Avec le début d'année que j'ai passé, j'aurais pu penser que 2019 allait être difficile. Naïvement, je me disais que ça allait passer et que le reste serait plus calme. Je me suis légèrement trompée. Mais légèrement.
Alors qu'on se remettait doucement du décès de ma grand-mère, c'est ma seconde grand-mère qui perd pied. Depuis elle se laisse glisser doucement vers la mort. Mots terribles à écrire. Elle est tombée plusieurs fois chez elle sans chercher à être secourue. Elle ne mange presque plus, ne s'habille plus.
Elle est à l'hôpital depuis quelques jours mais on parle de syndrome de glissement. Et en lire la définition médicale est proprement terrifiante. Dans quelques jours c'est Noël, le sapin n'est pas fait et l'atmosphère est loin, très loin d'être festive. Ma mère pense qu'elle n'en a plus pour longtemps.

Alors oui peut-être qu'elle va se remettre mais je doute un peu de ça. Elle a toujours été plus ou moins dépressive, « faible » et je ne la sens pas capable de remonter la pente. Je ne sais même pas si elle en a envie pourtant elle a une vie confortable, elle est choyée, elle a du monde autour d'elle, elle vient d'être arrière-grand-mère (sa seule remarque à ce moment-là a été « je peux mourir »), elle vit dans un bel appartement. Je pense toutefois que ça ne suffira pas.
J'ai du mal à finir l'année, à me concentrer sur le travail, à poursuivre mes challenges littéraires, à alimenter mon blog. C'est très égoïste mais j'ai tellement peur de devoir l'enterrer d'ici Noël.
Aujourd'hui, j'ai juste hâte que l'année se termine et que 2020 soit vraiment plus sereine et positive. Parce que même si le positif est une attitude, il y a parfois des moments où même si on veut à tout prix être positif, le sort s'acharne un peu contre soi.