La chambre d'ami de James Lasdun

La chambre d'ami_reduit

Charlie et Chloe sont un couple parfait : riches, beaux, jeunes. Ils sont tellement parfaits qu'ils ont proposé à Matthew, le cousin de Charlie, de venir passer l'été avec eux dans leur superbe maison secondaire. Matthew est un peu paumé, un peu pauvre et a accepté leur proposition. Il aime son cousin bien sûr mais il apprécie encore plus Chloe, pas comme un amant mais presque, il existe entre eux une relation un peu trouble...

La chambre d'ami est le récit de cet été-là. Bon disons-le d'emblée, j'ai été déçue par ce roman noir vendu comme un chef d'œuvre et qui ne m'a pas convaincu... En cela, deux raisons : la première est qu'on attend que l'introduction finisse et que l'action commence. Problème : cela n'arrive jamais. Pour la seconde raison, j'aurais aimé quelque chose de plus tranché, de plus explicite, là on tourne beaucoup autour du pot et un récit que je pensais un peu sulfureux, reste très sage... Pourtant le résumé et la quatrième de couverture étaient très prometteurs.

Les cafards de Jo Nesbo

Les cafards

A Bangkok, un ambassadeur norvégien est retrouvé mort dans un motel, un précieux couteau thaïlandais planté dans le dos. A côté de lui, une valise au contenu explosif. Harry Hole est envoyé en Thaïlande afin d'élucider ce meurtre. Un choc des cultures pour ce brave Harry en plein tourment personnel.

Pas de surprise avec ce nouveau Jo Nesbo pour moi, je n'ai pas vraiment apprécié Les cafards. J'avais déjà tenté de le lire il y a pas mal de temps sans y arriver, ce qui en soi n'est pas très bon... là, cette fois j'ai réussi à le terminer mais sans grand enthousiasme.
J'ai toujours beaucoup de mal avec le personnage d'Harry, pourtant les flics torturés et borderline, j'aime plutôt ça mais là, ça ne veut pas. Quant à l'enquête, bon elle n'était pas mal mais la résolution m'a fait un peu l'effet d'un « tout ça pour ça ». Et comme dans les autres thrillers, le style de l'auteur me laisse sans émotion. Je sais que Nesbo est très plébiscité, et ça m'embête de ne pas plus apprécier que ça ses productions.

Eternalis de Raymond Khoury

Eternalis_reduit

Naples, 1750. Dans les profondeurs de la nuit, trois hommes armés d'épée pénètrent dans le palais d'un marquis. Leur chef, Di Sangro, l'accuse d'être un imposteur et le somme de lui révéler Le Secret. Mais le marquis prend la fuite laissant derrière lui un palais en flamme et un Di Sangro jurant vengeance... Beyrouth, 2006. Mia à a peine le temps de faire la connaissance avec sa mère Evelyn, archéologue émérite et passionnée, que celle-ci est enlevée sous yeux. un antiquaire venait de lui remettre un codex orné d'un Ouroboros - le serpent qui se mord la queue - et Evelyn avait compris la portée vitale d'une telle relique...

Un thriller à la sauce ésotérique qui n'a pas su me convaincre. Je me rappelle à peine de l'histoire si ce n'est qu'il y a une histoire de CIA au Moyen-Orient avec un mystère peu ou prou archéologique à la clé. Si les descriptions du Moyen-Orient ne sont pas mauvaises, l'histoire est pleine de théories scientifiques, de beaucoup (beaucoup) trop d'actions, je n'ai pas plus que ça accroché aux personnages et la fin est assez bof. Dommage car la couverture avec le symbole de l'Ouroboros était prometteuse.

La clé de l'apocalypse de James Rollins

La clé de l'apocalypse_réduit

Au Mali, le fils d'un sénateur américain est retrouvé mort, une croix celtique gravée sur le corps. Au Vatican, un prêtre est assassiné, le même symbole tatoué sur la peau. Les agents de Sigma Force se retrouvent sur ces deux enquêtes : Painter au Mali et Gray Pierce est appelé par son ancienne maîtresse, Rachel, dont l'oncle connaissait le prêtre assassiné.

Contrairement à Eternalis, j'ai beaucoup aimé La clé de l'apocalypse. Ce thriller ésotérique est parfaitement mené, intéressant et les personnages fouillés, attachants et intrigants. On y découvre en détail la prophétie de Sainte-Malachie, attribuée à Malachie d'Armagh, cette prophétie des Papes énumère 112 devises du premier pape, Célestin 1er, jusqu'au dernier...
Et l'auteur nous fait pas mal voyager entre le Mali, l'Italie, l'Angleterre et la Scandinavie où une bonne partie de l'histoire se déroule dans le grenier de la planète... de nombreux lieux forts sont visités et décrits par l'auteur dont les personnages sont à la recherche de la fameuse Clé de l'apocalypse. Un petit bémol, l'intervention d'un genre de confrérie (La Guilde) et d'une grosse société sont un peu bof-bof.
Ça se lit très bien, l'auteur alterne avec brio les moments d'action pure et les passages « instructifs » où il relate l'histoire des lieux, leur passé... j'ai beaucoup aimé le passage en Angleterre dans la tourbière très très chaud... !! mais totalement palpitant !
J'avais lu Amazonia du même auteur où j'avais regretté le côté « trop » de l'histoire, ici les choses sont mieux dosées et j'ai nettement plus apprécié La clé de l'apocalypse.

logo