La musique efface les distances, enfouit les idées et couvre le bruit de la pluie. La belle me regarde. Je me demande ce qu’elle pense. La musique emplit tout, l’espace, colore les murs. Je n’arrive plus à penser par moi-même. Complètement hypnotisée. La belle a toujours ses yeux bleus posés sur moi et son sourire sur le visage. Un sourire mi-curieux, mi-excitant. Un sourire qui m’attire.
La musique toujours, annihilant tout et ne laissant qu’Elle et ses yeux bleus. Ses beaux yeux bleus, je dois le reconnaître.
Sur un corps presque parfait, en demi-teinte, ni trop clair, ni trop foncé, le corps parfait je dirais. Il n’y a plus qu’Elle sur toute la surface, j’ai oublié mon âge, l’endroit où je suis et celui d’où je viens. J’ai oublié avec qui je suis venue et pourquoi.
Tout.
Une sensation bizarre, jamais ressentie, à cause des yeux bleus sûrement. Qui vous regardent et qui vous laissent jamais repartir tranquille. On est plus pareil après avoir vu des yeux comme cela…
Plus du tout. Mais, ça je ne le savais pas encore.
La musique change de rythme mais tout colle avec ses cheveux noirs et ses yeux bleus. Ça lui va bien, comme la chanson d’avant. Je l’imagine en robe rouge, en jogging, en short sur une plage. Un éclat de soleil, un parapluie jaune et un rire fulgurant.
Elle attends c’est sûr. C’est moi qu’elle attends. Non. Si. Peut-être.
J’ai presque plus peur, certainement grâce à la musique. J’ai envie de bouger vers cet idéal féminin.
Depuis combien de temps je suis fixée sur ces yeux bleus, je ne saurais le dire. Mais je sens que ça fait longtemps, mais j’admire. J’admire, je me nourris de son corps, de son léger mouvement sur la musique, des boucles qui dansent autour des yeux bleus qui clignent. Sa bouche et son sourire. Elle murmure des mots que je n’entends pas, à cause de la musique.
A quelques mètres seulement, je tends la main pour remettre des cheveux derrière son oreille, juste une mèche, sinon il n’a rien d’autre à toucher.
Je regarde, comme si je ne savais faire que ça.
Non.
Non, ne pars pas. J’ai envie de toi.