L'an dernier, j'ai reçu La vraie vie comme cadeau à Noël, j'ai profité de cet été pour le sortir de ma PAL et le lire en Lecture Commune avec Dawn Girl (retrouvez son article sur son blog).
Ce fut une grosse claque !

CVT_La-vraie-vie_2224


« A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents, et celle des cadavres. »
Cette première phrase donne immédiatement le ton d'un roman qu'on aura bien du mal à lâcher ! Le lecteur est irrésistiblement attiré dans cette histoire qui deviendra de plus en plus sombre au fil des pages...
Dans ce récit à la première personne, notre héroïne - dont on ne connaîtra jamais le prénom - va nous raconter son quotidien au sein de sa famille pas si banale. Le père, figure d'autorité et de violences, fait peser une chape de plomb terrible à tous les membres de sa famille. On ressent à chaque page le sentiment d'étouffement et de crainte avec lesquels elle doit vivre et composer. On l'accompagne à un moment charnière de son existence où tout bascule et où elle devra faire un choix : se laisser faire ou combattre. Notre héroïne devient une guerrière. Puissante, volontaire et intelligente. Elle m'a impressionné à chaque page. A chaque instant, j'avais peur pour elle, une peur presque viscérale tant l'atmosphère devient délétère et angoissante autour d'elle. J'ai été totalement terrorisée par la nuit de la chasse ! J'ai adoré suivre ce personnage, sa façon de voir la vie, de comprendre le monde, son amour pour son frère, son évolution, son désir de s'en sortir...
L'écriture d'Adeline Dieudonné aide beaucoup, elle est si immersive, que quand on lève les yeux du livre, on a dû mal à se rendre compte qu'on est tranquillement en train de lire ! Elle est simple et pourtant travaillée, prenante et imagée.
La vraie vie est un roman prenant et intense, un roman coup de poing, dont les yeux jaunes de la hyène hanteront longtemps le lecteur...

p.s : j'ai lu des critiques de ce livre sur Babelio et vraiment parfois, je ne comprends pas certains lecteurs... des gens qui aiment Franck Thilliez (que j'adore, la question n'est pas là) et d'autres auteurs policiers qui ne sont pas les derniers à, parfois, proposer des choses horribles ; et qui ont été choqués par ce livre et l'ont trouvé malsain et glauque et disant qu'il y a déjà bien assez d'horreurs dans le monde, pour ne pas en plus les lire. Et je suis désolée, je trouve cet argument complètement débile et contradictoire ! Bien sûr que ce n'est pas une histoire facile, mais c'est une histoire qui arrive à des milliers de familles !