20 décembre 2012

La blonde décapitée dans sa décapotable

Il est dix heures, jeudi matin, à un jour de la fin du monde et cinq de Noël. Il ne faut pas s’attendre à un miracle, cette année, Noël aura un habit noir en dessous des paillettes. Je voudrais que les gens invités prennent sur eux et n’arrivent pas avec des têtes d’enterrement. Chaque jour, moi aussi, je tiens la tristesse à distance. Je repousse les limites, je construis des digues, j’érige des remparts toujours plus hauts pour ne pas penser.  J’empêche les pensées d’arriver. Je les bloque à temps.J’aimerais qu’à Noël on ne... [Lire la suite]