21 mai 2008

J’ai fini L’écume des jours.Le deuxième Vian que je lis. Et j’aime, j’aime. Même si celui-là était très différent de J’irai cracher sur vos tombes.Ici, c’est l’histoire de Colin et Chloé, de Chick et Alise. Une histoire où ces jeunes adultes passent leur temps à ne rien faire, pas par paresse, mais parce que dans ce monde-ci, cela ne se fait pas. Dans ce roman, Boris Vian joue avec les codes littéraires, c’est un délice verbal, jeux de mots et néologismes sont à la fête. « L'obsession consumériste de Chick, née d'une idolâtrie... [Lire la suite]

21 août 2007

Le pelleteux de nuages

Je suis en plein dans mon 2ème Fred Vargas, Dans les bois éternels, et décidément j’aime de plus en plus. Déjà Pars vite et reviens tard avait inspiré tout mon respect et je bavais devant l’histoire comme une gosse bave devant une glace a la fraise. Mais là, c’est presque encore mieux ou tout aussi bien. J’aime commencer une série et voir qu’elle me correspond. Je compte rapidement en acheter un 3ème afin d’en faire ma religion, Adamsberg sera mon dieu. Dans un style tout a fait différent des polars trash de Grangé (que j’adore tout... [Lire la suite]
13 août 2007

Et après…

Je connaissais pas ce cher monsieur aux airs de Mark Wahlberg, ce prof d’économie qui s’est mis à la littérature ; puis je suis allée au Forum Cinéma et Littérature à Monaco et je l’ai vu comme je vous vois, si si en vrai de vrai ou en chair et en os comme vous préférez. Son livre Et après… va être adapté au cinéma avec dans le rôle principal…………….Romain Duris ! et voila mes oreilles étaient aux aguets et je me disais que si mon cher Romain allait jouer dans son adaptation c’est que ça devait être bien.Donc j’ai acheté le livre, déjà... [Lire la suite]
30 août 2006

l'Ere du Verseau

L’amertume d’avoir encore fini un livre. Encore un.C’est une histoire de sexe et de sang, c’est l’histoire d’une mère et d’une fille, d’une secte et d’astrosophie. C’est un roman dans le livre qui ne font qu’une seule et même histoire.Une mère qui part retrouver sa fille. Sept ans après avoir surmonté la douleur des « Je te hais » de celle-ci. Brigitte, Mathilde. Marie, Ambre.Et la spirale des événements, incontrôlable. Une fuite en avant. Des souvenirs, des crimes.
12 mai 2006

Chroniques de l'Asphalte 1/5

Samuel Benchetrit. Je connaissais le nom, certainement lu dans une revue cinématographique. J'ai mis ce nom sur un visage lors de l'affaire Trintignant/Cantat, pas les meilleures circonstances pour découvrir quelqu'un. J'ai mis ce visage et ce nom sur des mots chez PetiteConne.Samuel l'écrivain, Chroniques de l'Asphalte 1/5 "Le Temps des Tours". Une cité, un bloc, une tour, à travers les étages de la cave au toit, il nous raconte son enfance, son adolescence.La banlieue, sans parti pris, sans politique et sans jugement, pas... [Lire la suite]
23 octobre 2005

Rien de grave

"Tu t'attendais à quoi ? je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J'ai lancé le cadre par terre, le verre s'est brisé mais comme c'était pas assez j'ai bondi du lit et j'ai déchiré la photo, celle qu'il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu'on ne connaissait pas à notre mariage qu'on est partis avant la fin. Il a eu l'air triste, plus pour la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a... [Lire la suite]
20 juillet 2005

Pas plus compliqué que ça

Ce livre ne raconte rien d'autre qu'une histoire d'amour.Une histoire d'amour entre quatre éclopés de la vie.Camille, Franck, Philibert et Paulette.Des bons à rien, des cabossés, des coeurs purs.Quatre allumettes placées ensemble au-dessus d'une flamme.Et, pfiou...Tout s'embrase.Une histoire simple, celle de la vie.Pas du rêve en boite.600 pages de plaisir, des larmes, et des sourires.Evidemment, je suis tombé amoureuse de Franck (!)Juste envie de le relire.
17 décembre 2004

Sensation, Rimbaud

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers, Picoté par les blés, fouler l'herbe menue : Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds. Je laisserai le vent baigner ma tête nue. Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : Mais l'amour infini me montera dans l'âme, Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien, Par la Nature, - heureux comme avec une femme.
Posté par Zofia à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 novembre 2004

Orage Libérateur

Léa n'obéit pas à sa mère et n'alla pas dans sa chambre. Elle se précipita dans le jardin,traversa la cour et, en courant, coupa à travers les vignes en direction de Bellevue. Pour éviter  de passer devant la maison de Sidonie, elle escalada le mur qui bordait la propriété, prit la route poudreuse, puis le sentier qui montait au calvaire. A mi-chemin, une bourrasque tiède et humide la força à ralentir sa course puis à s'arrêter. Les mains croisées sur sa poitrine comme pour compenser les battements de son cœur, elle contempla,... [Lire la suite]