J'adore écrire des chroniques littéraires, vous parler de livres que j'ai aimé, ou pas, mais écrire une chronique sur une amie blogueuse qui a publié son premier roman, c'est quand même autre chose !! C'est encore mieux parce que forcément on a un lien avec l'auteur, mais c'est aussi stressant car on veut encore faire mieux que pour un autre auteur...

Londres, 1899.
Florence Jones, jeune mère célibataire, décide de faire adopter sa fille Sélina, faute de pouvoir la garder auprès d'elle. Elle se tourne alors vers Mrs Hewetson, l'une de ces fermières de bébés qui pullulent dans la capitale et qui affirme pouvoir s'occuper de son enfant. Mais Florence ignore encore que cette femme est loin d'être la bonne âme qu'elle prétend être...

Une bonne âme

Une bonne âme est arrivé deuxième au concours de Librinova, ce court roman s'inspire d'un fait divers qui s'est déroulé à Londres, au 19ème siècle.
Il nous permet de découvrir le métier de "fermière de bébés" dont j'ignorais absolument l'existence. Il s'agit ni plus ni moins de femmes qui étaient payées pour récupérer les enfants abandonnés par d'autres femmes qui ne voulaient ou ne pouvaient pas s'en occuper et revendaient les enfants à des couples voulant adopter, mais bien souvent, cela tournait plutôt à l'escroquerie....
Dans Une bonne âme, nous suivons donc deux femmes aux envies et aux questionnements diamétralement opposés et dont les chemins vont se croiser. Le roman aborde différents thèmes importants comme la position des femmes au 19ème siècle et les difficultés qu'elles pouvaient rencontrer si jamais elles sortaient du cadre bien défini de leur existence, ou les relations mère/fille, terrible entre Florence et sa mère et, très touchante entre Florence et Selina.

Avec une plume fluide, délicate et belle, Audrey Perri nous amène dans un Londres grouillant et âpre, grâce à des descriptions précises et vivantes, on a vraiment l'impression de marcher aux côtés de Florence, de rencontrer Ada, de ressentir leurs douleurs et leurs souffrances... De plus, l'atmosphère de l'époque, la pauvreté, l'aspect social sont particulièrement biens rendus.
Ada et Florence sont vraiment au coeur de ce roman, et j'adore quand un auteur s'attache à décrire ou imaginer le passé de personnalités troubles. Audrey Perri nous propose de voir l'envers du décor, de découvrir les deux figures féminines au centre de son roman, d'entrer dans leur esprit, et de nous proposer une histoire cohérente et humaine pour nous montrer qui elles sont et comment elles ont pu en arriver là...
Il y a très léger aspect policier qui nous est proposé par l'auteure avec l'arrivée de Charles Morton qui mène une enquête sur Ada, mais je suis contente que l'histoire se soit davantage consacrée à ces deux femmes qu'à l'aspect purement policier de l'histoire.
Vous connaissez mon amour pour les polars, mais dans une histoire comme celle-ci les personnalités, le passé des personnages, leurs choix, leurs décisions sont bien plus importantes et il est vraiment passionnant de suivre Florence et Ada dans ce Londres, sale et tellement difficile de l'époque...

Alors, sans même y penser, comme à chaque fois qu'elle était soumise à ces pulsions qui lui faisaient perdre tout sens commun, Ada s'assit à même le plancher, l'enfant dans ses bras, ses jupes se disposant presque trop joliment autour d'elle. Vaste corole sombre sur le bois clair. La transformant en une fleur noire bâillonnant cette petite vie de ses pétales vénéneux.