Ça fait un bail que je n'ai pas écrit autre chose que des suivis de marathon de lectures ou de critiques de livres, enfin même des demies critiques car vu tout ce que j'ai en stock encore... j'avoue que depuis un gros mois, j'ai du mal à me dégager des plages de calme pour écrire sur le blog, et même pour écrire tout court d'ailleurs. Entre beaucoup de boulots, beaucoup de sorties, beaucoup de lectures, beaucoup de parties de jeu de société, beaucoup de travail domestique - j'ai en gros deux quatre mois de retard dans le tri des papiers et deux mois de repassage qui m'attend, et une grosse crève la semaine dernière - où je me suis bloquée le cou en éternuant ^^ - , je manque un peu de temps, et non d'envies, et attention, je ne me plains pas de ce beaucoup de trop, loin de là. Je ne me rappelle que trop bien l'angoisse des mois creux, les réveils en plein milieu de la nuit à stresser sur les lendemains vides de rendez-vous, sur les traites à payer et l'argent qui ne rentre pas. Je ne me rappelle que trop bien les week-end un peu esseulée, à envier la vie sociale des uns et des autres mis généreusement en avant sur Facebook. Donc pas de plainte !

stress Néanmoins, en ce moment, j'ai un peu l'impression d'être comme elle...

Juste un vieux sentiment de frustration car, même si je n'ai pas le temps d'écrire, mon cerveau continue à produire, à produire et encore à produire. Tout s'enfuit avant que j'ai le temps de le noter. Mon article sur les cyclistes, le loup depuis tellement longtemps que je l'avais oublié, sur les livres, sur la conduite, encore un peu, sur le reste, les idées d'écriture, les envies de poser la plume, sortir les mots encombrants. Je ne compte plus les nouvelles ébauchées, jamais terminées, les articles commencés et abandonnés, les idées qui fusent et, immédiatement oubliées...

chat-tapis Alors que j'aimerais plutôt être comme lui ^^