Et voilà, c'est le dernier jour du challenge Thrillers et Polars organisé par Sharon, je vous propose pour atteindre le chiffre rond et symbolique des 50, deux dernières chroniques. Je pense reconduire le challenge l'an prochain, toutefois en baissant peut-être le rythme, je ne sais pas. Là, je me suis donnée à fond ces dernières semaines car j'étais vraiment proche des 50 par rapport aux autres années et ça aurait été bête de ne pas y arriver pour un livre ou deux.

Prendre Lily de Marie Neuser

Prendre Lily

On retrouve le corps de Lily Hewitt, sauvagement assassinée dans sa baignoire, mutilée, poignardée et dans chaque main, une mèche de cheveux parfaitement coupée et disposée. C'est le second crime, dans ce quartier, pourtant tranquille, d'une petite station balnéaire anglaise, après celui d'une étudiante coréenne retrouvée morte dans la rue.
Rapidement, les soupçons se portent sur Damiano Solivo, un homme simple, discret, à qui l'on donnerait le bon Dieu sans confession. Solivo est innocent, innocent de tout, il le jure, et même pire, il s'agit d'une immonde machinerie, un complot qui prend ses racines en Italie.

Prendre Lily est un polar troublant à la fois par son sujet et par son style. Dans ce roman, toutes les présomptions se tournent vers un suspect, mais les preuves sont circonstancielles et les enquêteurs vont passer des années à essayer d'arrêter Damiano Solivo. L'enquête s'étale donc sur plusieurs années, on suit de près l'équipe de policiers car le narrateur, Gordon, est l'un d'eux. On sent leur frustration, leur impuissance, tout est là pour l'arrêter, tout le monde sait que c'est lui mais la procédure finit toujours par bloquer quelque part. C'est un polar mais c'est également une chronique judiciaire, un peu comme un épisode de Faites entrer l'accusé, très précis, documenté. C'est un peu lent (et cela pourrait gêner certains lecteurs) mais c'est aussi passionnant, on voit de près et de façon tout à fait réelle et réaliste, la complexité d'une enquête policière. On saisit tout le désarroi de Gordon que cette enquête va obnubiler...
J'avais découvert Marie Neuser il y a quelques années en lisant son premier livre, Je tue les enfants français dans les jardins, un polar qui s'inspire de son expérience de prof,  qui m'avait absolument bouleversé. J'ai lu Prendre Lily avec attention et finalement avec effroi,  car c'est totalement fou de voir une enquête si pointue, si précise avoir tant de mal à aboutir, vraiment j'ai beaucoup aimé. Un polar d'une très grande qualité, avec une écriture intelligente et minutieuse, et au final un livre très différent de la majorité des thrillers.

Grossir le ciel de Franck Bouysse

Grossir-Le-Ciel-1052980302_L

 C'est le jour de la mort de l'Abbé Pierre que tout va changer dans la vie de Gus. Jusque là, il vivait dans sa ferme, dans les Cévennes, coincé entres ses vaches, ses champs, et les travaux quotidiens d'un paysan. Solitaire, son plus proche voisin, devenu avec le temps une sorte d'ami, Abel vit à quelques centaines de mètres de chez Gus. Mais ce jour-là alors que Gus passe une drôle de journée, des événements inhabituels se produisent et vont mettre à mal toute la mécanique bien huilée des journées campagnardes cévenoles.

J'ai pris ce roman un peu hasard, parce qu'il était court et que sa couverture sentait à la fois l'abandon, la tristesse et le mystère. Et c'est effectivement le cas. Franck Bouysse nous plonge au coeur du monde campagnard, dur et solitaire, dont les conditions sont renforcées par l'hiver et la neige qui isolent encore plus ces hommes. Des paysans taiseux, qui portent en eux des désirs, des secrets, des inquiétudes, des souvenirs plus souvent mauvais que bons.
Franck Bouysse de son écriture précise, poétique m'a totalement chamboulé et a réussi à produire un texte fort et puissant sur la vie sommaire et répétitive de ces paysans. Le personnage de Gus que l'on suit tout au long du roman est particulièrement touchant, on découvre ses regrets et son éducation faite dans la violence.
Grossir le ciel est un roman rural noir, empreint d'une certaine tristesse, fait d'un bois particulier qui, dans le suspense d'une intrigue qui s'accentue, parle de la mort, du passé, de la solitude, de l'humain. C'est un court roman mais qui laisse un peu groggy et le coeur serré...

Logo Polars2

 

 

 

 

 

Logo Dames en noir