24 avril 2006

Comme des Héros sans Guerre

C'est le dernier livre que je viens d'acheter. 4ème de Couverture : Quelque part aux Etats-Unis, un immeuble de briques rouges. Entre ses murs, sept hommes et femmes aux destins brisés ne partagent de leur quotidien que la haine et le mépris. Au carrefour de ces solitudes, un colosse mélancolique : Sauveur, boxeur déchu, gardien désoeuvré, glisse parmi les ombres en espérant s'y fondre et disparaître. Lorsqu'un jour la violence faut voler en éclats leur triste équilibre, Sauveur décide de rompre une vieille promesse :... [Lire la suite]
Posté par Zofia à 21:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 février 2006

Roma

  " - Elle devait mourir. Mais non. Elle va vivre encore.    - Elle vit. Elle ne meurt pas. Elle meurt plus tard de ce leurre d’être à la fois la captive d’un homme et de l’aimer.Mais aussi elle en vit jusqu’à la fin des temps.Elle vit de savoir, de connaître que l’amour est encore là, entier, même fracassé, qu’il est une douleur de tous les instants mais cependant encore là, présent, toujours plus fort.Et elle en meurt."   Marguerite Duras, Roma dans Ecrire, 1993
Posté par Zofia à 16:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 novembre 2005

Eviter la Réalité

Troublée Chaotisée IncréduleFinalement ça va quand même plutôt mal Irons-nous jusqu'à La HAine...?!
Posté par Zofia à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2005

It's over

Décidément, je n'aime vraiment pas les fins. Justement parce que ça se termine. Avant j'étais pas comme ça, quand je lisais un livre, je faisais mine de tomber par hasard sur la dernière page pour savoir comment ça finissait, discrètement. Maintenant, j'voudrais garder le livre toujours ouvert, le film toujours sur play, pour pas que ça s'arrête. J'aime pas les histoires qui s'arrêtent. Ce matin, j'ai fini Rien de Grave. J'aurais du arrêter avant la fin pour avoir la sensation que le livre était pas fini. Mais l'illusion n'aurait pas... [Lire la suite]
Posté par Zofia à 14:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2005

Rien de grave

"Tu t'attendais à quoi ? je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J'ai lancé le cadre par terre, le verre s'est brisé mais comme c'était pas assez j'ai bondi du lit et j'ai déchiré la photo, celle qu'il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu'on ne connaissait pas à notre mariage qu'on est partis avant la fin. Il a eu l'air triste, plus pour la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a... [Lire la suite]
23 août 2005

Est-ce que Sylvie Testud est aussi douée pour l'écriture que pour le cinéma ?Je vous dirai ça bientôt...
Posté par Zofia à 12:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 août 2005

Osons

J'ai failli acheter ça Mais finalement j'ai pris ça
Posté par Zofia à 02:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 juillet 2005

Pas plus compliqué que ça

Ce livre ne raconte rien d'autre qu'une histoire d'amour.Une histoire d'amour entre quatre éclopés de la vie.Camille, Franck, Philibert et Paulette.Des bons à rien, des cabossés, des coeurs purs.Quatre allumettes placées ensemble au-dessus d'une flamme.Et, pfiou...Tout s'embrase.Une histoire simple, celle de la vie.Pas du rêve en boite.600 pages de plaisir, des larmes, et des sourires.Evidemment, je suis tombé amoureuse de Franck (!)Juste envie de le relire.
08 février 2005

Sur ce

Msn ne marche pas, je vais me prendre un bain. "LES ETRES HUMAINS SAUVAGES DANS LEUR MILIEU 2. Comment les reconnaitre ? Prenons une loupe et examinons l'un de ces spécimens sauvages : poils drus sur le sommet du crâne, peau rose, blanche ou brune, pattes aux nombreux doigts, les humains tiennent en équilibre sur leurs pattes arrières, les fesses légèrement en retrait. Deux petits trous leur permettent de respirer (de l'oxygène essentiellement), deux autresà percevoir des sons, deux autres encore à percevoir les modulations de la... [Lire la suite]
17 décembre 2004

Sensation, Rimbaud

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers, Picoté par les blés, fouler l'herbe menue : Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue. Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : Mais l'amour infini me montera dans l'âme, Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien, Par la Nature, - heureux comme avec une femme.
Posté par Zofia à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,