la manipulation du virus. Si j'ai beaucoup aimé le personnage de Frank, le roman lui ne m'a pas totalement convaincu. C'est bien écrit, ça se lit assez vite mais pour être honnête, j'ai presque tout oublié...
Si vous devez lire un thriller qui parle de la grippe, lisez plutôt Pandémia qui est bien meilleur ! ;-)

thrillerpolar-pativore2