Revoir un Printemps

13 août 2018

Apprendre le résultat de la biopsie de son père - nodules cancéreux sur la prostate - et errer dans les allées d'un magasin de bricolage en Provence. Avoir les yeux brouillés devant les scies, sécateurs et articles de peinture. Déambuler sans vraiment se rappeler ce qu'on cherchait. Les mauvaises nouvelles n'attendent pas qu'on ait fini nos courses. Elles arrivent, elles se plantent là et après, il n'y a plus qu'à faire avec.
Parce que même si le médecin dit "pris au tout début", "très petit", "traitement court", les mots radiothérapie, rayons, et traitement quotidien à l'hôpital feront désormais partie de notre vocabulaire. Un vocabulaire qu'il va falloir appréhender, accepter.
Et même si tout est fini dans 4 mois comme le médecin l'annonce, je ne peux pas m'empêcher de penser que peut-être on va découvrir quelque chose d'autre, ou que les choses vont s'accélérer d'un coup, que la radiothérapie va le fatiguer et qu'il y aura d'abominables effets secondaires, que le cancer est vraiment un vilain mot. Une vilaine saloperie. On peut même dire une putain de saloperie.
Mon père a plutôt l'air d'aller bien, je ne l'ai pas encore vu. Je sais qu'il va falloir être forte pour la radiothérapie, pour le soutenir, pour tout ça pendant le traitement, mais putain, je peux pas m'empêcher de chialer !
Il n'y a plus qu'à faire avec.

Posté par Zofia à 23:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 août 2018

Bilan de juillet

Juillet

Après un mois de juillet express, le mois d'août est déjà là ! L'occasion pour moi de revenir sur ce premier mois d'été...
Sans surprise, il est passé à une vitesse incroyable et a été plutôt positif. Le travail s'est nettement réduit comme je le prévoyez, quelques cours en individuel seulement et le greta reprendra à la rentrée. En attendant, j'utilise cette pause bienvenue pour lire et profiter de l'été.  Comme la quasi-totalité de la France, nous sommes en alerte canicule et ce n'est vraiment pas sous-estimé avec 33 degrés à l'ombre, sous abri, à 9 heures du matin.... et 47 degrés sur mon balcon, en plein soleil !! 🤯😩
En ce moment, je suis sur un rythme de lecture assez intense, j'en suis bien contente car j'avance sur tous mes challenges, je fais diminuer ma PAL, mais surtout, je prends du plaisir dans chaque livre ! Aucune déception pour ce mois-ci, que des lectures vraiment très très appréciées. J'ai profité de cet été pour essayer le livre audio avec Danser au bord de l'abîme de Grégoire Delacourt, je n'ai pas vraiment été convaincue par l'histoire mais le concept de livre audio m'a plutôt plu, je suis d'ailleurs en train d'en écouter un second.
Bon rythme également pour les films et séries, où nous avons regardé les trois premières saisons de Peaky Blinders et j'aime beaucoup. Par contre, j'avoue avoir été un peu déçue par La part obscure et Unsolved. Pour la première fois, j'ai vu Légendes d'automne et j'ai adoré ! Très bonnes surprises avec Les vivants, film allemand, Julieta d'Almodovar et Paranoïa de Steven Soderberg.

Bilan de juillet : 9 films - 4 séries - 9 livres - 1 bd - 1 livre audio

bilan juillet

bilan liv juillet
Lecture en cours

Délicieuse_reduit

Posté par Zofia à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
31 juillet 2018

Le film du mois : L'effet aquatique de Sólveig Anspach et Jean-Luc Gaget

J'ai voulu voir L'effet aquatique lorsqu'il est sorti au cinéma en juin 2016 mais je l'avais raté. J'ai pu le voir en mai dernier grâce à Arte qui l'avait mis en ligne sur son site. En ce moment, il y a notamment Laurence Anyways de Xavier Dolan accessible jusqu'au 30 septembre, un documentaire sur Ryan Gosling (20/08) ou encore l'excellent Parlez-moi de vous avec Karin Viard (dispo jusqu'au 31) donc n'hésitez pas à y faire un tour !

L'effet aquatique

Samir est un grutier touchant mais maladroit avec les femmes. Un jour, il croise Agathe, un peu garçon manqué, inaccessible pour les hommes et maître-nageuse à la piscine de Montreuil. Tombé sous son charme, il décide de l'approcher discrètement en prenant des cours de natation, seulement Samir sait déjà nager. Rapidement Agathe découvre la vérité.

Copyright Le Pacte

L'effet aquatique est le dernier film de la réalisatrice Sólveig Anspach dont j'avais déjà vu et adoré Lulu femme nue avec Karin Viard. Son dernier film est une pépite pleine de charme et d'amour, elle n'aura pas pu voir la sortie en salles, ni le succès critique comme public de son film, ni la récompense du César 2017 pour le meilleur scénario original car Sólveig Anspach est décédée d'un cancer en 2015...
J'ai totalement adoré ce film ! Très touchant, plein d'humour, il met en avant des personnages très loin de la caricature des comédies romantiques. Pas de beau gosse aux muscles saillants et au sourire ravageur, pas de femme aux formes généreuses, au mètre 80 et à la longue chevelure blonde étincelante. Non, ici rien de tout ça et pourtant L'effet aquatique est une des meilleures comédies romantiques que j'ai vu ! Autour d'un couple a priori mal assorti, mais si tendre, parfaitement bien interprété par Samir Guesmi et Florence Loiret-Caille, cette comédie est totalement réussie.
C'est très drôle, émouvant, l'histoire est originale, la deuxième partie en Islande est tordante (mention spécial à Samir Guesmi lors du congrès de natation !!), les seconds rôles sont géniaux avec notamment Olivia Côte en France et Frosti Runólfsson et Didda Jónsdóttir du côté islandais.
En cet été chaud, prenez un bain de fraîcheur avec L'effet aquatique, vous ne le regretterez pas !

Copyright Arsenal Filmverleih

29 juillet 2018

Lecture Commune : Le château des Carpathes de Jules Verne

Lecture commune

Une fois n'est pas coutume, nous revoici Audrey et moi pour une Lecture Commune d'un roman de Jules Verne, Le château des Carpathes. Ça sera une découverte pour toutes les deux !
Nous commençons demain et comme d'habitude, c'est une LC sans contrainte avec juste un partage de ressenti et d'émotions. Si vous voulez vous joindre à nous, ça sera avec plaisir !

Château des Carpathes

27 juillet 2018

L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

Cette année pour les cours de français que j'ai donné au Greta, j'avais préparé quelques textes pour faire des dictées, notamment celui de Philippe Delerm, C'est bien de lire un livre qui fait peur dans lequel il est question de L'île au trésor. Je n'avais jamais lu ce roman d'aventures et à force de faire cette dictée, j'ai eu envie de le découvrir. Avec Dawn Girl, nous avons fait une lecture presque commune de ce livre. Vous pouvez retrouver son article ici : L'île au trésor !

L'île au trésorJim Hawkins et ses parents vivent une vie sans histoire, s'occupant de leur auberge sur la côte anglaise. Mais un jour, un marin ivrogne et portant une grande balafre sur la joue, Billy Bones, s'installe chez eux. Jim est fasciné par "le capitaine", d'autant plus qu'il semble constamment sur ses gardes et plutôt inquiet. La menace vient d'un vieux pirate aveugle, Pew, qui lance une sorte de malédiction sur "le capitaine". Alors que celui-ci meurt, l'auberge est attaquée et Jim avant de se sauver, s'empare d'une carte au trésor, jalousement caché par Billy Bones.
Avec le châtelain et le médecin du village, une expédition s'organise pour aller rechercher ce fameux trésor, Jim embarquera sur l'Hispaniola et se retrouvera au coeur de cette chasse au trésor.

J'ai lu avec entoushiasme ce roman d'aventures, un vrai roman de pirates, de chasse au trésor et de flibustiers ! Dès le départ, j'ai été happée par les aventures qui arrivent à ce pauvre Jim Hawkins et je me suis totalement laisser embarquer. Stevenson nous conte admirablement ce récit fait de trahisons, d'attaques, de rebondissements, de secrets, et nous offre une histoire palpitante !
Une lecture qui vous fera vous évader, une lecture que j'aurais adoré découvrir plus jeune pour frissonner encore plus et un classique qui n'a pas pris une ride et se lit très bien encore aujourd'hui.


21 juillet 2018

Point Challenge de l'Eté

Alors que je serais probablement sur la route au moment où cet article sera publié, le premier mois du challenge de l'été se termine, l'occasion pour moi de faire un petit point.
Et pour l'instant, je suis plutôt satisfaite de mon début de challenge, avec 8 lectures sur les 20 espérées - et une 9ème en cours.
Vous pouvez retrouver la liste complète pour ce challenge sur le premier article.

Challenge_ete2018

19 juillet 2018

Entre deux mondes d'Olivier Norek

Pour le livre du mois de juillet dans le challenge des Douze Thèmes - du bleu sur la couverture - j'ai choisi Entre deux mondes d'Olivier Norek, cela tombait bien car c'était également mon gage pour le challenge Lis ou je te punis.
Et après cette lecture, je ne peux dire qu'une chose : putain Olivier !!!

Adam est flic en Syrie, il vit à Damas avec sa femme et sa fille, Nora et Maya. Alors que le pays est en guerre, à la fois contre Daesh et contre les rebelles, la famille d'Adam est menacée. Il organise leur fuite à travers l'Europe mais Nora et Maya sont obligées de partir seule, en premier.
A son arrivée en France, dans la Jungle de Calais, Adam ne les trouve pas. Il y trouve une ville faite de bric et de broc avec sa rue principale, ses marchands, ses trafics, ses castes et surtout sa violence. Il vient d'atterir dans l'Entre deux mondes.
Bastien vient lui aussi d'arriver à Calais, il y a demandé sa mutation pour permettre à sa femme, Manon, de faire le deuil de son père. Bastien se retrouve dans un commissariat d'où les flics ne peuvent partir et va découvrir peu à peu l'impuissance de la police face à la Jungle.
Lorsqu'un crime est commis dans la Jungle, Bastien s'y intéresse et Adam sent son instinct prendre le dessus. Il ne lui reste que ça, son flair de flic pour l'empêcher de penser à Nora et Maya qui n'arrivent toujours pas...

Entre_deux_mondes2

Je savais qu'Olivier Norek était un auteur de thrillers sacrément doué (très bientôt je vais vous parler de la trilogie Coste), mais avec ce roman - car ce n'est pas seulement un thriller - empreint d'humanités, il franchit un palier supplémentaire. Sa lecture m'a juste broyé le coeur au fur et à mesure des pages. On m'avait prévenu pour les mouchoirs mais je ne m'attendais pas à ça !
Car Olivier Norek nous propose ici un roman magistral sur les réfugiées, les migrants comme beaucoup préfèrent les appeler, une plongée violente et nécessaire à la fois dans la fameuse Jungle de Calais (aujourd'hui détruite) et à la fois dans le commissariat de la ville où les flics sont à bout et démunis. Quelque chose que je n'ai jamais lu dans aucun article sur les problèmes de la Jungle et de Calais. Alors oui, c'est une fiction, c'est romancé, je sais, mais ça transpire la réalité, le vécu, la recherche, l'immersion. Avec Entre deux mondes, on saisit mieux que jamais la complexité de ce genre de situations absolument insoluble...
Dans ce roman, on va rencontrer deux figures masculines fortes : Adam, flic syrien, agent double, obligé de fuir et de traverser la Méditerrannée pour trouver une terre plus accueillante ; et Bastien, flic lui aussi, fraîchement arrivé à Calais, rapidement dépassé par la situation qu'il va découvrir. Bien sûr autour d'eux, de nombreux personnages intéressants, attachants, humains : Manon, Passaro et toute l'équipe de la BAC, Erika, Ousmane, Julie et Antoine, bénévoles dans la Jungle, sans oublier Jade et Kilani, un jeune africain qu'Adam prendra sous son aile. J'ai adoré les voir évoluer, les voir vivre malgré tout ça, les voir tout faire pour surmonter la honte ou la souffrance, j'ai adoré la relation de Jade avec son père et son caractère d'ado bien trempée mais pas insolente. Mais ce ne sont pas tous des héros et certains transportent de lourds secrets.
L'intrigue policière est comme d'habitude réussie, mais elle n'est pas au centre du roman, elle est parallèle, secondaire. Ce qui est au centre ici, c'est la Jungle et ses conséquences sur la ville de Calais et ses habitants. Ses habitants au bout du rouleau, ses flics au bord de la rupture mais dont les mutations sont bloquées, ses commerces qui ferment... On va être englouti dans la Jungle avec Adam, on va essayer de s'en sortir, de lutter avec lui.

Olivier Norek signe ici un très grand roman, qui décrit particulièrement bien cette Jungle et ce qui l'entoure, sans aucun parti, mais avec émotion. Un très grand roman qui ne laisse pas indemne une fois refermé, qui vous aura fait pleurer plusieurs fois devant le tragique destin de ces personnages. Un roman intense, puissant, j'en ai quand même un peu voulu à Olivier de me faire du mal comme ça !! ;-)

logochallenge 12thèmes

16 juillet 2018

1998-2018

00000906

Le 15 juillet 2018 sera aussi important que le 12 juillet 1998 ! Après les échecs de 2006 et 2016, l'épisode honteux de 2010, l'Equipe de France ramène une deuxième étoile sur le maillot !!! et putain c'est vraiment bon !
En 98, j'avais 13 ans et même si je me souviens très bien de cette Coupe du Monde la vivre en tant qu'adulte est encore différent. Depuis un mois, j'ai beaucoup regardé la télé, beaucoup crié, un peu râlé. Et hier, ça a été tout pareil mais en plus plus plus !!
Mon corps porte les stigmates des peintures bleu-blanc-rouge (ça ne part pas très bien au lavage), j'ai un collier de fleurs en plastique de la même couleur autour du cou alors que je suis seule chez moi, et j'ai envie de faire des Tut-tut !!!

632754f1-74f8-4cdb-b60f-5ab53976b451

gif génial des liveurs non moins géniaux du Monde.fr

Quel bonheur cette victoire ! quelle union, partout. La dernière fois, c'était pour des choses beaucoup moins positives, alors là, il faut en profiter, il faut chanter, il faut crier !! d'ailleurs après hier soir, je n'avais plus beaucoup de voix au réveil mais on s'en fout ^^ Ouuuuouuuuuuuuuuuuuuuuuuhhhh
Et heureusement qu'aujourd'hui, je ne travaille pas car je n'aurais pas été en état de faire grand chose !

Je suis hyper contente parce que cette équipe, elle me plaît, je les aime ensemble et je les aime séparemment (certains plus que d'autres) !! Je les aime parce qu'ils sont heureux d'être ensemble (quelle différence avec 2010), je les aime parce qu'ils ont de l'humour, parce qu'ils sont sérieux, parce qu'ils écoutent. Je les aime parce que putain ils ont gagné hier !!! 4 à 2 en finale !!!
On est de nouveau Champion du Monde !!

coupe-du-monde-2018 Reuters

© Reuters
p.s : oui je me sens un peu folle aujourd'hui !

07 juillet 2018

Avis groupé XVIII

La fin du challenge Thrillers et Polars est pour demain, c'est donc la dernière ligne droite pour publier ses chroniques !! c'est pourquoi je vous propose un bel avis groupé avec 6 critiques, ce qui va me permettre d'atteindre mon quota de 25 livres lus et chroniqués (au total, j'en ai presque le double mais niveau chronique, je suis carrément en retard...). Si Sharon reprend le challenge, je pense poursuivre pour une nouvelle année, sur un rythme tranquille.

Le mystère Fulcanelli d'Henri Loevenbruck

Mystère Fulcanelli_reduit

Un meurtre dans une vieille église de Séville, un assassinat dans une bibliothèque parisienne, un ancien manuscrit dérobé, le lien entre ces affaires : Fulcanelli, un alchimiste du 20ème siècle dont l'identité demeure, à ce jour, inconnue. Ari Mackenzie, ancien commandant des services secrets, accepte d'enquêter, principalement car il est lui-même très intéressé par l'alchimie et par Fulcanelli.

Ce n'est pas la première enquête d'Ari Mackenzie que je lis, et si ça n'a pas été des coups de coeur, j'ai toutefois très apprécié ces polars bien écrits et mêlant intrigues policières et ésotérisme. Le mystère Fulcanelli n'échappe pas à la règle et nous permet de plonger dans le milieu des alchimistes français. Personnellement, je n'avais jamais entendu parler de Fulcanelli avant de lire ce roman et j'avoue que je me suis prise au jeu de cette enquête et de la quête d'indentité de Fulcanelli. D'ailleurs, je trouve ça tout à fait fascinant que l'on ne sache toujours pas qui était réellement Fulcanelli !
Henri Loevenbruck me semble très bien connaître son sujet et on retrouve avec plaisir Ari, Lola, Krysztov, le garde du corps polonais, Radenac, l'ex-collègue d'Ari. Le mystère Fulcanelli est un thriller ésotérique très bien écrit qui m'a fait découvrir des personnalités dont j'ignorais tout, notamment Camille Flammarion, frère de l'éditeur et astronome,

L'homme aux cercles bleus de Fred Vargas

L'homme aux cercles bleus

Adamsberg vient d'être muté à Paris dans une nouvelle brigade. Alors qu'il prend ses marques des cercles étranges apparaissent dans les rues de la capitale. Des cercles, tracés à la craie bleue, entourent des objets hétéroclites - patte de pigeon, bougie, trombone... - avec l'inscription suivante : Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ?
Il n'en faut pas plus à Adamsberg pour sentir le tragique derrière l'anodin, et comme d'habitude, il a raison.

L'homme aux cercles bleus est la première histoire dans laquelle intervient le commissaire Adamsberg. J'avais vu son adaptation télévisé sans avoir lu le livre. On découvre les débuts d'Adamsberg dans sa brigade parisienne, c'est assez intéressant mais on sent que l'auteure tâtonne encore un peu. On sent toutefois les prémices de cette étonnante brigade que j'apprécie tant suivre ! Ce n'est sans doute pas le meilleure de la série, mais comme c'est le premier, il est forcément un peu à part, car sans celui-là, les autres n'auraient jamais vu le jour.

Irrévocable d'Andreas Pflüger

Irrévocable (2)

Il y a cinq ans, à Barcelone, l'opération à laquelle participait Jenny Aaron a été un échec. Plusieurs morts, un fugitif, Jenny a également perdu la vue et l'amour de Nico. Elle était une des meilleurs agents du Service. Aujourd'hui, tout a changé, Jenny a appris à vivre avec sa cécité mais elle fait mieux que ça, elle a su développer ses autres sens et est devenue experte en interrogatoires. Elle seule sait décrypter les silences, les hésitations, les non-dits. Un jour, son ancien chef la recontacte, un prisonnier souhaite lui parler. C'est ainsi que Jenny va comprendre que ce qu'il s'est passé à Barcelone cinq ans plus tôt n'était qu'un début...

Irrévocable est le premier roman du scénariste allemand Andreas Pfluger est le moins que l'on puisse dire c'est que cela se sent dans son écriture. Celle-ci très rythmée,  presque cinématographique, est très nerveuse et colle parfaitement bien à une intrigue pleine d'actions et d'adrénaline. L'héroïne de ce thriller est atypique et attachante à suivre, aveugle suite à une fusillade, elle a fait de son handicap une force incroyable, suivant la voie des samouraïs, elle est devenue encore meilleure qu'avant.
Elle va se retrouver confrontée à son passé et découvrir que rien n'est terminé.
Avec Irrévocable, on ne s'ennuie pas une seconde, et l'histoire se déroule sans temps mort. Si l'intrigue et l'action sont au rendez-vous, on peut souligner un manque de clarté dans les passages passé-présent, on a parfois du mal à se repérer dans le temps et cela peut perdre le lecteur. Mais Irrévocable est un thriller absolument efficace !

Si Vulnérable de Simo Hiltunen

Si Vulnérable

En Finlande, une famille est retrouvée assassinée : le père, la mère et les deux enfants. Rien ne pouvait laisser présager qu'un tel drame allait arriver.
Seul un journaliste, Lauri Kivi, s'interroge sur ces crimes familiaux... et si tous ces drames étaient l'oeuvre d'une personne extérieure à la famille ? Il décide de mener sa propre enquête.

Si vulnérable est un roman noir, dense et assez violet par moment. Très bien écrit par Simo Hiltunen, qui nous amène dans les méandres d'esprits dérangés, Si vulnérable est un thriller au rythme plutôt lent et dont l'histoire prend son temps pour s'installer.
J'ai beaucoup aimé le personnage principal, Kivi, dont le passé va jouer un rôle capital, marqué par une enfance très douloureuse. Personne d'autre que Kivi n'aurait pu mener cette enquête. Si vulnérable est un roman marquant qui ne pourra pas nous laisser insensible et nous fera découvrir la Finlande, un peu moins cotée que ses voisines suédoise et norvégienne.

Treize marches de Kazuaki Takano

Treize marches_reduit

Ryô Kihara, trente-deux ans, attend dans le couloir de la mort. Comme le veut la loi japonaise, il ne saura qu'au dernier moment que l'heure est venue. Amnésique, il ne souvient plus du crime qui l'a conduit en prison. Mais un jour, un souvenir lui revient : il se voit gravir un escalier...
De son côté, Jun'ichi Mikami est lui aussi en prison pour homicide involontaire, mais il a la chance de se voir proposer la liberté conditionnelle. A l'extérieur, il va retrouver Shôji Nangô, son gardien de prison, qui va lui offrir de l'aider à prouver l'innoncence de Ryô Kihara. Jun'ichi, voyant un moyen de s'amander, accepte.

Treize marches est un thriller vraiment très intéressant et prenant. On y suit un gardien de prison, Shôji, qui, bien que plutôt favorable à la peine de mort, est hanté par les deux exécutions qu'il a effectué. Il faut savoir qu'au Japon le processus de la peine de mort suit treize étapes très strictes qui conduisent à la mort par pendaison du détenu. Avec Treize marches, on en apprend énormément sur le système judiciaire et carcéral du Japon (je ne savais qu'il y avait la peine de mort). Par plus d'un aspect, ce thriller est original, d'abord par ce côté et par l'association gardien de prison/détenu rependu. Ce duo de personnages est très intéressant à suivre. Shôji, un peu perdu et lassé de son travail, et Jun'ichi, sorti de prison, rejeté par sa famille, culpabilisant. On suit leur enquête avec attention, découvrant le fonctionnement du système judiciaire japonais. Une totale réussite pour ce thriller japonais de Kazuaki Takano.

Le cri de Nicolas Beuglet

Le cri_reduit

À quelques kilomètres d'Oslo, l'hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l'inspectrice Sarah Geringën pressent d'emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu'il porte sur le front, s'est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres – un cri de peur primale.
En proie à des difficultés personelles, Sarah va se retrouver embarquée dans une enquête qui va l'entraîner en France où elle rencontrera Christopher, journaliste, qui l'aidera.

Le cri est un thriller mené tambour battant qui nous entraînera sur les traces de la CIA et de projets secrets de manipulation mentale... Basé sur des expériences réelles, longtemps gardées secrètes par les américains, Le cri s'éloignera rapidement du policier auquel on peut s'attendre au départ. Grâce à ses deux héros attachants, on acceptera la grosse dose d'action de ce thriller et on se laissera happer par ce page-turner diablement efficace ! On peut également saluer l'audance de Nicolas Beuglet qui s'attaque à une peur ancestrale et ouvre la porte à de vastes questionnements, même s'il ne fait qu'effleurer le sujet du doigt, celui de la vie après la mort...

Logo challenge T&P 2017

Logo Dames en noir




05 juillet 2018

Il reste la poussière de Sandrine Collette

Au bout du monde, en Patagonie, dans un territoire aride, désolé et sauvage vit une famille. La mère, les jumeaux, le débile et le petit.Une famille aussi sèche que la plaine où elle réside. Une famille où personne ne s'aime, à tel point que le terme de famille n'est pas envisageable.
La mère les dirige tous d'une main de fer, absolument implacable. Les jumeaux font vivre l'enfer au petit. Le débile ne dit rien, enfermé dans ses pensées. Le petit tente de survivre.
Mais un jour tout change, la mère perd un des mes fils au poker. Et tout se fissure...

Il-reste-la-pouiere_reduit

Depuis un moment maintenant, je suis très intriguée par Sandrine Collette dont je vois de plus en plus les bouquins dans les rayons de ma librairie et sur les pages des blogs. Je me suis donc lancée avec Il reste la poussière. Un roman brutal, à l'atmosphère lourde, tendue, âpre où cette "famille" va peu à peu basculer. L'écriture très particulière de Sandrine Collette - je ne sais pas si elle écrit toujours comme ça, mais pour ce roman, cela colle bien à l'histoire - saccadée et à la fois descriptive, si descriptive qu'on sent le foin, la poussière de la plaine, le cri des rapaces tournoyant dans le ciel et l'angoisse du petit, Rafael.
J'ai plutôt apprécié ce roman malgré sa noirceur et sa violence, malgré aussi une absence de suspense et malgré une certaine distance avec les personnages. Finalement il s'agit plus d'une peinture rurale et sauvage, bien écrite, et dont les seules preuves d'amour présentes sont entre Rafael et ses animaux, chevaux et chiens.

Logo challenge T&P 2017Challenge_ete2018

Logo Dames en noir

02 juillet 2018

Bilan de juin

juin

Si le début du mois de juin a été bon, grâce au séjour à Paris, la deuxième partie du mois a été beaucoup plus difficile à négocier.
Le séjour à Paris a été vraiment sympa ! j'ai passé à nouveau un très bon moment avec Mathilde, j'ai pu profiter d'une belle journée à Roland Garros, on a vu une expo très sympa et originale à La Villette (si je me noie pas dans mes articles, je compte en parler ici ^^) et on a bien profité des diverses balades qu'on a pu faire.
L'autre partie du mois a été plus compliquée. D'abord, il y a eu énormément de boulot, avec un jour de repos par semaine, j'ai vraiment eu du mal à finir le mois. Je suis extrêmement fatiguée, je baille tout le temps, je me sens épuisée, physiquement et moralement, j'ai constamment envie de dormir. Le pire, c'est que la nuit, je dors plutôt mal donc je ne récupère pas vraiment. J'ai du mal à gérer le quotidien. Là, par exemple, il n'est même pas 18h, et je suis à moitié en train de m'endormir sur le clavier...
Et ces derniers jours avec mon copain n'ont pas été au top niveau non plus... de plus, une mauvaise nouvelle pour une amie m'a fait énormément de peine. Et la semaine dernière, une personne dans notre résidence est morte et j'ai assisté à l'enlèvement du corps...
Bref, un moral plutôt bas qui, je l'espère, ne sera pas celui de cet été car je compte bien en profiter. Les vacances ne sont pas prévues pour tout de suite malheureusement, mais le rythme de travail devrait un peu baisser.
A cause à la fois du séjour à Paris, de Roland Garros et maintenant de la Coupe du Monde de foot, je n'ai pas énormément lu... Comme vous le savez, j'ai eu un gros coup de coeur pour La malaise de la falaise ! J'ai lu deux bandes-dessinées très différentes mais que j'ai beaucoup appréciées. Par contre, grosse déception avec la lecture de Karoo, le livre m'a paru totalement vain...
Côté films et séries, même si j'ai apprécié Gueule d'ange, j'ai trouvé qu'il lui manquait quelque chose pour être totalement un coup de coeur. J'ai beaucoup aimé la seconde saison de Marcella, la série devient plus sombre et Marcella souffre énormément et en prend plein la gueule. J'ai vraiment apprécié La casa de papel mais je ne vois pas comment il va pouvoir y avoir une troisième partie, pour moi, la série devrait s'arrêter là. Le cercle littéraire de Guernesey est un bon film mais je n'ai pas ressenti autant de choses qu'avec la lecture de l'histoire originelle.
Côté challenge, la nouvelle édition du Thrillers & Polars va se terminer début juillet et je me suis lancée dans un challenge de l'été avec un objectif de 20 livres en 3 mois. Ca me semble beaucoup mais je vais essayer de faire baisser ma PAL au max !

Bilan de juin : 3 films - 5 séries - 3 livres - 2 bds

bilan juin2

bilan juin

                                      Lecture en cours

                                       Il-reste-la-pouiere_reduit

Posté par Zofia à 22:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 juin 2018

Nous rêvions juste de liberté d'Henri Loevenbruck

J'ai lu Nous rêvions juste de liberté il y a plusieurs mois déjà et je m'en souviens comme si c'était hier, et rien qu'en n'y repensant, j'ai les larmes qui montent et des frissons qui arrivent... Je me demande comment j'ai pu ne pas vous en parler plus tôt.

Nous rêvions juste de liberté

Hugo ne s'en sort pas au lycée, il n'est pas fait pour ça, ses parents dans l'espoir de le remettre dans le droit chemin l'inscrivent au lycée de Providence. Il y rencontre Freddy et sa bande, et sa vie ne sera plus jamais la même. A la maison, ça ne se passe pas très bien pour Hugo non plus, depuis que Vera n'est plus là, maman a tendance à se laisser aller et papa a la main lourde.
Alors un jour, Hugo, devenu Bohem, prend la route avec Freddy, Oscar, Alex, à l'aventure, montés sur leur bécane, ils traversent le pays, flirtant plus d'une fois avec la légalité. Mais Bohem, Freddy et les autres vivent, vivent à 100 %.

Nous rêvions juste de liberté est un roman que j'ai fermé en pleurant à chaudes larmes, un roman qui vraiment m'a foutu une putain de claque, et comme en plus je ne m'y attendais pas, je peux vous dire que je l'ai bien sentie passer !!
Au départ, je ne pensais pas que j'allais me retrouver dans cet état, pour être tout à fait honnête, j'ai même failli laisser tomber car les histoires de bikers, de Harleys et de clans de motards, je n'aime pas trop ça. Mais il y a eu un truc dans l'écriture, dans le ton, dans le style d'Henri Loevenbruck qui a fait que je suis restée et que plus je lisais, plus j'étais hypnotisée par cette bande de potes, par ces parcours de vie et puis surtout par Bohem. Bohem, la figure de proue, le centre du roman, ce jeune homme dont on finit par s'éprendre.
Je me rends compte que je suis encore bouleversée par ce roman, par cette quête de liberté, quoiqu'il arrive, quoiqu'il advienne. Bohem et son MC (Motor Club) avalent du bitume, tracent leur route dans une magnifique ode à la liberté. Bohem et ses potes qui brûlent leur vie par les deux bouts, qui résistent à la pression sociale, qui vivent leur rêve jusqu'au bout. Écrit avec brio, écrit comme si on le vivait, Henri Loevenbruck nous emporte loin, très loin, tellement loin qu'on a envie d'enfourcher une moto et de partir droit devant.
Une histoire bouleversante de jeunesse, de liberté, d'amitié, une histoire qui va vous retourner le coeur, le cerveau, une histoire qui va vous prendre aux tripes, une histoire incroyablement intense.

Logo challenge T&P 2017

27 juin 2018

L'enfant allemand Camilla Läckberg

Plus d'un an sans lire un Camilla Läckberg alors que je les ai presque tous dans ma PAL, mais j'avais besoin de temps après ma dernière lecture car j'avais eu énormément de mal avec L'oiseau de mauvais augure. Je l'ai choisi comme participation au Challenge des Douze Thèmes, un pavé de plus de 500 pages.

L'enfant allemand

Alors qu'Erica se décide à entreprendre des recherches sur sa mère, elle découvre au grenier des journaux intimes, une brassière de bébé tâchée de sang et une médaille nazie... Erica confie la médaille à une historien de Fjällbacka, Erik Frankel. Il est retrouvé assassiné quelques semaines plus tard.

J'ai donc repris la saga de Patrik et Erica et si je n'ai pas été trop déçue, je n'ai pas non plus trouvé ce tome grandiose. L'auteure situe encore son intrigue dans ce tout petit village de pêcheurs et celle-ci va encore se dérouler sur deux époques, 39/45 et à peu près 2006. Si les passages contemporains sont plutôt biens avec des personnages intéressants, notamment Paula, la nouvelle recrue du commissariat, les passages historiques m'ont un peu déçu car ne connaissant pas beaucoup l'implication suédoise dans la seconde guerre mondiale, j'aurais vraiment aimé en apprendre plus et l'auteure ne donne pas beaucoup de détails et parle surtout de la vie d'un petit groupe de jeunes à Fjällbacka à cette époque.
L'enfant allemand est malheureusement trop convenu, il n'y a pas vraiment de surprises ou de rebondissements, c'est finalement très routinier et pour un thriller c'est un peu gênant... Il n'y a pas non plus de renouvellement de la part de l'auteure, et ce tome, s'il se lit très vite, est trop neutre pour être vraiment palpitant. Le seul truc que j'ai beaucoup aimé, c'est la façon dont Mellberg se retrouve embarqué dans la naissance d'un enfant, son changement d'attitude, à mon grand étonnement, j'apprécie de plus en plus son personnage !
Sinon, et bien c'est à peu près tout, sans compter que l'auteure a visiblement un problème avec les bébés, les accouchements et les femmes enceintes... il y en a tellement dans ce bouquin qu'à la fin ce n'est absolument pas crédible !
Bref, L'enfant allemand est plus ou moins ce à quoi je m'attendais et il ne restera pas comme l'une des lectures marquantes de cette année.

Logo challenge T&P 2017

challenge 12thèmes

Logo Dames en noir

22 juin 2018

Je sais pas de Barbara Abel

Lors d'une sortie scolaire de la classe de l'école des Pinsons, Emma, 5 ans, disparaît. Alors que les recherches s'organisent, Mylène, son institutrice, part seule en forêt pour essayer de la retrouver. Quelques heures plus tard, Emma réapparaît, seule et mutique. Son institutrice ne revient pas, la seule réponse de la fillette : "je sais pas".  Mais le temps est compté si on veut retrouver Mylène vivante, la jeune femme est diabétique...
Soulagés, Camille et Patrick récupèrent leur petite fille sans savoir que le cauchemar ne fait que commencer.

Je sais pasJ'ai lu plusieurs Barbara Abel et je suis toujours étonnée par sa faculté à transformer un quotidien banal en une succession de drames terribles ! Je sais pas ne déroge pas à la règle et sous des dehors plutôt tranquille, on se prend une vraie claque à la lecture de ce thriller psychologique ! Pour tout vous dire, au départ, j'ai été super étonnée quand on retrouve Emma alors qu'il reste plus de 300 pages, je me suis vraiment demandée comment les choses allaient pouvoir tourner mais c'était sans compter sur le talent de Barbara Abel !
Et on se retrouve à lire, page après page, Je sais pas, pour connaître, pour comprendre, pour savoir si Mylène sera sauvée, savoir si Emma parlera. Pour assister, impuissant et abasourdi, au dénouement final... Pour assister à la plongée de personnages lambdas, à la transformation de leur quotidien en cauchemar !
Dans Je sais pas, les héros que l'on côtoie ne sont pas vraiment sympathiques et ont tous quelque chose à cacher, le malaise vient aussi de ces personnages troublants, ces personnages qui ont des côtés attachants mais aussi et surtout des côtés plus sombres, qu'il s'agisse d'Etienne, de Camille ou même d'Emma.
Emma justement, très intéressant de la part de Barbara Abel d'avoir créée une enfant aussi étrange pour en faire le pivot de son histoire. Les enfants, c'est normalement doux, gentil et innocent... Mais Emma ne rentre pas tout à fait dans cette catégorie. Un risque pour Barbara Abel de prendre en contrepied la figure sacré de l'enfant.

J'ai vraiment beaucoup aimé Je sais pas, qui se lit en quelques jours, tant tous les éléments sont là pour qu'on tourne les pages le plus vite possible !

Logo challenge T&P 2017

Logo Dames en noir



20 juin 2018

Challenge de l'Eté

Alors que l'été commence demain, j'ai encore trouvé un nouveau challenge sur LA ! il s'agit du challenge de l'été et va me permettre - je l'espère - de bien faire diminuer ma PAL tout au long de cet été. J'ai choisi la catégorie Surfeur livresque avec au moins 20 livres lus et plusieurs minis challenges : finir une saga - lire un ancien de la PAL - lire au moins 5 thrillers - lecture commune. Le challenge se termine le 23 septembre.

Challenge_ete2018

Voici ma liste, elle contient actuellement 16 titres car je me garde quelques places pour des lecture surprises ;-) Si vous êtes tenté par une LC, n'hésitez pas à me le dire, que ce soit dans cette liste ou dans ma PAL principale !

  1. Le château des Carpathes
  2. Entre deux mondes - mon gage pour le challenge Lis où je te punis
  3. Tuez qui vous voulez
  4. La poursuite
  5. Amelia
  6. Le perroquet (BD)
  7. En attendant Bojangles (BD)
  8. Le seigneur des anneaux, tome 1
  9. Rien ne s'oppose à la nuit
  10. D'après une histoire vraie
  11. My absolute darling
  12. Il reste la poussière
  13. La plume empoisonnée
  14. 1Q84, livre 3
  15. Karoo
  16. L'île au trésor
  17. Culottées, tome 2
  18. La dernière des Stanfield
  19. Délicieuse de Marie Neuser