Revoir un Printemps

23 mai 2017

Aujourd'hui, pas envie de bosser, pas devant ce beau soleil qui invite à la flânerie. Aujourd'hui, j'ai envie de commencer Sharko assisse sur la terrasse. Cette semaine est à la fois une semaine de repos et de travail, et franchement un prend vraiment le pas sur l'autre ! Pas envie de m'occuper du site internet, pas envie de répondre aux clientes, pas envie de m'occuper de leurs affaires, pas envie de contacter ma chef, pas envie de régler cette histoire de GPS. D'autant plus dur de travailler cette semaine que mon homme sera en long week-end à partir de demain midi, que j'occupe actuellement la maison de mes parents qui sont en vacances et que la semaine prochaine, je pars moi aussi en congés ! Sérieusement, comment voulez-vous que j'arrive à me motiver à bosser alors que je ne pense qu'à lire et à préparer mon séjour à Paris ?! 
Cela me semble impossible...!
Et puis aujourd'hui, je pense aussi à ce nouvel attentat qui balaye l'Europe et sa jeunesse, qui s'attaque encore à la musique et qui griffe mon coeur d'une nouvelle blessure. Je pense à Manchester qui souffre comme Paris a souffert après le Bataclan, je pense à tout ça et ça me donne encore moins envie de travailler et encore plus de profiter de la vie, tant qu'elle est là, elle est qui si belle et que des barbares veulent terroriser.

MANCHESTER-550


18 mai 2017

Mon dieu, mon dieu, je dois absolument arrêter d'aller dans ma librairie...!
Mon compte en banque, ma PAL sans fin et mon homme vont finir par ne plus me le pardonner ^^

mondieu

Posté par Zofia à 21:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 mai 2017

Avis groupés XIII

Running Man de Richard Bachman alias Stephen King

Running Man

Au 21ème siècle, la dictature s'est installée aux États-Unis. La télévision est l'arme suprême, à la fois outils de propagande et de répression. Une seule chaîne diffuse des dizaines de jeux télévisés, pour permettre aux participants de gagner de l'argent mais de manière tout à fait sordide ou extrême. C'est le cas de "La Grande Traque". Ben Richards, l'heureux participant, doit échapper à des chasseurs lancés sur sa piste pendant 30 jours. Chaque jour passé est de l'argent encaissé destiné à soigner sa petite fille très malade. Les habitants sont récompensés en cas de délation... Tout le monde veut la mort de Ben Richards.

Running Man est vraiment un thriller d'anticipation tout à fait flippant et addictif. Rédigé sous la forme d'un compte à rebours partant de 100, Running Man est terriblement rythmé, ne laissant pas un instant de répit aux lecteurs comme au héros. Cette immagination de ce que pourrait être les États-Unis est effrayante, d'autant plus que cela ne semble plus impossible d'en arriver à des extrémités pareilles... On est totalement happé par cette traque, par ce monde déglingué qui oblige les gens à mourir pour que leur famille survive. J'ai beaucoup aimé le héros, sa manière de penser, différente des autres habitants, j'ai bien aimé les rencontres qu'il va faire pendant sa traque, ça se lit très vite, un peu comme si on voulait sa vie en même temps que celle de Ben Richards...

Les égouts de Los Angeles de Michael Connnelly

Les égouts de LA

Dans une canalisation du barrage de Mulholland à Los Angeles, on retrouve le corps d'un ancien soldat du Viêt Nam, un "rat des tunnels" comme Bosch, un compagnon de guerre. Bosch, convaincu qu'il ne s'agit pas d'une overdose, décide d'enquêter.

Paru en 1992, Les égouts de Los Angeles met en scène, pour la première fois, le célèbre et emblématique inspecteur Harry Bosch. Comme on peut s'y attendre, en plus de l'enquête, cet opus nous permet d'en apprendre beaucoup sur Bosch et notamment sur la fameuse période de la guerre du Viêt Nam, période un peu flou pour nous, mais terriblement marquante pour les États-Unis. Si l'enquête est assez intéressante à suivre, tout ce côté guerre du Viêt Nam, ancien soldat ne m'a pas trop intéressé. Mais ce livre pose bien les bases de l'histoire de Bosch, on se rend compte que dans ce volume, il est vraiment acariâtre, limite alcoolique et en conflit permanent avec sa hiérarchie. C'est également dans ce livre que Harry rencontre pour la première fois Eleanor Wish. Personnellement, je préfère les volumes suivants quand Bosch a réussi à dépasser les affres de la guerre du Viêt Namet que les intrigues s'ouvrent un peu plus, ne le concernant pas toujours.

Kaïken de Jean-Christophe Grangé

Kaïken

A Paris, Olivier Passan est un flic solitaire, dur, parfois violent aux prises avec un criminel surnommé "l'Accoucheur" et avec son divorce avec Naoko, sa superbe épouse japonaise. Ce naufrage amoureux est autant au centre de l'intrigue que les crimes sordides de "l'Accoucheur". Olivier devra remonter le passé et aller jusqu'au Japon pour trouver la clé de l'énigme.

Si je me rappelle bien la sortie de Kaïken (en 2012) a relativement déçu les fans de Grangé, je l'avais lu à sa sortie et n'avais pas ressenti de déception. Je l'ai relu cette année et j'ai de nouveau pris du plaisir à suivre Olivier Passan dans cette enquête plus que familiale...
Ce n'est peut-être pas le meilleur Grangé mais personnellement, il a tenu ses promesses : suspense, intrigue déroutante et flic charismatique, ajoutons à cela un décor exotique avec la place prépondérante du Japon. C'est peut-être aussi le roman le plus personnel de l'auteur car il voue une adoration au Japon qui est le pays de sa compagne...
J'ai vraiment bien aimé Kaïken, principalement grâce à Olivier Passan qui est un personnage très intéressant à suivre, un flic partagé pour son amour du Japon, au point d'avoir épousé une japonaise... j'ai aimé ses ambiguïtés, son incapacité à reporter son amour du Japon sur Naoko, j'ai aimé le passé de Passan, celui de Naoko, j'ai aimé la fin sur cette île terrible, à Kyushu...

Logo Polars2

11 mai 2017

Le tribunal des âmes de Donato Carrisi

CVT_Le-Tribunal-des-ames_4978

Marcus est un homme sans passé, il  a perdu la mémoire il y a un an, lors d'une tentative de meurtre. Depuis, il évolue dans une sorte de brouillard permanent. Son talent est l'analyse de scènes de crime, il voit ce que personne d'autre ne voit, et aujourd'hui, il est le seul à pouvoir retrouver Lara, une jeune étudiante portée disparue.
Sandra, elle, est enquêtrice photo à Milan, il y a un an, elle a perdu son mari et depuis, elle vit sans vivre. Un jour, à Rome, la route de Marcus et de Sandra va se croiser.

Voilà ce qu'on peut dire du Tribunal des âmes, sans gâcher le suspense, sans dévoiler l'intrigue complexe mise en place par Carrisi. Carrisi que j'ai rencontré grâce à l'incroyable thriller Le chuchoteur !! Carrisi que j'ai pris grand plaisir à retrouver, je l'ai laissé me malmener, m'emener là exactement où il voulait, je me suis interrogée, j'ai essayé de relier les fils inextricables de ce thriller, mais c'était peine perdue, il a fallu que j'attende la fin ! ^^
Dans ce roman, on suit donc Marcus qui enquête sur la disparition de Lara, enfermée à l'intérieur de son appartement mais portant disparue... dans le même temps, on suit Sandra, qui tente péniblement et sans réussite de faire le deuil de son mari David. Elle va se retrouver à Rome pour enquêter sur sa mort. L'auteur propose également de mystérieux chapitres concernant "le chasseur" et son enquête. Trois branches qui vont finir par se relier pour n'en faire qu'une seule. J'ai beaucoup aimé la construction de ce thriller, son opacité et l'imbrication des différentes intrigues, l'écriture détaillée de l'auteur, les personnages, l'ambiance de la ville. C'est un thriller qui se lit assez vite, on est happé par ce mystérieux tueur, on veut comprendre, savoir qui est qui...
Un thriller efficace, pas un coup de coeur mais une lecture plus-plus-plus quand même ;-)

Logo Polars2

10 mai 2017

Vu, Lu, Entendu

Mois d'Avril : 10 films dont 3 revus - 4 séries - 7 livres - 1 bd

Ce mois-ci, petit bilan avec pas beaucoup de films et peu de lectures (principalement à cause des films revus...), j'espère faire mieux le mois prochain et me rapprocher du bilan de mars, peut-être que mon inscription à Netflix va m'y aider ^^

Je fais le mortCorporate19812542Dogville

The two faces of januaryGet Out2 days in Paris

Revus

HobbLe hobbit IIPred

Sherlock S2Zone Blanche 2

Déception

TWD S7

Coup de Coeur

Dix pour cent S2

Meurtres pour rédemption_reduitJournal Anne FrankUne mèreCVT_Le-Tribunal-des-ames_4978

Le meilleur des mondesRunning ManLe garçon - Copie

Spirou

Lecture en cours

Les égouts de LA

Posté par Zofia à 21:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mai 2017

Ouf !

C'est peut-être le mot de la soirée... car même si pour beaucoup, le résultat était déjà joué avant le vote, personnellement, j'ai vraiment eu peur que le FN accède au pouvoir. Cela s'est un peu calmé après le débat car vu à quel point Marine Le Pen s'est rétamée, ça m'a un peu rassuré.
Je suis vraiment soulagée et contente du résultat, Emmanuel Macron était le candidat que j'avais choisi bien avant ce second tour et c'était totalement un vote POUR et non un vote CONTRE. Je ne crois pas qu'il fera des miracles, il l'a lui-même dit, mais je crois qu'il peut apporter des bonnes choses à la France, à son économie, à revaloriser notre pays, et engendrer une certaine dynamique positive et quelque chose de nouveau. Aujourd'hui, je me sens confiante. Et j'ai envie d'y croire.

07 mai 2017

Point Challenge Thrillers et Polars

* Nous voici, pour un nouveau point sur ce challenge, probablement le dernier avant sa clôture. Il reste exactement 2 mois afin la fin du challenge et je pense battre mon record. En effet, je suis à 34 chroniques pour 37 lectures, avec un record de lectures à 39... j'espère bien le dépasser, et soyons fous, atteindre les 50 thrillers et polars ! J'aimerais vraiment y arriver, pour cela il faudrait que je lise 16 polars en deux mois, pas totalement impossible certes mais peut-être un peu juste...

Alors qu'il reste à peu près 5 mois pour terminer ce Challenge Thrillers et Polars, j'en profite pour faire un petit point : j'ai lu actuellement 24 polars et chroniqués 21, je suis donc sur la bonne voie pour arriver à 25. Toutefois je ne pense pas atteindre les 50 car il faudrait que j'en lise autant en 5 mois qu'en 7, ce qui me semble quand même compliqué ^^ 
Mon record est à 39 lectures pour 33 chroniques, j'espère bien dépasser ces chiffres !

Durant cet été, j'ai lu 12 livres et 3 bandes-dessinées, j'espère améliorer ce bilan lors de ces deux prochaines semaines car je suis en vacances et que l'été n'est pas terminé ;-)
Côté PAL, j'ai lu 8 livres de ma PAL, trois livres ont été empruntés à la bibli dans le cadre du Challenge Les filles de Mrs Bennet, et un dernier est une relecture (Kaïken de Grangé). Côté thrillers, j'en ai lu 7 dont un qui rentre dans le précédent challenge, et j'en ai chroniqué 4.
Du côté du RAT a week estival, j'ai totalement foiré la semaine 7 avec 400 pages lues ou à peine, par contre, j'ai atteint l'objectif pour la semaine 6 et j'ai validé tous les défis et pour cette dernière semaine, ça me semble bien parti (205 pages à l'heure de publication). J'aimerais vraiment faire sortir quelques livres en plus de ma PAL, j'en ai emporté 5 avec moi mais ça me semble un peu optimiste.

Logo Polars2

Challenge Thrillers et Polars 2017 - catégorie Erlendur, 25 à 50 livres lus

Livres actuellement lus et chroniqués

Livres lus mais pas encore chroniqués


  • Messe noire d'Olivier Barde-Cabuçon
  • Les ombres de Calern
  • Tu n'auras pas peur de Michel Moatti
  • Après la fin de Barbara Abel
  • Lux de Maud Mayeras

04 mai 2017

Tout va bien...

Comme je trouve que l'ambiance n'est pas assez plombée, je me lance dans des lectures follement joyeuses de science-fiction et d'anticipation... c'est ainsi qu'après avoir lu Le meilleur des mondes où un nouvel ordre mondial a aboli le concept de famille et fabrique des humains en série dans des bocaux, j'ai commencé Running Man de Stephen King où la dictature s'est installée aux Etats-Unis et où les gens, pour survivre, doivent participer à des jeux télévisés absurdes et violents. Le héros, Richards, vient d'être recruté pour participer à La Grande Traque, émission où il sera poursuivi pendant un mois par une bande de tueurs qui a pour but de l'éliminer...
Voilà, voilà, c'est super, je sais vraiment bien me remonter le moral ^^

Le meilleur des mondesRunning Man

03 mai 2017

Lecture commune : Le journal d'Anne Frank, la chronique

Journal Anne FrankAnne Frank est adolescente quand la guerre éclate. En 1942, sa famille et elle doivent se cacher pour échapper à la répression nazie. Ils se réfugient à l'Annexe, une cachette dissimulée dans l'entreprise Opteka, du père d'Anne Frank, à Amsterdam. Durant deux ans, Anne Frank va coucher ses pensées dans un carnet. Son père le publiera en 1947.

Tout le monde connaît l'histoire d'Anne Frank, j'avais travaillé sur des extraits du journal à l'école  mais je n'avais jamais lu ce récit autobiographique en entier. La période de la seconde guerre mondiale m'intéresse beaucoup mais le côté journal intime est plutôt du genre à me faire fuir, c'est pourquoi je n'avais encore jamais lu cette histoire. C'est à l'occasion d'un lecture commune avec Audrey que j'ai enfin découvert ce classique. Classique qui fait également partie de la liste des cinquante livre du siècle.
Ce qui m'a frappé lors de cette lecture, c'est la maturité d'Anne face à  la situation, la guerre bien sûr aussi face sa famille, elle a des réflexions qui ne sont pas du tout celles auxquelles on pourrait s'attendre, d'abord à cause du contexte mais surtout à cause de l'époque. Sans aucune gêne, elle parle de ses règles, de sexualité, n'hésite pas à être très critique envers sa mère, qu'elle trouve plutôt "faible", elle ne souhaite pas être une simple femme au foyer soumise à son mari.
Les conditions à l'Annexe sont importantes mais elles ne constituent pas le coeur du récit d'Anne, elle parle beaucoup de ses lectures, des choix qu'elle souhaite faire plus tard, après la guerre. J'ai également été surprise par toutes les réflexions que subit Anne de la part des membres de l'Annexe, lui faisant souvent des reproches...
Même si j'ai apprécié cette lecture, je ne peux pas dire que ça a été un coup de coeur, mais je suis contente de l'avoir lu et de connaître enfin l'histoire d'Anne Frank dans son intégralité. Évidemment, c'est un récit plutôt triste, même s'il n'y a pas d'événements tragiques au cours de leur isolement. C'est plutôt le fait de savoir qu'Anne n'a pas survécu à la guerre qui rend le récit triste, car elle parle beaucoup de son futur, de ses projets et de ses souhaits....

La chronique d'Audrey : Anne Frank

29 avril 2017

P'tits nouveaux 2

20170425_120251

Parce qu'en ce moment, j'ai vraiment beaucoup (beaucoup) besoin de me remonter le moral ! ;-)

28 avril 2017

Une mère d'Alejandro Palomas

Merci aux éditions du Cherche Midi et à Babelio grâce à qui j'ai pu gagner ce livre !

Une mère

Barcelone, 31 décembre, Amalia est impatiente, ce soir, elle réunit enfin toute sa famille autour d'elle ! Son fils, Fernando, ses deux filles Silvia et Emma, Olga, la compagne d'Emma et Eduardo, son frère qui vient de Lisbonne. Six personnes mais sept couverts autour de la table, la chaise des absents remplira son office. Le temps d'une soirée, la famille se retrouve et tout le monde a beaucoup à dire ou beaucoup à cacher.... Le repas ne se déroulera pas aussi calmement que prévu.

Soyons clair, la couverture hautement colorée et la référence à Almodóvar m'ont tout de suite intéressée. Et puis les histoires de famille, j'aime ça ! je suis vraiment contente d'avoir remporté Une mère car j'ai vraiment adoré cette lecture.
On est à Barcelone, et tout la famille doit se retrouver autour d'Amalia, la Mère. Célibataire depuis peu, haute en couleurs car fantasque, enfantine, gentille mais un peu à côté de ses pompes, par moments, elle a parfois des réactions qui suscitent colère, inquiétude et amusement chez ses trois enfants. C'est Fer qui raconte cette histoire par le biais d'un récit à la première personne, permettant une immersion complète dans cette famille chaleureuse. Et ce repas de la Saint-Sylvestre sera l'occasion de révélations mais aussi de revenir sur le passé et sur les différentes étapes qui ont jalonné la vie de cette famille.
C'est à la fois tendre et drôle, moderne, j'ai vraiment apprécié tous les personnages, même si j'ai eu plus de mal avec certains au départ, ils se révèlent tous très attachants, Amalia en tête !
Amalia, elle est à la fois insupportable quand elle agit comme une gamine, mais tellement pleine de bonté qu'on ne peut pas lui en vouloir, Amalia, personnage central, solaire. Ils ont tous une forte aura, et même celles qui ne sont plus là, notamment Ester, la grand-mère, la mère d'Amalia, figure très importante pour Fer, le narrateur. J'ai adoré cette lecture car elle m'a fait du bien, elle m'a fait sourire mais aussi, je dois bien le dire, pleurer (un peu).
On comprend que les personnages autour de cette table ont chacun des secrets, des poids, des blessures mais la force de la famille leur permet de dépasser tout ça.
L'écriture d'Alejandro Palomas est vraiment agréable, fluide, poétique mais aussi drôle et émouvante, tellement juste qu'on a l'impression de faire nous aussi partie de cette famille, et même plus on VOUDRAIT en faire partie ;-)

25 avril 2017

Non mais sérieusement manifester contre Le Pen, je veux bien c'est même obligatoire, surtout pour tous les petits cons qui votent FN "parce qu'on a jamais essayé" mais franchement manifester contre Macron, c'est un peu... non ? Vous croyez vraiment que Macron sera pire que Jacques Chirac ?! Vous vous reconnaissiez mieux dans ce papy de la République que dans un futur jeune président qui pourrait vraiment apporter quelque chose de neuf ?
Et je ne dis pas ça uniquement parce que j'ai voté - et voterais - Macron dans deux semaines. Je trouve ça juste trop radical, on ne peut franchement pas comparer ces deux programmes, ces deux personnalités. On doit manifester contre la haine et l'extrêmisme.  Pas risquer de les amener au pouvoir en décriant le candidat adversaire sous prétexte qu'il a été banquier, riche, ou jeune, ou pour je ne sais quelle raison encore.

Posté par Zofia à 11:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 avril 2017

Faire le bon choix

On est lundi 24 avril, le premier tour de l'élection est passé. Et le résultat me satisfait d'un côté mais m'écoeure vraiment de l'autre. D'abord, je suis contente car Macron est au second tour, c'est le candadit que j'avais choisi, pour de très nombreuses raisons, ce n'était pas seulement un vote par défaut, Hamon ne m'inspirait pas tellement et Mélenchon... Non, je suis plutôt convaincue par Macron, et même si pour beaucoup, c'est un candidat vendu aux banques, aux lobbys, aux financiers, je le crois suffisamment intelligent pour être réellement au-dessus de tout ça. En France, de toutes manières, on a un problème avec les gens qui gagnent de l'argent....
J'ai eu très peur toute la journée du résultat, j'avais peur d'un second tour entre Fillon et Le Pen, voire entre Mélenchon et Le Pen, ce qui aurait été un peu mieux mais guère mieux quand même vu les positions radicales de Mélenchon...
Je m'attendais à ce que Le Pen soit au second tour mais j'espérais de tout coeur, vraiment de tout coeur, que les français ne montrent pas à quel point ils sont stupides. Et j'ai été déçue. Les français sont stupides et racistes. Je peux comprendre que certains points du programme de Le Pen parlent aux français, par exemple l'agriculture. Mais tout dans son programme n'est que haine et repli sur soi. Quand est-ce que les gens comprendront que le futur c'est l'ouverture d'esprit ? Je suis écoeurée parce que voter pour Le Pen, c'est faire le choix de la haine, c'est faire le choix d'une France qui rétrograde...
Je suis terriblement triste que ce soit dans cette voie-là que s'engage la plupart des français.... j'ai versé quelques larmes de dégoût sur ce choix extrême, personne ne devrait oublier que ce parti est un parti haineux, xénophobe, sexiste, raciste, homophobe. Personne. Si on est pas content du gouvernement ou des politiques, il y a d'autres choix à faire que de voter pour cette haine.
Je suis même pas choquée, tant je m'y attendais. Mais je suis tellement triste de ce visage qu'offre la France, qu'offre notre République. Dans ma ville et mon département, aucune surprise, le FN est largement en tête. C'est quelque chose que je sens au quotidien, les gens n'ont plus aucune honte de dire des insanités racistes pour justifier tous leurs maux. Voter pour le FN, c'est oublier ce que peut engendrer la haine de l'autre.
On peut ne pas aimer Macron, même si j'ai confiance en lui, je pourrais être déçue, mais on ne peut pas laisser le FN passer... si cela devait arriver, je ne sais pas ce que je ressentirais...

La liberté guidant le peuple

22 avril 2017

Meurtres pour rédemption de Karine Giebel, déstockage de PAL en duo

destockage-pal-duo-an-2-600x268

Meurtres pour rédemptionMarianne a 20 ans. 20 ans et déjà plusieurs années de tôle derrière elle. Et comme avenir, toute une vie en prison. Perpétuité. Pas d'espoir, des murs pour seule horizon. Matons et prisonniers comme seuls compagnons. Marianne est une boule de nerfs, prête à exploser à chaque seconde, seule la came la canalise un peu. Mais un jour, un léger espoir se profile comme une chance insaisissable.... mais le prix à payer est terrifiant, mais Marianne veut tenter le coup, en prison, elle ne survivra jamais...

Oh mon dieu ! Meurtres pour rédemption de Karine Giebel va vous en mettre plein la tête ! Une sorte de coup de poing qui dure 1000 pages ! Ce n'est pas la première fois que Karine Giebel me malmène mais là, elle s'est quand même surpassée. Elle décrit un monde carcéral, impitoyable, dur, sans concession, même si certaines personnalités - Justine, VM, Emmanuelle, Daniel - apportent de la lumière dans ses terribles ténèbres. Et soudain, sous l'apparence de trois policiers un peu spéciaux, Marianne a la possibilité de passer un marché qui lui permettra de retrouver la liberté. Un marché risqué avec un coût à payer, un marché qui laissera des traces pour Marianne, pour Laurent, Franck et Philippe, les flics.
Le roman se divise en deux parties : celle à l'intérieur de la prison et celle à l'extérieur, dans un autre type de prison où Marianne attend de payer le prix de sa rédemption. On pourrait penser que la partie à l'extérieur nous permettra de respirer un peu après les horreurs carcérales, et bien non. Karine Giebel ne nous laisse aucun répit, et l'attente se révélera aussi violente que la prison.
Comme une nouvelle fois, dans les romans de Karine Giebel, ses personnages ne sont jamais tout noir ou tout blanc et leurs ambivalences sont très fortes et très bien exploitées par l'auteur. Marianne est une criminelle, quelqu'un de froid, de dur, de distant, une jeune femme dont la maîtrise des arts martiaux est une arme et pourtant, elle est aussi si fragile, si seule, elle a tellement manqué d'amour, d'un regard bienveillant qui aurait pu la canaliser. De même que Daniel, le maton en chef ou le trio de flics, à priori les "gentils" de l'histoire mais qui peuvent se montrer violents, intraitables, cassants.
Meurtres pour rédemption est une histoire violente, mais une histoire violente qui a du sens, une direction. C'est dur, on pleure, on crie avec Marianne, on perd pied, on n'a plus de force, plus de courage, on résiste, on lutte. Meurtres pour rédemption vous fait ressentir tout ça jusqu'au plus profond de votre corps. J'ai vraiment beaucoup aimé Marianne, on l'aime, on veut la sauver mais en même temps, elle nous terrifie, nous impressionne, c'est un personnage complexe, touchant, qui a été bien trop tôt attrapé par la violence. 
Malgré ses presque 1000 pages, Meurtres pour rédemption arrive à maintenir un suspense constant et implacable. Toutefois, j'aurais aimé que les souffrances de Marianne soient un peu abrégées vers le milieu du roman mais Karine Giebel ne nous le permettra pas.

Logo Polars2

Logo Dames en noir

 

20 avril 2017

P'tits nouveaux

20170418_164747

Parce qu'il faut bien savoir se remonter le moral ! ;-)