Revoir un Printemps

22 septembre 2017

Un chasseur sachant chasser...

Je vais finir par croire que ça n'existe pas !!

La chasse est ouverte depuis le 10 septembre pour mon département et c'est pas moins de 4 "accidents" de chasse qui se sont déjà produits : en Vendée, un ado de 13 ans a été tué d'une balle en pleine tête par son grand-père, dans le Var, c'est un père et son fils de 11 ans qui ont été grièvement blessé par un chasseur qui visait un chevreuil, plus tôt dans le mois, dans les Alpes-Maritimes, un chasseur a tué une chienne de promeneurs croyant qu'il s'agissait d'un loup (hum), et le week-end dernier, dans le Massifs des Bauges en Savoie, un chasseur a tiré au moins 4 balles sur 4 ânes, en tuant deux sur le coup et deux autres ont du être euthanasiés... 
Sans oublier l'écoeurante vidéo de ces hommes cagoulés et armés jusqu'aux dents - on dirait un groupuscule de djihadistes - qui veulent tuer des ours dans les Pyrénées...
Deux semaines de chasse et pas moins de un mort, deux blessés et cinq animaux domestiques tués (je ne compte pas le chasseur qui est mort tout seul en chutant), et la chasse va continuer pendant plusieurs mois, quatre jours par semaine - lundi, mercredi, samedi et dimanche. Et chaque semaine, des promeneurs bienveillants vont risquer leur vie en profitant de la nature.
Je le dis sans aucun problème, je déteste les chasseurs. Quoique je l'écris ici, mais je ne le dis pas trop fort quand je suis dans les bois....
Je suis habituée aux promenades en forêt depuis toujours et je me demande vraiment ce qu'il faut avoir bu avant pour confondre un loup et un chien, ou un humain et un chevreuil... Jusqu'à maintenant, je n'étais pas forcément rassurée mais là, je vais devenir vraiment méfiante.
Ma position sur le sujet est radicale puisque je pense que la chasse devrait tout simplement être interdite et remplacée par des tirs de régulation sous la surveillance et le contrôle de la gendarmerie et de l'ONF.
Malheureusement, je pense que cela n'arrivera pas, mais j'aimerais au moins que la chasse soit interdite le week-end et le mercredi (autorisée par exemple, le lundi et le vendredi). Je suis également pour une restriction et un contrôle drastique des calibres et des armes de chasse, il faut savoir qu'une balle peut parfois parcourir un très longue distance avant d'atteindre une cible....
Et qu'on ne vienne pas me dire que les chasseurs aiment la nature, les animaux et sont des défenseurs de l'environnement. Passez après une journée de chasse et on verra : douilles de fusil qui traînent partout, bouteilles de bières ou de vin attendant de se décomposer - ce qui n'arrivera pas avant 4 000 ans ! - sans oublier que les chasseurs circulent en 4*4 et pick-up sur des pistes fermées (merci aux conseils départementaux qui leur donnent des autorisations), à fond, sans se soucier des promeneurs, et avec un chasseur par véhicules, ça c'est de la protection de l'environnement !!
Je crois qu'une toute toute petite partie aime vraiment la nature, mais pour l'écrasante majorité, ils aiment les armes, la traque, la mise à mort et le goût du sang.

Je ne peux pas admettre qu'un homme qui aime les animaux, les préfère morts et sanguinolents que vivant et gambadant dans les champs. La nature et la faune sont tellement précieuses, tellement magnifiques, tellement sereines et profondes, que je n'admets pas qu'on veuille la détruire et la souiller. Et c'est ce que font les chasseurs. Sans aucun état d'âme, sans aucune conscience, sans aucun doute. J'espère que notre nouveau ministre de l'environnement va durcir les lois concernant la chasse, et ne plus se laisser manipuler par les chasseurs, sous prétexte qu'ils représentent un (potentiel) grand nombre d'électeurs (de toutes manières, il ne faut pas se leurrer, on sait bien où partent les 3/4 de leurs voix...)

La nature est si belle et j'espère qu'elle nous survivra...

photo © michelbureau

fond-ecran-nature-paysages-automne-2013-070

© WHITEWOLFSIPA

© sduben

photo http://vers-le-vent.blogspot.fr

(imaginez toutes ces photos souillées par le sang d'une chasse...)

Heureusement qu'il existe des endroits, trop rares, comme les parcs nationaux de France dont le parc du Mercantour fait partie et où la chasse est bannie.

 Jeune bouquetin © zofia-revoir1printemps.canalblog.comFamille Bouquetins © zofia-revoir1printemps.canalblog.com

Jeune bouquetin © zofia-revoir1printemps.canalblog.com

Chamois © zofia-revoir1printemps.canalblog.com

Parc du Mercantour © zofia-revoir1printemps.canalblog.com

Posté par Zofia à 16:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 septembre 2017

Toujours un peu plus...

Comme vous pouvez le constater, j'ai eu "quelques" livres pour mon anniv ! ;-) Je dois en recevoir encore deux au moins, sans compter deux gains sur Babelio et quelques services presse...
Ma PAL n'arrête pas de gonfler, elle ne va pas tarder à exploser, alors histoire de la faire baisser, je vais m'efforcer de respecter deux règles de base :

1. Lire le plus possible, dès que j'ai un moment de libre

2. Ne plus acheter aucun livre jusqu'au début de l'année prochaine !!! (j'exclus les éventuels gains sur Babelio, même si avec les deux que je vais recevoir, je ne pense pas être à nouveau choisie avant un moment et les SP) on y croit ! je vais tenir !!

Kdo

Posté par Zofia à 10:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2017

Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol

J'ai voulu lire Katherine Pancol depuis plusieurs années, j'ai même failli en acheter plusieurs fois, j'aimais ses couvertues colorées et ses titres décalés. Il y a peu, on m'a prêté les yeux jaunes et la valse lente. J'ai mis presque deux semaines pour lire le premier et j'en ressors vraiment déçue, je n'ai pas du tout aimé !

Les yeux jaunes des crocodiles

Les yeux jaunes des crocodiles, c'est l'histoire de Joséphine, épouse insatisfaite et mère de famille en souffrance qui se réveille le jour où son mari et elle se séparent. Autour de Joséphine gravitent ses filles, Hortense et Zoé, sa voisine et amie, Shirley, sa soeur, Iris, et sa mère, gentiment surnommé la Cure-Dents.

Je pensais que j'allais lire un roman feel-good, un peu comme Ensemble c'est tout d'Anna Gavalda, un roman joyeux, avec des personnages originaux et des situations cocasses, il n'en est rien !
Les yeux jaunes des crocodiles est un livre ennuyeux, sinistre, avec des personnages détestables, des situations convenues, et un esprit parisien puant. L'histoire pourrait être enjouée et sympathique, le réveil à presque 40 ans d'une femme qui a passée toute sa vie dans l'ombre des uns et des autres, une femme qui se rend compte qu'elle peut vivre sans son bon à rien de mari, une femme qui peut s'affirmer et réussir. Mais le principal problème des Yeux jaunes, ce sont ces personnages. Joséphine notre héroïne se déprécie pendant 600 pages, elle ne s'aime pas, se voit grosse, moche, nulle et molle et le répète à l'envi. Difficile donc de s'attacher à elle car elle pourrait être touchante, mais non, elle est simplement pénible à suivre. Mais les autres personnages ne sont pas plus sympathiques, touchants ou émouvants, à part peut-être Marcel, le beau-père de Joséphine. Sa mère m'a tout simplement l'air détestable. Sa soeur Iris, est une belle femme désoeuvrée dans son 200 m² rempli d'oeuvres d'art, une femme qui n'aura de cesse d'exploiter Joséphine à des fins personnelles et d'en plus, la rabaisser constamment. Et enfin sa fille aînée, Hortense qui est, sans aucun doute, le pire personnage du livre : hautaine, irrespectueuse, pimbêche, allumeuse, affreuse tout simplement.
Si je suis allée au bout de ce livre, ce n'est absolument pas pour voir comment l'histoire se terminait, je m'en fichais comme de l'an 40, c'était uniquement pour voir si ces personnages mauvais allaient se prendre un bon retour de bâton ! Et si c'est le cas d'Iris, Hortense s'en tire avec les honneurs, sauvant sa mère de la honte, celle-ci la remercie presque à genoux de la traiter si mal et ça, jusqu'à la dernière ligne !! J'ai cru que j'allais hurler quand j'ai vu comment l'auteure fait passer Hortense pour l'héroïne alors que celle-ci est continuellement atroce avec sa mère... j'en suis restée baba !

Pour conclure, ce n'était vraiment pas une bonne expérience que cette lecture... s'il y a un regain d'intérêt dans les 100/150 dernières pages, le fait que l'auteure conclut de cette façon, c'est-à-dire sur Hortense et non sur Joséphine, ne laisse vraiment pas un bon sentiment.

10 septembre 2017

Vu, Lu, Entendu, Bilan de l'été

Voici un petit récap' de ce que j'ai lu et vu au cours de ces deux mois d'été, mais avec beaucoup de sorties, de week-end entiers à l'extérieur, ce double bilan n'est pas vraiment génial... mais dans l'ensemble, j'ai vraiment beaucoup aimé ce que j'ai vu et lu :-)

Mois de Juillet et Août : 11 films dont 2 revus - 1 téléfilm - 6 séries dont 1 revues  - 14 livres et 1 nouvelle

TidelandDogmaThe circleNed Kelly

Alien CovenantNarcos S2Westworld S1Le comte de MOnte Cristo

Revu(e)s

PrometheusAlien 1Twin Peaks S1

Haute FidelitéProfanationArticle 353 du code pénalObsessions

Le dernier péchéKafka-sur-le-rivageLa fille du trainNeiges éternelles

 Sa vie dans les yeux d'une poupéeLe-Hussard-sur-le-toit

Déceptions

Ah si j'étais richeLes yeux jaunes des crocodiles

Coups de Coeur

The QueenLes opportunistesOn a failli être amiesMurder S2

Doctor FosterLand Girls S1Land Girls S2Land Girls S3

Tout ce qu'on ne s'est jamais ditSurtensionsMiss Peregrine T2

Lecture en cours 

Révélée


p.s : putain, aujourd'hui j'ai 32 ans !!

Posté par Zofia à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 septembre 2017

Bujo, le casse-tête du prochain carnet

Alors que l'année entre dans sa dernière partie, mon premier bujo va également vivre ses derniers jours ; en effet, alors que je commence Septembre, il me reste une quarantaine de pages avant les collections et une bonne dizaine de pages après et je commence tranquillement à réfléchir à mon prochain carnet...
Celui que j'utilise actuellement me convient vraiment très bien ! il possède 210 pages, des fines lignes sur chaque page, une grosse dizaine de pages avec des illustrations, il a un format A5 idéal, une couverture rigide noire. Je suis vraiment hyper satisfaite de ce carnet et j'adorerais en avoir un autre pour lancer mon nouveau Bujo ! Le problème, c'est qu'il s'agit d'un carnet de la marque Fossil, que j'avais eu en cadeau avec l'achat d'une montre... J'ai bien vérifié sur leur site, ils vendent un seul carnet et les dimensions sont légèrement trop petites pour moi...

Quoiqu'il en soit, il me faudra bientôt un nouveau carnet ! Je me suis donc penchée sur le cas Leuchtturm (imprononçable !) et qui revient sur tous les blogs de Bujo, ce qui m'empêchait totalement d'être à fond sur ces carnets, c'était que je voyais partout la mention de pointillés à la place des lignes et personnellement, je préfère vraiment les lignes. Mais en naviguant sur leur site, je me suis aperçue qu'on pouvait choisir entre 4 options de réglure : blanc, pointillé, quadrillé ou ligné, alléluia !
Il y a aussi l'option gaufrage ou sans gaufrage mais comme j'ignore absolument de quoi il s'agit, je ne sais pas si j'en aurais besoin ou pas ^^
Sans oublier les couvertures rigides ou non, et les multiples coloris possibles, sans compter l'édition spécial Bullet Journal mais le descriptif n'est pas très exhaustif... quant au prix, il faut compter entre 15,50 € et 20,50 €, ce qui reste raisonnable.

A5 Leuchtturm bicolore Pages Leuchtturm

Pages Leuchtturm2

Ce qui me fait encore hésiter, c'est que j'ai découvert la marque Moo qui propose aussi des carnets A5, et que ces carnets sont conçus pour être posés à plat, et j'adore l'idée ! car quand je suis au début ou à la fin d'un carnet, je suis obligée de mettre un bouquin dessous pour que les deux côtés soient à plat. Les carnets Moo ont des couvertures rigides, des couleurs de couvertures au choix, des lignes pour écrire et un prix de 17,99 €, tout serait vraiment parfait s'ils avaient plus de pages ! les carnets Moo, enfin ceux qui m'intéressent, ne possèdent que 160 pages + 16 pages colorées au milieu... ce qui me semble un peu juste pour faire tenir au moins une année de Bujo, pourtant je les trouve plus joli que les carnets Leuchtturm.

Carnets Moo

Carnet Moo reliure suisse
J'ai vraiment peur que 160 pages ne me suffisent pas et je ne suis pas certaine que je me servirais des pages centrales colorées, même si je trouve que l'effet est super joli !
J'avoue que pour le moment, je ne sais vraiment pas lequel choisir...
E
t vous quel carnet avez-vous ? comment l'avez-vous choisi ?

Posté par Zofia à 20:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 août 2017

Déstockage de PAL en duo, Juillet-Octobre 2017, les chroniques

Et oui encore un petit avis groupé pour vous parler des deux livres sélectionnés et lus pour mon déstockage de PAL en duo ! tout d'abord, je vous présente un polar danois puis un roman japonais de Murakami qui m'a, comme d'habitude, envoûtée...

Profanation, une enquête du département V de Jussi Adler-Olsen

Profanation

Sur le bureau de Carl Morck arrive le dossier d'un double meurtre datant de 1987. Problème : l'affaire a été bouclée et un suspect dort en prison. Mais grâce à la pugnacité d'Assad, l'assistant syrien de Carl Morck, celui-ci accepte d'enquêter pour découvrir que les hommes les plus influents du Danemark sont impliqués dans quelque chose de vraiment sordide...
Après Miséricorde, on retrouve l'improbable du duo du département V dans un thriller au suspense implacable.

Dans ce second tome, l'auteur nous met en confrontation avec une bande de nantis : parents riches, jeunesse dorée dans un pensionnat, futurs chefs d'entreprise voués à dominer le monde. Et ces personnages que l'on va suivre dans de sordides actions sont vraiment abominables... aucune excuse, aucun pardon. En face de ces hommes pleins de haine et de violence, il y a Kimmie, seule femme dans ce groupe. Seule femme et pourtant loin d'être la voix de la raison, Kimmie aussi aime le sang et l'odeur de la peur. L'auteur alterne les chapitres sur Ditlev, Ulrik et Torsten, sur Kimmie et sur Carl et Assad. Le suspense est totalement présent dans ce thriller, on n'arrive pas à le lâcher tellement on espère que ces ordures vont se faire coincer.
C'est un véritable page-turner mais également une histoire que j'ai trouvé profondément triste à cause du personnage de Kimmie... l'auteur réussit à nous faire avoir de l'empathie et de la compassion pour elle, on comprend tout son chemin de vie, toute la violence dont elle a toujours été victime puis le bourreau qu'elle a fini par devenir, tout le manque d'amour et toute la manipulation dont elle a été victime, tous les abus...
J'ai aimé retrouver Assad et CArl, même si je reste parfois étonnée devant le mépris de Carl pour Assad... Un nouveau personnage fort fait son apparition dans le département V, il s'agit de Rose qui fera office de secrétaire et qui n'a pas fini  de tourmenter Carl ! un personnage haut en couleurs que je serais ravie de retrouver dans les autres volumes. Un très bon thriller pour lancer la nouvelle édition du challenge Thrillers & Polars !

Kafka sur le rivage d'Haruki Murakami

Kafka-sur-le-rivage

 Kafka Tamura a 15 ans lorsqu'il quitte le domicile familial pour échapper à une malédiction oedipienne proférée par son père, il entreprend un périple à travers le Japon, sans but réel, simplement pour échapper à son destin. De l'autre côté du pays, Nakata, un homme âgé, simplet mais mystérieux, sort de sa petite vie parfaitement réglée pour prendre la route.

J'ai Kafka sur le rivage  dans ma PAL depuis un long moment maintenant et si Murakami ne m'a jamais déçu jusque là, je n'osais pas me lancer dans ce pavé de plus de  600 pages... Mais finalement, j'ai adoré et je l'ai lu plutôt rapidement !
J'avoue toutefois que je ne sais pas par où commencer pour parler de ce roman... Kafka sur le rivage est une étonnante quête initiatique qui nous fait rencontrer des personnages inhabituels : Kafka, un adolescent en proie à des tourments familiaux et universels, et Nakata, un homme sans passé qui a la suite d'un mystérieux incident a perdu toutes ses facultés. Ces deux héros, dont les destinées vont se suivre en parallèle, sont absolument parfaits et j'ai pris un plaisir fou à les suivre et à tenter de comprendre le sens de la vie avec eux.
Je hoche la tête, me lève, m'apprête à sortir. Mais quelques chose me retient. Je m'arrête, me retourne et traverse la pièce pour m'approcher d'elle. Je pose ma main sur ses cheveux. Mes doigts effleurent sa petite oreille qui pointe entre les mèches. Je ne peux pas m'en empêcher. Elle lève la tête, l'air surpris, puis, après une brève hésitation, pose sa main sur la mienne.
Comme toujours avec Murakami, il faut savoir se laisser porter, laisser une part d'inattendu, de mystères, s'intégrer à l'histoire, accepter que l'on ne saisira peut-être pas tout... s'ouvrir à cet imaginaire débordant de l'écrivain japonais, à son écriture magnifique, poétique, envoûtante.
Il est vraiment difficile de parler de Kafka sur le rivage tant ce livre est un tout, Murakami aborde les thèmes de la solitude, de la famille, le rapport à la nature, la quête de soi, la mémoire et les souvenirs, la mort bien sûr, l'amour et surtout la vie. Un roman complet, dense, ambitieux mais simple à lire pourtant, un conte moderne, onirique, qui mérite sans aucun doute plusieurs lectures.
Les souvenirs, c'est quelque chose qui vous réchauffe de l'intérieur. Et qui vous déchire violemment le cœur en même temps.

destockage-pal-duo-an-2-600x268

 

 

 

 

Logo challenge T&P 2017












p.s : j'adore le nouveau logo du challenge Thrillers et Polars

21 août 2017

Aujourd'hui, c'est la reprise, après seulement une petite semaine de pause - difficile de s'arrêter plus longtemps quand on travaille à son compte... - je ne suis absolument pas motivée, j'ai envie de rester à flâner, d'autant plus que le travail ne me satisfait plus autant qu'avant et que la possibilité d'organiser ses journées comme on veut ne fait quasiment plus le poids face à l'absence de revenus réguliers et de congés payés. Ce sont des considérations bassement matérielles j'en conviens, qui jusqu'à maintenant ne me pesaient pas trop, jusqu'à maintenant... mais je n'ai pas envie de repartir sur de la recherche d'emploi, envoi de CV et lettres de motivation, introspection sur ce que j'aimerais faire et sur ce qu'il est possible de faire (grande différence !). Bref, pour l'instant, je manque un peu de courage (et de sommeil aussi). J'ai de nombreux articles en retard, ou tout du moins à écrire et à poster, mais l'appel de la lecture, l'appel du jeu, l'appel du farniente est parfois trop fort ;-)
Il y a quelques temps, j'avais écrit un article un peu semblable où j'avais simplement envie de profiter du bon temps, c'était le lendemain de l'attentat de Manchester. Et aujourd'hui, il y a eu Barcelone la semaine dernière... encore des morts et de la douleur pour rien. Et à l'instant où j'écris, un véhicule a foncé dans des abri bus à Marseille, il n'est pas encore précisé s'il s'agit ou non d'une attaque terroriste mais, malheureusement, c'est inévitablement à cela que l'on pense maintenant.

Photo 164

Barcelone heart

07 août 2017

Summer time

Mon blog est un peu en sommeil ces temps-ci... il faut dire que même si je ne suis pas en vacances, le travail est (malheureusement) plus faible que le reste de l'année, j'ai donc du temps libre et les rares fois où je travaille, la longueur des journées me permet de bien profiter. Entre les lectures, les sorties, les apéros, les amis, les parties de jeu, je n'ai pas trouvé le temps de blogger.
J'étais également un peu lasse car j'ai beaucoup écrit en juin pour boucler le challenge Thrillers et Polars, et j'avais besoin d'une petite pause !
Ce n'est que temporaire car j'ai pas mal d'idées d'articles que j'ai hâte de rédiger et publier. Avant fin août, je dois également publier mes deux articles sur les lectures du déstockage de PAL, lectures que j'ai finies depuis quelques semaines maintenant mais que je n'ai pas encore eu le courage de chroniquer. Récemment, je me suis aussi lancée dans une activité chronophage et passionnante, la généalogie... je passe donc beaucoup de temps sur les sites d'archives, de recherches généalogiques, à essayer de démêler, de retrouver, de déchiffrer pour remonter le fil de ma famille. Pour certaines branches, cela s'avère assez facile mais pour d'autres, je suis bloquée... avez-vous déjà entrepris ce genre de recherches ? Je prends tous les bons conseils :-)
L'été s'étire, je lis Les yeux jaunes des crocodiles que je trouve assez mauvais pour ainsi dire, mais je me perfectionne en éditions Denoël, et ça, par contre j'adore !! Je poursuis le marathon estival en espérant faire baisser ma PAL mais je n'ai pas l'impression que ça marche beaucoup ^^

96673701

24 juillet 2017

Paris, émotions

Notre séjour à Paris a été l'occasion de découvrir de nouveaux lieux mais également de se rendre sur des lieux symboliques, chargés d'émotions autant que d'histoires...
Nous avons donc été au Mémorial de la Shoah qui se situe au 17 Rue Geoffroy l'Asnier dans le 4ème arrondissement. On arrive sur une petite place, c'est assez discret comme bâtiment, on se retrouve en premier face au Mur des Justes qui est à l'extérieur. Les Justes sont des personnes qui ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs. Il contient 2693 noms. Juste derrière, après avoir passé un portique de sécurité, il y a le Mur des Noms. Celui-ci en contient 76 000... il s'agit des Juifs déportés de France dont 11 400 enfants...
Quand on se retrouve au pied de ses murs, l'impression est terrible, vertigineuse...

Mur des Justes

L'entrée au Mémorial de la Shoah est libre et donne accès aux expositions permanentes et temporaires qui s'y trouvent. En sous-sol, on découvre une première exposition temporaire sur Klaus Barbie, le chef de la gestapo lyonnaise, et plus précisément sur son procès qui a eu lieu en 1987 (il a été arrêté en 83). O y retrace bien sûr ses actes pendant la guerre mais surtout la traque, les enquêtes notamment des époux Klarsfeld, les interrogatoires et des extraits et compte-rendu du procès.
Plus bas, on découvre la crypte, lieu à l'atmosphère très dense, une salle toute noire avec au centre une étoile de David avec au centre une flamme éternelle. Il s'agit du tombeau du martyr juif inconnu dans lequel ont été déposées les cendres de juifs morts dans les camps et au ghetto de Varsovie, mélangés à de la terre d'Israël.

crypte--jc-boussiquet-720x400

On descend d'un niveau pour atteindre l'exposition permanente qui retrace l'histoire des Juifs de France pendant la Shoah. L'exposition décrit l'histoire des juifs en France avant la guerre et parcourt toutes les étapes du nazisme jusqu'à la Libération et au devoir de mémoire d'après-guerre.
Il y a la fois des panneaux, des bornes interactives, des écrans, des objets. De très, très nombreux documents sont rassemblés à ce niveau et il est évident qu'on reste interdit devant ces preuves incontestables de ce massacre organisé, sans oublier l'émotion qu'ils suscitent (je peux vous assurer que voir des tenues de prisonniers, des objets leur ayant appartenu ou des lettres parlant des camps, ça remue et ça donne des frissons).

expo-permanente--jc-boussiquet-2-1

En ce moment, il y a également une exposition temporaire sur la Shoah dans la bande-dessinée. On découvre à partir de quel moment les artistes ont commencé à intégrer la Shoah ou le nazisme dans leurs oeuvres, de sa première apparition en 44 dans La bête est morte ! de Calvo, jusqu'à aujourd'hui , en passant par le célèbre Maus de Art Spiegelman, Holocaust de Chomsky, des dessins de Wolinski, L’Histoire des 3 Adolf d’Osamu Tezuka, seule oeuvre traitant de la Shoah écrite par un japonais et bien d'autres (X-Men, Captain America...). Cette expo très intéressante montre à la fois l'histoire de la Shoah et l'intégration de ce thème dans les bandes-dessinées.

Expositions temporaires : Le procès de Klaus Barbie, jusqu'au 15 octobre - Shoah et bande-dessinée, jusqu'au 30 octobre

Les photos sont de JC Boussiquet, je n'ai pas osé/pas voulu prendre de photos à l'intérieur du Mémorial.

Lors de notre séjour, j'ai également voulu aller à la place de la Bastille et au cimetière du Père Lachaise. Pour y aller nous sommes descendus à Bastille donc et nous avons remonté le boulevard Richard Lenoir puis le boulevard Voltaire vers la place de la République. Dans ce joli quartier ont eu lieu une très grande partie des attentats de 2015... je le savais, ce n'était pas une surprise, j'avais envie de voir ce quartier que j'avais vu tant de fois à la télé coloré par les gyrophares... D'un coup, le Bataclan est devant nous, ce bâtiment avec cette architecture si colorée et originale. C'était à la fois tellement normal et tellement solennel de voir ces lieux...

C'est au cimetière du Père Lachaise que nous avons passé une partie de l'après-midi. Je n'étais jamais allée au Père Lachaise et c'est un lieu vraiment hallucinant. D'abord par l'aspect du cimetière en lui-même des mausolées, des sculptures, des caveaux impressionnants, et des centaines de tombes disposées sur 3 voire 4 rangées. C'est très impressionnant de voir la taille de certains caveaux et la quantité de sépultures...

tombe

Ensuite par la confrontation entre la solennité du lieu et l'attraction touristique... cette ambivalence est très étrange. On croise beaucoup de touristes, des groupes scolaires même, et d'un coup, au détour d'une allée, on tombe sur une famille qui enterre un de ses proches... ça fait un drôle d'effet.
Par contre, c'est proprement le bordel pour trouver une tombe ! il y a des plans en vente à l'extérieur mais ils ne sont pas officiels et sont vendus 3 €, il y a quelques plans sur internet mais pas vraiment exhaustif ni précis. Par exemple, pour Jim Morrison, la tombe n'était pas placée où le plan l'indiquait (en plus, c'était vraiment une perte de temps car elle est plutôt discrète, cachée derrière d'autres tombes et on ne peut pas s'en approcher).
J'ai vu des tombeaux de gens morts y a longtemps et que j'admire et d'autres personnes mortes depuis moins longtemps. Je n'ai pris en photo que les tombes plutôt anciennes et celle que je trouvais "jolies" ou "intéressantes". Non loin de Jim Morrison, dans une allée ombragée, il y a la tombe d'une jeune victime du Bataclan, un petit arrêt devant mais pas de photo, impossible, par respect.
J'ai été plus émue face aux sépultures des anonymes que des personnalités, mais le lieu étant très grand, je n'en ai finalement vu très peu.

Ces visites, comme vous pouvez vous en donner, ont été chargées d'émotions pour moi mais je ne les regrette pas, car elles font entièrement partie de l'Histoire.

Molière Jean de la Fontaine

Oscar Wilde

Consuelo de St Exupéry  tombe2

Bastille

17 juillet 2017

Rat a Week Estival

Rat a week estival

L'été est l'occasion de lire encore plus que d'habitude (si, si c'est possible ^^), je m'inscris donc au nouveau marathon estival  dont l'objectif de base est de lire au moins 500 pages par semaine. Pour le moment, je m'inscris pour les deux prochaines semaines dans la catégorie Tongs et paréo : je lis au moins 500 pages par semaine, je me fixe un ou plusieurs défis en plus, et les livres comme ils me viennent en fonction de mes défis et je m'engage sur 700 pages/semaine.
Pour les défis, je vais en choisir quelques uns dans la liste ci-dessous (en vert)

  • Lire un livre d’au moins 500 pages
  • Lire un livre dont la couverture comporte du vert
  • Lire un livre laissé en cours de lecture
  • Lire au moins 3 livres
  • Lire au moins 5 livres
  • Lire un livre en VO
  • Commencer une série
  • Lire une série entière
  • Lire une histoire qui vous fait penser à l’été
  • Lire un livre qui vous donne le sourire (même si c’est un thriller  )
  • Lire au moins un thriller
  • Lire au moins une BD
  • lire un livre choisi par quelqu’un d’autre que vous
  • lire seulement des livres de challenges
  • lire seulement des livres de LC
  • lire au moins un livre dont l’histoire se passe au 19ème siècle

Posté par Zofia à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2017

+2

20170713_123624

Ah non pas tout à fait ! ;-)

20170713_123756

+ 7....

20170713_123828

+ 2 SP

Ce qui nous fait un total de + 11, ma PAL vient d'exploser !

Posté par Zofia à 16:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 juillet 2017

Déstockage de PAL en duo, Juillet-Octobre 2017

Nous revoici lancées dans un déstockage de PAL en duo avec Audrey où parmi les inspecteurs qui auront marqué la police, nous serons Inspecteur Barnaby  d'après les romans de Caroline Graham. (bon ok il y a plus sexy que ce bon vieux Barnaby ^^)

2 ème édition : Juillet-octobre 2017

♦ Session 1 : Juillet-Août

Thème 1 – lire un roman policier : 10 pt
Thème 2 – lire un livre dont le nom de l'auteur doit commencer par une de ses lettres : C, R , I , M, E ou S : CRIMES :  5 pt

♦ Session 2 : Sept-Oct  – Doublage des points
Choisissez dans la PAL de votre partenaire le livre qu’il devra lire.

Pour le premier thème, Audrey a choisi Serre-moi fort de Claire Favant et moi, Profanation de Jussi Adler Olsen. Pour le second thème, je suis partie pour lire Kafka sur le rivage d'Haruki Murakami et Audrey, La belle Italienne de Lucinda Riley

Serre-moi fortProfanation

Kafka-sur-le-rivageLa belle italienne

10 juillet 2017

Vu, Lu, Entendu

Mois de Juin : 8 films dont 3 revus - 1 téléfilm - 3 séries - 5 livres

Ce bilan est un peu plus équilibré entre les films/séries et les lectures, quelques bons films - j'ai été très agréablement surprise par Amour et turbulences ! - j'ai également adoré la saison 1 de Murder, et des bonnes lectures dont deux un peu au-dessus du lot : Prendre Lily et Grossir le ciel.a
J'ai réussi à boucler le challenge Thrillers et Polars avec 50 lectures tout pilre ! et je rempile pour une 4ème année :-)

Suicide SquadLavender AffL'ombre des femmesAmour et turbulences

De l'eau pour les éléphants

Revus/TV

MatrixCloud Atlas AffThe Ghost WriterLa promesse du feu

The Originals S2Murder S113 Reasons why

La gorgeLes corps brisésPrendre Lily_reduit

Grossir-Le-Ciel-1052980302_LPandora

 Lecture en cours

Haute Fidelité

Posté par Zofia à 11:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juillet 2017

Fin du Challenge Thrillers et Polars : Prendre Lily et Grossir le ciel

Et voilà, c'est le dernier jour du challenge Thrillers et Polars organisé par Sharon, je vous propose pour atteindre le chiffre rond et symbolique des 50, deux dernières chroniques. Je pense reconduire le challenge l'an prochain, toutefois en baissant peut-être le rythme, je ne sais pas. Là, je me suis donnée à fond ces dernières semaines car j'étais vraiment proche des 50 par rapport aux autres années et ça aurait été bête de ne pas y arriver pour un livre ou deux.

Prendre Lily de Marie Neuser

Prendre Lily

On retrouve le corps de Lily Hewitt, sauvagement assassinée dans sa baignoire, mutilée, poignardée et dans chaque main, une mèche de cheveux parfaitement coupée et disposée. C'est le second crime, dans ce quartier, pourtant tranquille, d'une petite station balnéaire anglaise, après celui d'une étudiante coréenne retrouvée morte dans la rue.
Rapidement, les soupçons se portent sur Damiano Solivo, un homme simple, discret, à qui l'on donnerait le bon Dieu sans confession. Solivo est innocent, innocent de tout, il le jure, et même pire, il s'agit d'une immonde machinerie, un complot qui prend ses racines en Italie.

Prendre Lily est un polar troublant à la fois par son sujet et par son style. Dans ce roman, toutes les présomptions se tournent vers un suspect, mais les preuves sont circonstancielles et les enquêteurs vont passer des années à essayer d'arrêter Damiano Solivo. L'enquête s'étale donc sur plusieurs années, on suit de près l'équipe de policiers car le narrateur, Gordon, est l'un d'eux. On sent leur frustration, leur impuissance, tout est là pour l'arrêter, tout le monde sait que c'est lui mais la procédure finit toujours par bloquer quelque part. C'est un polar mais c'est également une chronique judiciaire, un peu comme un épisode de Faites entrer l'accusé, très précis, documenté. C'est un peu lent (et cela pourrait gêner certains lecteurs) mais c'est aussi passionnant, on voit de près et de façon tout à fait réelle et réaliste, la complexité d'une enquête policière. On saisit tout le désarroi de Gordon que cette enquête va obnubiler...
J'avais découvert Marie Neuser il y a quelques années en lisant son premier livre, Je tue les enfants français dans les jardins, un polar qui s'inspire de son expérience de prof,  qui m'avait absolument bouleversé. J'ai lu Prendre Lily avec attention et finalement avec effroi,  car c'est totalement fou de voir une enquête si pointue, si précise avoir tant de mal à aboutir, vraiment j'ai beaucoup aimé. Un polar d'une très grande qualité, avec une écriture intelligente et minutieuse, et au final un livre très différent de la majorité des thrillers.

Grossir le ciel de Franck Bouysse

Grossir-Le-Ciel-1052980302_L

 C'est le jour de la mort de l'Abbé Pierre que tout va changer dans la vie de Gus. Jusque là, il vivait dans sa ferme, dans les Cévennes, coincé entres ses vaches, ses champs, et les travaux quotidiens d'un paysan. Solitaire, son plus proche voisin, devenu avec le temps une sorte d'ami, Abel vit à quelques centaines de mètres de chez Gus. Mais ce jour-là alors que Gus passe une drôle de journée, des événements inhabituels se produisent et vont mettre à mal toute la mécanique bien huilée des journées campagnardes cévenoles.

J'ai pris ce roman un peu hasard, parce qu'il était court et que sa couverture sentait à la fois l'abandon, la tristesse et le mystère. Et c'est effectivement le cas. Franck Bouysse nous plonge au coeur du monde campagnard, dur et solitaire, dont les conditions sont renforcées par l'hiver et la neige qui isolent encore plus ces hommes. Des paysans taiseux, qui portent en eux des désirs, des secrets, des inquiétudes, des souvenirs plus souvent mauvais que bons.
Franck Bouysse de son écriture précise, poétique m'a totalement chamboulé et a réussi à produire un texte fort et puissant sur la vie sommaire et répétitive de ces paysans. Le personnage de Gus que l'on suit tout au long du roman est particulièrement touchant, on découvre ses regrets et son éducation faite dans la violence.
Grossir le ciel est un roman rural noir, empreint d'une certaine tristesse, fait d'un bois particulier qui, dans le suspense d'une intrigue qui s'accentue, parle de la mort, du passé, de la solitude, de l'humain. C'est un court roman mais qui laisse un peu groggy et le coeur serré...

Logo Polars2

 

 

 

 

 

Logo Dames en noir

06 juillet 2017

Avis groupés XV, du très (très, très) bon thriller

Aujourd'hui, je vous propose un avis groupé sur deux thrillers que j'ai adoré, pourtant radicalement différents dans leurs genres puisqu'il s'agit de Sharko de Franck Thilliez, thriller contemporain et suite de la saga Sharko/Henebelle, et de Messe Noire d'Olivier Barde-Cabuçon, thriller historique et tome 2 de la saga du commissaire aux morts étranges.

Sharko de Franck Thilliez

Sharko

Franck Sharko et Lucie Henebelle ont pris l'habitude de traquer les pires monstres qui existent, une traque sans pitié, seulement cette fois-ci ce sont eux qui se retrouvent traqués et pris en chasse...
En dehors de tout cadre légal, dans une cave d'une maison isolée en banlieue parisienne, Lucie a tué un homme. Pour la protéger, Sharko est entré en action et a maquillé le crime, de sorte que celui-ci se retrouve confié à la brigade du 36 quai des orfèvres, LEUR brigade. Quoi de plus facile que d'orienter l'enquête de l'intérieur ? c'est ce que Sharko prévoit de faire pour faire glisser les soupçons loin, très loin de Lucie. Seulement les membres du 36 sont de fins limiers... en plus de l'horreur d'avoir commis et transformé ce meurtre, Lucie et Sharko sentent toute la tension que l'enquête fait peser sur eux, et avec elle le risque de tout perdre, leur vie de famille, leur amour, leurs enfants, leur raison...

Ah mes amis quel thriller !! je connais bien Franck Thilliez et c'est un auteur que j'adore, jamais il ne m'a déçu, jamais je n'ai trouvé ses livres ni trop faciles, ni bâclés, ni délirants. Et je ne pensais pas qu'il pourrait faire quelque chose d'encore mieux et pourtant ! Avec Sharko, il m'a violenté dans tous les sens, j'avais le souffle coupé de voir dans quelle situation s'était mis Sharko et Lucie, de sentir la tension, la hargne avec laquelle Nicolas essaye de découvrir la vérité, le risque incroyable qu'ils ont pris. Et puis cette enquête qui dévie peu à peu vers quelque chose de plus sombre, de plus fou, de plus angoissant... cette enquête sur un mort qui n'avait rien d'innocent.
Franck Thilliez amène encore une fois son intrigue du côté scientifique et après les greffes et les virus, il nous propose un thriller tourné vers le sang... tableaux peints avec du sang, sangsues, tatouages étranges, transfusions sanguines clandestines, groupe sanguin rare... si on devait donner une couleur à ce thriller, ce serait rouge sans hésiter !
On se sent happé par le suspense, stupéfié par l'intrigue fine, fouillée, par l'écriture parfaite de Thilliez, par ces personnages si intenses, si complets, si forts et pourtant si fragiles. J'ai été à la fois choquée et passionnée par ce que Sharko est prêt à faire pour sauver celle qu'il aime et sa famille. C'est sans conteste un coup de coeur et si j'ai un regret, c'est celui de l'avoir lu beaucoup trop vite !! Je me demande même si ce n'est pas mon préféré de la saga Sharko/Henebelle.

Messe noire d'Olivier Barde-Cabuçon

Messe Noire

Décembre 1759. Au coeur de la nuit glaciale, on retrouve sur une tombe, le corps sans vie et dénudé d'une jeune fille. A proximité, une hostie noire, un crucifix et quelques empreintes. Sartine, le lieutenant général de la police, craint par dessus tout le retour des messes noires. Pour découvrir la vérité sur cette mort mais surtout pour empêcher le retour de ce culte obscur, il charge Volnay, le commissaire aux morts étranges, de l'affaire. Volnay et son compagnon, le moine hérétique, vont plonger une nouvelle fois dans une affaire hors du commun, où des forces obscures tentent de recouvrir le monde.

En le lisant je me demandais pourquoi j'avais entendu autant de temps pour lire ce second volume ! En effet, j'avais vraiment adoré Casanova et la femme sans-visage et j'ai également adoré Messe noire !
Olivier Barde-Cabuçon nous propose un nouveau thriller historique dans le Paris du 18ème siècle, un Paris crasseux et pauvre d'un côté et un Paris fastueux et riche de l'autre, un monde ambivalent qu'il arrive parfaitement bien à recréer. Dans cette intrigue, l'auteur nous attire vers le diable, le satanisme, apportant une couche inquiétante à l'ambiance générale.
Une ambiance générale pourtant rehaussée par le compagnon du commissaire, le moine hérétique, jamais à court de bons mots, et grâce à l'apparition de deux nouveaux personnages féminins : Hélène et l'Ecureuil. La première est envoyée par Sartine pour "surveiller" le duo d'enquêteurs, un peu sorcière, très instruite, libre et débrouillarde, si le moine tombe rapidement sous son charme, Volnay reste sur ses gardes... la seconde est une jeune prostituée auprès de qui Volnay va trouver du réconfort et qui va apporter son concours à l'enquête.
Un quatuor fort qu'il est vraiment très agréable de suivre, un Paris à la fois dangereux et attirant et une intrigue sombre et déroutante, tous les ingrédients sont là pour faire de Messe noire, un excellent thriller historique !

Logo Polars2