J'ai passé toute la semaine dernière et tout le week-end à fuir la télévision, BFM et leurs reportages apocalyptiques, les débats sans fin, les discours insipides et stupides des gilets jaunes. J'ai essayé d'esquiver le plus possible sinon je m'énerve, je râle face à ma télé et j'en ai marre.
Oui, maintenant, j'en ai marre. J'en ai marre que mon pays soit transformé en une poudrière prête à exploser à cause de centaines de gros balourds qui ne comprennent rien à rien. J'ai aussi peur maintenant, peur quand je vois la violence qui monte crescendo, devant la haine des gilets jaunes envers le président et envers les autres citoyens qui ne sont pas gilets jaunes. Quand on empêche des gens de circuler parce que ces derniers ne partagent pas votre avis, ça s'appelle du totalitarisme...
De plus ce qui m'énerve, c'est qu'à la télé aucun temps de parole n'a été donné aux gens qui ne sont pas des gilets jaunes, qui sont contre ce mouvement, on ne les a vu nulle part, et c'est carrément pas objectif ni égalitaire.

J'en ai marre car les gilets jaunes ne comprennent pas que tout bloquer et tout casser ne mènera qu'à une chose : à une situation économiquement précaire. Car les commerces et les entreprises travaillent moins, voire plus, depuis les blocages. Qui dit moins de travail, dit chômage technique. Qui dit chômage, dit baisse de l'activité du pays et baisse de la croissance, augmentation de la dette, entrée en récession et tout le bordel. Juste au moment où le pays commençait à redresser la barre.
Sans compter que toutes les destructions seront payées par nos impôts, NOS impôts et pas ceux des gilets jaunes qui ne payent probablement pas d'impôts. Rien que ça, ça me fout grave les boules. Les mecs touchent sur tous les plans, et encore quoi ils sont pas contents ?! et qu'on vienne pas me dire que la difficulté quotidienne, je la connais pas, mes parents sont pile dans la classe moyenne et moi j'oscille entre le haut de la classe précaire et le bas de la classe moyenne. Les mois galères sans taf, je connais. Et pire, j'aurais aucun chômage si demain je m'arrête, tout comme je n'ai pas d'arrêt maladie ou de congés payés. Oui j'ai choisi cette situation mais donc la précarité, je sais ce que ça veut dire. Et quand je vois ces mecs qui passent leur temps à des ronds-points mais putain, ça me rend folle !! au lieu de construire des cabanes branlantes, faites des choses utiles pour les autres !
C'es comme de les entendre râler sur les GAFA... je suis sûre que les ¾ publient des vidéos et des photos sur leur facebook via le dernier iPhone et font leurs achats sur Amazon. Putain, ça me fait doucement rire ça. Le système, on le change en modifiant son mode de vie, ses habitudes, mais la plupart ne sont pas prêts à changer. Ils sont contre les zones commerciales et les grands supermarchés mais je suis certaine que tous vont faire leurs courses à Auchan parce que « c'est moins cher ». Mais arrêtez avec ces mots-là !
De toutes manières, le principal problème ne vient pas de trop d'impôts ou de pas assez d'aides, le problème vient des gens. Des gens qui sont envieux et jaloux. La revendication du salaire maximal plafonné à 15 000 € en est le parfait exemple. En France, on n'aime pas les gens qui réussissent ou qui gagnent de l'argent. Je suis totalement contre cette revendication. Pourquoi quelqu'un qui bosse dur, qui a des responsabilités, qui a des employés, n'aurait pas le droit de bien gagner sa vie ?
Les gens veulent plus de sous mais aucun n'a dit pourquoi faire. Je ne doute pas que dans le lot, il y a peut-être des gens qui ont vraiment besoin d'argent – quoique les gens vraiment dans le besoin ne peuvent pas trop se permettre de passer leur temps à faire le pied de grue à un rond-point – mais il y a sans doute des gens qui veulent plus, juste pour jouer plus au PMU ou acheter plus des conneries aux gamins. Des nouvelles consoles, des nouveaux ordis, une plus belle voiture que le voisin.

On peut vivre autrement qu'en dépensant tout le temps. On DOIT vivre autrement qu'en dépensant tout le temps, il n'y a que comme ça qu'on pourra changer le système mais certainement pas en détruisant des magasins ou des symboles historiques.
Cet article est long et décousu mais je ne suis pas en état de mieux organiser mes idées, je suis énervée, fatiguée et triste. Toute cette ambiance ne me facilite pas les choses et j'ai du mal à entrer dans le mode « fêtes de fin d'année ». Je suis plutôt en train de me demander comment faire ce week-end pour aller acheter ce qui manque sans prendre de risque.

Bref, vous l'aurez compris, je suis plus qu'agacée par cette situation et quand je vois que Macron a lâché du lest, ça me dégoûte, et que je m'aperçois que les gilets jaunes ne sont toujours pas contents, je ne comprends vraiment pas... qu'est-ce qu'ils veulent ?? 5000 € d'aides par moi et ne payer aucun impôt ?
Pour terminer, je vous renvoie vers un article du Monde dans lequel je me reconnais à 100 % : Les peurs et l'autre colère des anti-« gilets jaunes »