Sarah est une pilote de rallye émérite, unique femme ou presque dans un milieu macho. Lors du célèbre rallye WRC de Monte-Carlo, Sarah commet une erreur et sort de la route. Son coéquipier est tué sur le coup. Elle se réveille brisée, paralysée. Après son séjour à l'hôpital, elle doit intégrer un centre de rééducation isolé en montagne pour réapprendre à vivre.
Mais dans sa solitude et sa douleur, Sarah éprouve d'étranges sensations. Tout bascule quand sa compagne de chambre, Clémence, disparaît sans laisser de traces. A cause de son profil psychologique fragile, l'équipe médicale n'y accorde pas vraiment d'intérêt.

Les corps brisés

Je remercie Babelio et les éditions Gallimard grâce à qui j'ai pu recevoir ce livre.

Les corps brisés d'Elsa Marpeau est un thriller fort qui en plus de l'angoisse d'une disparition, montre l'incompréhension et le désespoir des personnes handicapées dont le corps a été malmené, brisé et qqui ne sont plus totalement maître de celui-ci... Situer l'intrigue dans un lieu comme celui-ci apporte une touche de gravité incontestable. Surtout que le roman met en garde... cette histoire s'inspire d'un fait divers, celui des "torturées d'Appoigny".
Réactualisant le récit et créant une héroïne charismatique, Elsa Marpeau propose un angoissant thriller et une vision interne de la vie en centres de rééducation. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien avec Patients, le très beau film de Grand Corps Malade qui traite de ce sujet-là (sans le côté polar).
Toutefois, je regrette que l'auteure n'ait pas pris plus de temps pour développer certains aspects de l'histoire, notamment sa relation avec Clémence, j'ai trouvé parfois que l'histoire avançait trop vite. Je n'aurais pas été contre une centaine de pages en plus ;-)
Grâce à une écriture précise, Elsa Marpeau nous fait terriblement ressentir la vulnérabilité de Sarah, ses difficultés à accepter son nouveau corps, tout le cheminement intérieur qui est aussi capital que la rééducation physique.
Alors Sarah se laisse aller. Elle renonce au corps triomphant qu'elle a été, pour accueillir ce qu'elle est devenue : une chair recousue, des jambes bloquées, lourdes et douloureuses, un assemblage d'os et d'acier.
Elle consent à sa vulnérabilité et ce consentement la libère d'un tel poids qu'elle se laisse aller à la tristesse et au plaisir d'un même élan, et à la souffrance et à la joie. p. 151
Vient se greffer à cette partie de l'histoire, la disparition de Clémence, qui va doucement mais sûrement faire basculer ce livre du côté du thriller. Le stress monte crescendo dans cette histoire et l'horreur de ce que Sarah va découvrir ne laissera personne de glace.

Logo Polars2







Logo Dames en noir