Revoir un Printemps

06 septembre 2022

Pause


città de Urbino

Ciao tutti ! Adesso siamo in Italia per vacanze 😉🤗 

Mon bilan du mois d'août arrivera un peu plus tard de manière plus complète. Je voulais vraiment le préparer avant de partir mais je n'ai pas eu le temps (et j'avais l'esprit beaucoup trop encombré par mon crush... (ça va un peu mieux mais bon c'est pas encore tout à fait ça !)). En août, j'étais assez tendue à cause de ça, car même si ça m'excitait, j'ai aussi beaucoup souffert de la situation. D'abord parce que j'avais envie de concrétiser quelque chose qui était mal et ensuite parce que des choses m'ont donné envie de concrétiser ça... je ne sais pas si ça ira mieux à la rentrée mais bon on verra bien. En attente, je tente de profiter au mieux des vacances en laissant les pensées parasites à côté mais mon cerveau ne me laisse pas toujours tranquille. Je visite des beaux endroits et je mange bien, ce qui est quand même la base en Italie !

Sur ce, je vous dis à très vite !

Posté par Zofia à 10:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 août 2022

Obsession

Bon, il faut que je vous parle de quelque chose qui m'obsède depuis plusieurs semaines maintenant et qui me rend folle ! j'ai un crush, j'ai un putain de crush et je suis dramatiquement en galère. C'est un gars que je connais pas mal, un ancien gars de notre bande de copains ; à un moment donné, on se voyait souvent, depuis quelques années, on s'était perdu de vue. Avant que je ne craque sur lui, on s'entendait plutôt bien mais il n'y avait rien d'autre. Depuis un peu plus d'un an, il a changé de boulot et je le croise beaucoup plus. Heureusement, mon attirance pour lui ne date pas d'un an ! Ça m'a réellement surprise car cet hiver, je le voyais déjà pas mal en ville (pour le boulot, je circule très souvent) et rien. Et là, paf d'un coup, au détour d'un virage, ça me fait un trou noir quelque part qui aspire tout et qui me donne qu'un objectif : penser à lui.
Je ne sais pas si ça vient de ce boulot justement où il porte un uniforme – personnellement, c'est peut-être cliché, mais les uniformes sur moi, ça m'a toujours fait beaucoup d'effet – ou si ça vient d'autre chose mais chaque fois que je le vois, ça me met dans un état pas possible ! mais genre pas possible, j'ai le feu partout. C'est une véritable catastrophe... car quand je dis que le rencontre très régulièrement, c'est plusieurs fois par semaine, voire par jour. Du coup, j'ai vraiment du mal à ne pas penser à lui. Je pense vraiment trop à lui, surtout quand je suis au volant et comme je suis souvent seule au volant...

Source: Externe
voilà, plus ou moins, à quoi je pense quand je le vois !

Je ne sais pas ce qui se passe, mais quasiment chaque fois que je prends la voiture et/ou que je vais en ville, je le vois. Alors il y a des fois où on se salue de loin, d'autres fois de plus près, des fois où je l'aperçois juste de loin (et je pense que lui aussi, sans dire qu'il est sur moi, je sais qu'il reconnaît ma voiture par exemple). C'est dément car des fois, je vois une silhouette de loin, et direct je sais que c'est lui. C'est très déstabilisant car j'ai déjà eu des crushs avant mais bon ça durait un jour ou deux et basta, là...
D'un côté, je ne veux plus le voir ni le croiser. D'autres fois, je n'en suis pas encore à faire le tour de la ville pour le rencontrer mais honnêtement c'est pas loin !
Je l'ai croisé ce matin, j'ai ralenti pour dire salut et depuis, je me repasse le film en me disant que j'ai vraiment été gourde à sourire comme une idiote juste pour dire bonjour, je n'arrête pas de me dire que j'ai été ridicule, digne d'une gamine de 14 ans. Mais voilà, quand je l'ai vu, j'ai pas pu m'en empêcher...
J'ai acheté de la nouvelle lingerie et si je dois être totalement honnête, je me suis demandée ce qu'il en penserait s'il me voyait avec ! ce qui est stupide car il ne se passera jamais rien, enfin si demain, il me fait des avances, je ne suis pas certaine de résister.
Quand je vois son corps bronzé et musclé dans son uniforme, y a un truc qui me prend à l'intérieur du ventre et qui remonte jusqu'à bloquer ma respiration, je me sens mal et à la fois tellement bien. J'espère qu'il va m'envoyer un message, ce qui ne risque pas d'arriver vu qu'il n'a pas mon numéro (et,   au vu de ce que je ressens,  c'est tant mieux !). Vivement qu'on parte en vacances pour que je m'éloigne et n'y songe plus autant...
En plus, s'il pouvait arrêter de me faire un super sourire chaque fois qu'il me voit ou ne plus penser à me faire coucou, ni à laisser des mots sur mon pare-brise, ça m'aiderait !! une fois que je l'ai vu, je souris comme une imbécile dans la voiture pendant 10 minutes... On dirait Rory avec Jess dans Gilmore Girls !

Source: Externe

Posté par Zofia à 22:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 août 2022

Série - The Split

The split S1

J'ai découvert par hasard cette série sur Arte, créée par Abi Morgan à qui l'on doit déjà River et The Hour et je ne regrette pas, j'ai adoré cette série !
Les deux premières saisons sont disponibles sur la plateforme d'Arte jusqu'au 2 septembre mais il y a seulement 6 épisodes par saison.

The Split est une comédie mélo british vraiment excellente et de grande qualité. On suit les déboires des filles Defoe : Ruth, la mère, Hannah, l'ainée, Nina et Rose, la petite dernière. Les trois premières sont de brillantes avocates qui travaillaient ensemble jusqu'à peu ; mais Hannah a pris la tangente et vient d'intégrer un grand cabinet concurrent. Elles sont spécialisées en droit de la famille, ce qui veut surtout dire qu'elles s'occupent de divorces...

The Split 2

Alors qu'Hannah s'intègre à son nouveau cabinet, son père, absent depuis 18 ans, refait surface et vient bouleverser l'équilibre de cette famille soudée autour de la matriarche, Ruth. Dans le même temps, elle doit repousser les sentiments qu'elle ressent pour un ami de fac et nouveau collègue, Christie.
Si la série est plutôt centrée sur Hannah, elle suit également avec beaucoup d'attention Ruth, qui paraît si distante au premier abord, Nina et ses névroses, Rose et son insouciance superficielle de la petite dernière qui se cherche. A travers cette chronique familiale féminine, The Split s'attarde sur l'amour et ses difficultés, ses fêlures, ses rêves, ses espoirs, ses désirs, sur toute cette mécanique magnifique mais parfois si complexe. Les affaires judiciaires qui sont au cœur de la série sont des affaires familiales, des consultations pour des divorces, qui entrent en résonnance avec les vies des héroïnes, un miroir introspectif qui provoque réflexions et émotions.

The split 5 the split 7

The Split m'a énormément plu, le ton est juste, c'est touchant, c'est drôle, c'est solaire, les héroïnes communiquent tellement bien leurs émotions. J'avais hâte de les retrouver comme des amies. La série est très bien écrite et les personnages particulièrement bien incarnés : Nicola Walker qui joue Hannah, Deborah Findlay (Ruth), Annabel Scholey (Nina) et Fiona Button (Rose). Je les ai aimées toutes les quatre, j'ai adoré les suivre, j'avais envie de les consoler quand elles étaient tristes ou de rigoler avec elles. J'aime beaucoup Hannah mais je ressens également une grande tendresse pour Nina.
Quant aux sentiments d'Hannah envers Nathan (son mari) et Christie (son crush de jeunesse), ça fait du feu !
J'espère que la saison 3 va être diffusée sur Arte très vite ; et si j'ai un regret, c'est qu'il n'y a pas assez d'épisodes !!

The Split

Gif-The-Split

05 août 2022

Rose Madder de Stephen King

Rose Madder

La bibliographie de Stephen King est assez impressionnante, je l’ai imprimée il y a quelques années, elle a déjà pas mal grossi depuis et le nombre de mes lectures n’a pas vraiment beaucoup augmenté… Une fois que je traînais sur Vinted et que j’ai effectué un achat groupé de bouquins d’occasion, j’ai ajouté Rose Madder. Un King des années 90 dont je n’avais jamais entendu parler.

Cela fait quatorze ans que Rosie vit dans la terreur, quatorze ans que son mari Norman lui fait vivre l’enfer, quatorze ans d’horreurs, de coups, de sévices continus, quatorze ans que Rosie survit plutôt qu’elle ne vit. Et un jour, une minuscule tache de sang va tout faire basculer et provoquer une sorte d’électrochoc chez la jeune femme et son départ de la maison.
Partir, c’est déjà se sauver, c’est déjà revivre. Partir, c’est déjà redevenir la vrai Rosie, Rosie la vraie. Mais Norman et ses démons n’ont pas l’intention de laisser partir Rosie sans se battre et il se lance à sa poursuite, animée de folie furieuse. Alors qu’elle tente de se reconstruire, Rosie tombe par hasard sur un étrange tableau, pas très beau mais réellement envoûtant. Elle ne réfléchit pas et l’achète.

Ce thriller est captivant et évidemment très angoissant, malheureusement, il est aussi très actuel. Rosie est une femme battue. Point. Elle n’est pas engagée dans une relation « passionnelle ». Elle est maltraitée, battue, violentée par un cinglé. Et, un jour, Rosie part. Rosie s’enfuit. Le lecteur suit en alternance sa renaissance et la plongée de Norman vers une folie de plus en plus dense. Evidemment, il n’est pas homme à laisser passer cet affront de la rupture sans rien faire et il est bien décidé à faire payer le plus possible à Rosie. J’ai apprécié cette confrontation à distance entre Norman et Rosie, et l’évolution totalement contraire de ces deux personnages. C’est particulièrement bien écrit et la faculté de Stephen King de se mettre à place de ses personnages est impressionnante. Il écrit d’une façon incroyable la folie de Norman, ce qui se passe dans sa tête, mais il sait encore mieux analyser Rosie, notamment au début et sur ces fameuses questions que des personnes externes peuvent se poser, du style « mais comment a-t-elle pu rester aussi longtemps ? »

rose

Et puis Rosie découvre Rose Madder. Et le roman se teinte d’une touche de fantastique. Et Norman se rapproche de plus en plus. J’ai beaucoup aimé cette association de quelque chose de très réaliste avec le fantastique. J’ai trouvé le roman très fort, puissant, intense, flippant. J’ai lu une critique d’une personne qui disait qu’elle avait trouvé Rosie assez naïve, pas combattive et qu’elle avait hâte que Norman trouve Rosie pour qu’il lui foute une branlée et qu’elle se réveille enfin. Honnêtement, je comprends qu’on puisse ne pas aimer un livre mais ces propos me choquent un peu. Même si c’est un roman et qu’il prend un virage surnaturel par moment, le surnaturel n’est là que pour servir de symbolique, appuyé par le côté mythologique. Rose Madder est un roman sur la violence conjugale, les ressorts que celle-ci met en place consciemment et inconsciemment, les systèmes d’emprise et la peur qu’elle génère, l’angoisse quotidienne qui fait que le calvaire ne s’arrête jamais.

Rose Madder tableau

Rose Madder, un roman sur la violence conjugale

01 août 2022

Bilan Juin et Juillet

Nous sommes au cœur de l'été et juillet a été un mois assez agréable au final, avec le beau temps et la chaleur ça a été l'occasion de plusieurs soirées entre amis ou en famille forts agréables. Nous avons découvert un petit resto plein de charme avec des tables dans l'herbe, au milieu de la forêt, très bucolique et romantique avec une cuisine à tomber par terre ! Une belle sortie dans le Mercantour, même sous la chaleur, fait toujours du bien à mon moral, tout comme les 40 ans d'un ami qui se passent en bonne compagnie.
Bien sûr comme l'an dernier, j'ai eu du mal à boucler ma saison de vente directe, mais ça m'a causé moins de stress, juste un peu de fatigue et du ras-le-bol que ça se passe comme ça. Je pense avoir achevé un nouveau cycle de rdv avec ma psy cette semaine. J'en parlerai probablement dans un article courant du mois d'août, j'adore cette femme, et ces séances m'ont à nouveau fait beaucoup de bien. Sinon je me suis enfin achetée un nouvel ordinateur (avec lequel j'écris) mais quelle ne fut pas ma (mauvaise) surprise de découvrir qu'il possédait un chargeur pesant presque 1kg ! Pour un ordi portable, on a vu mieux qu'un truc encombrant avec deux câbles reliant un genre de transfo... grosse déception car je m'attendais à quelque chose de mieux, le pc étant soi-disant un pc gamer.

Côté culture, je vais vous parler de mes lectures et visionnages de juin et juillet.
Juin - malgré le covid, j'ai finalement pas mal lu (et relu) ce mois-ci. Dans les nouveautés, j'ai lu trois récentes parutions de Fleuve Éditions : Les rites de l'eau d'Eva Garcia Saenz de Urturi, La clé du sang de Ruth Ware et Labyrinthes de Franck Thilliez. Labyrinthes qui boucle le cycle entamé avec Le manuscrit inachevé. Il faut que je vous parle de tous ces livres que j'ai beaucoup aimés ! Tout comme L'étrange vie de Nobody Owens, un Neil Gaiman enchanteur et noir. J'ai également lu le Goncourt de 2020, L'anomalie d'Hervé Le Tellier, étrange mais plaisant, assez cinématographique. J'ai poursuivi ma relecture de la série Sharko et Hennebelle avec Le syndrome [E], [Gataca] et Atom[ka]. A noter que Le syndrome [E] vient d'être adapté en série avec Vincent Elbaz et Jennifer Decker, la série est déjà disponible sur Salto et sera diffusée à l'automne sur TF1. Je me rends compte que je n'ai pas vraiment beaucoup parlé des polars de Franck Thilliez, auteur que je suis pourtant avec attention et dont j'ai lu tous les livres. Ces relectures m'ont donné envie de vous en parler dans des articles et j'espère le faire très vite.
Côté télé, nous avons fini le revisionnage de Downton Abbey, vraiment cette série est absolument géniale ! J'ai hâte de voir les films du coup. J'ai également beaucoup apprécié 5ème set sur le monde du tennis (et aussi des médias) avec le très bon Alex Lutz ; tout comme Rouge et Le discours dans des genres totalement différents. J'ai également vu le doc d'Arte, Tu m'appartiens, racines d'un féminicide, glaçant et intéressant.

Juillet – ce mois-ci, je n'ai pas beaucoup lu mais je n'ai lu que des très bons romans ! J'ai lu des deux romans que je m'étais procurée en avril : Blackwater, la crue et Dans les brumes de Capelans. J'ai lu en ebook (ça ne m'arrive jamais donc c'est à souligner ^^) le classique de Gaston Leroux, Le mystère de la chambre jaune, je connaissais l'histoire et j'ai pourtant dévoré ce policier ! J'ai également lu Rose Madder de Stephen King pour lequel je vous prépare un article (déjà écrit, seulement à relire et illustrer !).
Plus de sorties en juillet et donc moins de télé : dans les films, très bonne surprise avec Les 2 Alfred où j'ai bien rigolé, Lui de et avec Guillaume Canet était un peu bizarre mais il m'a plu. Grosse déception au niveau des séries pour Halo, on a peiné pour arriver au bout des 9 épisodes... mal joué, pas très crédible et encore exactement les mêmes éléments dans un truc de SF : d'un côté, des villes toutes propres, très riches et de l'autre, des territoires sales, pleins de sable où vivent des populations pauvres qui s'entassent et qui veulent se rebeller contre le gouvernement des villes propres. C'est un schéma récurrent et qui n'est du coup plus du tout original.
Nous avons (enfin !) fini Peaky Blinders, cette série était vraiment bien au départ et puis, c'est devenu de plus en plus lent et de plus en plus bavard. Par contre, j'ai beaucoup aimé The Tower, The Split et Landscapers ainsi que la géniale saison 4 de Stranger Things ! Côté documentaires, j'ai regardé la série sur Arte Innommable, l'affaire Dutroux, j'avais un peu peur de la regarder, le sujet étant particulièrement difficile, mais c'était très bien fait et elle s'attache surtout à démontrer à la fois les erreurs et les errements de la police et justice belge ainsi que l'impact sociétal de cet événement, très intéressant.

Mois de Juin : 6 films - 4 séries - 1 documentaire - 8 livres (3 relectures)

bilan juin

Mois de Juillet : 3 films - 6 séries - 3 documentaires - 4 livres

bilan_juillet

bilans livres

Lectures en cours

Juste après la vague

jusqu'en enfer

Posté par Zofia à 23:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juillet 2022

L'inconnu de la Poste de Florence Aubenas

Si j'ai voulu lire L'inconnu de la poste, c'est pour plusieurs raisons. D'abord parce que j'adore le monde policier et judiciaire, ensuite parce que c'est Florence Aubenas qui a écrit ce livre et enfin car c'est le département d'où vient ma famille paternelle et j'avais envie de me plonger dans cet endroit.
En décembre 2008, Catherine Burgod, employée de la poste de Montréal-la-Cluse, petit village de l'Ain, est assassinée de 28 coups de couteau dans l'agence postale. Qui a pu tuer Catherine Burgod, fille du secrétaire du maire du village, enceinte de son 3ème enfant et aimée de tous ? Qui, dans cette petite rue où il ne se passe presque rien, a pu entrer, tuer Catherine, ressortir et se volatiliser sans que personne ne voit rien ?
L'histoire de Catherine Burgod est intrinsèquement liée à celle de Gérald Thomassin, espoir déchu du cinéma français, qui s'installe en 2007 à Montréal-la-Cluse, et sera longtemps considéré comme le principal suspect.

Catherine Burgod © Le Progres Gérald Thomassin © COLL. CHRISTOPHEL/LIAISON CINÉMATOGRAPHIQUE/ARTEMIS PROD./ARTE/AFP

Cette enquête de Florence Aubenas est minutieusement écrite et on se plonge dedans comme dans un polar. Montréal-la-Cluse se situe dans l'Ain, au bord du lac de Nantua, juste en face de cette dernière. C'est un petit village paisible du Haut-Bugey, il y a le lac, des pâturages, certains diraient que c'est mort, d'autres que c'est reposant. Une partie de ma famille vient de là-bas, j'y suis peu allée mais je connais Nantua et le lac.

Lac de Nantua © www.ain.fr

Dans L'inconnu de la poste, Florence Aubenas nous raconte le meurtre de Catherine Burgod et l'après, l'enquête, les impasses, le mystère Thomassin. C'est précis et fascinant, elle parcourt Montréal-la-Cluse et on a la sensation d'y être. Ce qui est réellement fascinant et inquiétant, c'est le crime dans ce village et sa non-résolution. C'est très intéressant. On y rencontre beaucoup de personnages : le père de Catherine Burgod, ses amies, le Nouveau, le Futur-Ex, Tintin, Rambouille et bien sûr Thomassin, le beau et fracassé Thomassin, aujourd'hui porté disparu depuis 2 ans...
Cette histoire donne des frissons et j'espère que l'on connaîtra un jour le fin mot de l'affaire. En lisant ce livre, on est frappé par tous ces éléments qui font que cette affaire est encore non-résolue aujourd'hui ; et au fond, ça reste incompréhensible. Ca me semble fou qu'il n'y ait aucun témoin, aucune piste sérieuse et finalement aucun mobile. En tant que personne extérieure, je suis terriblement frustrée devant l'absence de coupable et de preuves et j'imagine à peine ce que peuvent ressentir les enquêteurs devant une intrigue pareille, et encore moins les sentiments de la famille...

L-Inconnu-de-la-poste

 

 

 

Extrait L'inconnu de la Poste sur Lemonde.fr

 

 

 

medaillon-2

14 juillet 2022

Demi bilan

Sans titre 4

Le mois de juin aura été à la fois très bon et très mauvais. La première partie du mois s'est passée sans encombre avec un week-end chez des amis et l'arrivée de nos meubles de salle de bain et chambre. Et puis.... Et puis le carrelage commandé pour la salle de bain est dans un entrepôt qui a brûlé et presque deux mois après la date prévue de son installation, nous avons une belle dalle de béton brut à la place. Et puis, j'ai choppé le covid qui m'a mis sur le carreau presque deux semaines. Pas mal de symptômes différents notamment une rage de dents et un mal de dos, ainsi que des jambes lourdes mais lourdes comme du plomb ; et surtout, une grande fatigue à dormir beaucoup tous les jours et de la toux que je me traîne encore aujourd'hui. Je ne m'attendais pas à être aussi malade que ça, ma 3ème dose datait de mi-décembre, ce qui explique peut-être que mes anticorps n'étaient pas aussi importants et que je l'ai attrapé. Ce covid m'a fait rater plusieurs événements familiaux et amicaux et ça m'a vraiment foutu les boules A cause de ça, j'ai aussi beaucoup ramé pour lire ou regarder des séries, il y en a deux que je n'arrive pas à finir car j'ai eu parfois du mal à me concentrer et tendance à m'endormir. J'espère que ces sensations vont s'atténuer rapidement car je déteste être dans cet état et, surtout je voudrais pouvoir profiter de l'été qui a déjà bien commencé !!
Ces mots datent d'il y a quelques temps déjà. Je ne vais pas dire que tout est de la faute du covid mais indirectement, je rattrape encore le décalage des deux semaines perdues en juin. Je proposerai un bilan culturel plus complet dans l'été et j'espère enfin retrouver un rythme stable, régulier et plus fourni pour le blog...

Posté par Zofia à 11:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
27 juin 2022

Puissante

Lac Chikuminuk, Alaska ©PHOTOGRAPHIE DE Michael Melford, National Geographic Creative

Je l'avais déjà brièvement évoqué ici mais je souhaite en parler plus sur le blog car au final, c'est une situation que je rencontre souvent et qui me fait – malheureusement – de plus en plus souffrir...
Mes parents nous ont élevées dans le respect et la beauté de la nature, dès le début de nos vies et avec des règles simples (ne pas jeter des papiers au sol, ne pas arracher les fleurs juste pour le plaisir, etc). Ces règles sont depuis ancrées en moi comme manger la bouche fermée ou dire bonjour, merci, s'il vous plaît. Le week-end, nous allions souvent nous balader et découvrir cette nature si riche et si précieuse. Et aujourd'hui, mon intérêt pour la nature ne fait que croître. Nous partons en observation animalière et ornithologique, je suis adhérente à Greepeace et à la LPO, je participe au recensement des espèces, je me balade avec un sac poubelle pour ramasser les détritus que je trouve (principalement des bouteilles de vin ou de bière et des cartouches de fusil, super les chasseurs écolos... !).
J'ai depuis longtemps compris que la nature est un système fragile que nous détruisons sans cesse, sans aucun scrupule. La nature est un tout et, ses éléments ne peuvent pas être pris indépendamment. J'ai lu la semaine derrière dans Gataca de Franck Thilliez un passage qui a résonné en moi :

  •  On massacre des hippopotames, se disant qu'ils ne servent à rien. A la suite, des centaines d'espèces de poissons disparaissent. Pourquoi ? Parce que les excréments d'hippopotames fertilisent les eaux des rivières sur des centaines de kilomètres, favorisant la multiplication de plancton et doc, des poissons. Chaque élément, dans un écosystème, a un rôle, une raison d'être... Rien n'est inutile, et tout est incroyablement fragile. Gataca, Franck Thilliez – p. 245

Et au final, c'est tellement ça, c'est tellement simple. C'est une chaîne et si un maillon disparaît, la chaîne peut se casser net.
Et depuis quelques temps, j'ai du mal à situer précisément quand, peut-être depuis le confinement, peut-être avant, je souffre devant certaines situations faites au mépris de cet équilibre. Quand des jardiniers passent toutes les semaines pour couper une herbe qui a, à peine, poussée, je pense aux insectes, aux lézards, aux mini-vies qui ont besoin d'herbe haute et de fleurs pour vivre. Et par ricochet, je pense aux oiseaux qui ont besoin de ces espèces pour survivre ; puis aux prédateurs (rapaces nocturnes, diurnes...) qui ont besoin de petits oiseaux, de reptiles, de batraciens ou de rongeurs pour se nourrir... et tout ça me rend folle ! Triste et en colère face à l'imbécilité de l'humain. Qu'est-ce qu'on s'en fout que l'herbe dépasse 30 cm ?! et puis une belle prairie de fleurs sauvages au printemps n'est-ce pas plus jolie qu'une herbe rase et roussie ?

prairie

Je suis effarée devant l'obsession du gazon propre, court et vert des gens. Pour ceux qui ont un abonnement au Monde, je vous invite à lire l'article : « Le gazon est un non-sens écologique » : et si on rangeait enfin tondeuses, engrais et pesticides ? de Pascale Krémer.
Ça me rend folle quand je vois des jardiniers (oui, je ne les aime pas beaucoup car je pense que la majorité n'aime pas la nature et surtout ne la comprend pas) couper des arbres à la tronçonneuse comme ça sans raison, ou tailler des haies entre avril et août alors qu'à cette période les oiseaux tentent de faire leur nid. Quand je vois mes voisins tondre dès qu'il a fait une averse et mettre des lumières partout dans leur jardin, lumières solaires certes mais qui brillent toute la nuit au mépris de la vie nocturne. L'humain a peur du noir et pour se rassurer, il éclaire constamment, même quand il n'en a pas besoin. Alors oui, une lumière dans son jardin, c'est vraiment super joli, c'est vrai et puis bon une lumière, c'est rien non ? mais quand UNE lumière est multipliée par des milliers et des millions ?! personnellement, j'ai acheté une jolie lumière solaire dans un contenant en verre mais elle a un truc magique, un bouton ON/OFF ! et le soir quand je vais me coucher après avoir allumé une ou deux heures et bien je la coupe, ça ne me coûte aucune énergie. Je vais me coucher, ça ne sert à rien que ça reste allumé toute la nuit, même si c'est du solaire et que ce n'est pas de l'énergie dépensée. Le solaire a cet inconvénient que les gens ne payent pas et donc ils ne sont plus sensibles aux conséquences.
J'ai récemment acheté le livre de Jacques Rousseau-Dufour, Quand la forêt s'en va..., je pense le lire cet été car j'ai vraiment besoin de relativiser par rapport à cela, ces situations me mettent en colère et me rendent triste et au final, ces sentiments ne m'aident pas, ni à mieux vivre, ni à changer les choses.
Je revois ma psy depuis peu et je compte travailler sur ça avec elle. Je voudrais que tellement plus de gens comprennent le fonctionnement de la nature sans laquelle on ne pourrait pas vivre, qu'ils prennent conscience de tout ça car si tout le monde fait un petit geste vu qu'on est 60 millions en France et 7 milliards dans le monde ; au final, ça peut faire quand même beaucoup à la fin.

15 juin 2022

Off

Isolement temporaire. Gorge brûlante. Mal de crâne comme si Nagini et Voldemort voulaient sortir de ma tête. Fièvre aussi. Coucou le covid ? Peut-être. Probable. Cas (ultra) contact. J'attends le résultat du test pcr. Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été aussi rétamée que ça... Je ne peux même pas profiter de ce instant off pour m'avancer dans mes lectures ou articles, pour l'instant, je n'y arrive tout simplement pas. J'espère que ça ne va pas durer.
Positive, c'est confirmé.

Posté par Zofia à 13:23 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juin 2022

Invincible

FUf7M-WXsAAWkiS

Ce week-end, Rafael Nadal a gagné Roland Garros.  Encore. Oui, encore !  Et vraiment qu'est-ce que c'était bien ! Ce Roland Garros a, à mon avis, été l'un des plus durs pour lui. Son parcours n'a vraiment pas été simple et ses combats contre Auger-Aliassime et Djokovic ont été impressionants. Contre le canadien, il n'a pas super bien joué et pour moi, fait beaucoup trop de fautes. Mais contre Djoko, waouh quel match !! quel combat, quelle rudesse !! Des points incroyables, des échanges, des jeux arrachés après de longues minutes, ce match comme une revanche de la demie-finale de l'an dernier perdu contre ce même adversaire. Nadal est entré le mors aux dents et n'a plus lâché. Meilleur match du tournoi et le plus impressionnant. La demie contre Alexander Zverev relève du miracle. Si l'allemand était resté sur ses deux pieds, je ne sais pas si Nadal aurait gagné (avec lui, il ne faut jamais penser que c'est terminé), mais une blessure est venue stopper le parcours de Zverev, c'est ainsi. Et dimanche, Rafa a fait ce qu'il fallait pour que Ruud ne gagne pas. Ce n'était peut-être pas sa plus belle finale ou le plus beau match du tournoi. Mais le numéro 8 mondial n'a jamais su faire basculer les points en sa faveur et Nadal, à l'expérience, a validé les points au bon moment.

Mais surtout ce que je reiens, c'est l'énorme mental, l'énorme capacité qu'il faut pour s'endormir le pied et aller gagner un nouveau tournoi du Grand Chelem. Affoler encore plus des statistiques déjà hors normes. Rafael Nadal a désormais deux titres en grand chelem de plus que Roger et Djokovic, il a gagné 112 matches sur 115 à RG, pour la première fois de sa carrière, il a remporté, la même année, l'Open d'Australie et Roland Garros et vient donc de remporter un quatorzième titre dans un même tournoi. Ca donne presque le tournis. Il a un mental de conquérant, un jeu fulgurant, un respect pour l'adversaire, bref vous l'aurez compris, j'aime Nadal et ses qualités m'impressionnent. Son émotion à la fin du match était évidente. Comme le dit si justement Martin Vidberg dans son dessin pour l'Equipe : on n'a plus de mots pour décrire ce Champion.

Screenshot 2022-06-07 at 12-00-43 On n'a plus de mots pour Nadal

Pour ce Roland Garros, n'oublions pas les adieux émouvants de Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon, les beaux parcours d'Alizé Cornet, Coco Gauff et Holger Rune et la deuxième victoire à Roland pour Iga Swiatek, très impressionnante cette année.

© THOMAS SAMSON - AFP

 Quelle émotion à la fin de ce tournoi 💚

Posté par Zofia à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
04 juin 2022

Un trou dans le cœur

https://ernest.hec.ca/video/DAIP/SAE/deuil/content/

Aujourd'hui, ça fait 10 ans que Papi est mort. Dix ans. Autant dire que j'ai un peu le seum. Ce matin, j'ai pleuré. Ça faisait longtemps. Que je n'avais pas pleuré pour ça, je veux dire. La journée s'est comme étirée, comme pour me faire souffrir le plus longtemps possible. Je pense à ma grand-mère presque plus vivante. Je pense à lui, à ses blagues, à sa façon de faire le pitre sans cesse, à son sourire. Et putain, ça me crève le cœur. Et les larmes remontent, direct. Je pense à tout ce qu'il a raté. Bien sûr, je pense à tout ce qu'on a vécu ; ça, c'est toujours les autres jours de l'année. Mais aujourd'hui, je pense à son absence. Absence qui se répercute sur les murs de mon crâne, qui ricoche et qui me sonne. Le soleil est voilé mais présent. J'ai envie de m'enfermer en moi-même, ne pas parler, attendre demain. Je voudrais que le ciel se couvre, noircisse, se déchaîne pour que la Terre transmette ma colère, ma peine. Je voudrais me connecter à elle et rugir. Aujourd'hui, plus que jamais, je me sens seule.

Papi, tu me manques, toujours, vraiment.

Posté par Zofia à 19:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 juin 2022

Bilan printanier

concert ju_do

Je n'ai pas totalement disparu de la circulation, bien que ça en donne l'impression ! Les vacances sont finies depuis un moment, et comme d'habitude, la reprise a été très sportive (tellement que je me rappelle plus que j'ai été en vacances il y a peu ^^). Nous sommes engagés sur la (dernière ? nouvelle ?) phase de travaux et déjà tout commence bien car la pose du sol a été retardée car celui-ci se trouve dans un entrepôt qui a brulé... heureusement, les meubles pourront être montés malgré tout car ils sont suspendus. Il restera à faire après notamment en termes de déco et de luminaires.
Pour le reste, les choses ne vont pas trop mal. Je retourne voir ma psy, entre autres pour m'aider sur la gestion de mes émotions, par rapport à la nature et à sa destruction. Je pense en parler d'ici peu. Sinon, j'ai également assisté au concert de Julien Doré et c'était vraiment génial !!  Je me suis régalée (à nouveau) et l'ambiance était vraiment top !
Pour ce double bilan, 8 lectures et 20 films/séries/documentaires. Ce n'est pas énorme pour deux mois mais nous avons pas mal fait de balades et sorties. La diminution de mes lectures et visionnages vient aussi en partie d'un nouveau loisir que je n'ai jamais évoqué aussi et qui pourtant est présent depuis plusieurs années maintenant : les jeux de société.
Revenons au bilan culturel, et d'abord un petit point sur les lectures. Plusieurs titres que j'ai beaucoup appréciés notamment L'inconnu de la poste, Du feu sous la cendre ou La police des fleurs, des arbres et des forêts. Un petit bémol pour L'enclave et L'empereur blanc. Si j'ai aimé ces histoires, j'ai trouvé le premier un peu cru et dur par moments et le second, j'ai été un peu gênée par le style, ce qui m'a empêché de rentrer totalement dans l'histoire.
Côté séries et films, pas mal de bonnes choses là aussi.   Mais commençons par la déception du mois : Poulets grillés ! j'ai tellement adoré les livres que j'étais vraiment très impatiente de découvrir l'adaptation télé. Et quelle tristesse ! je n'ai pas beaucoup ri, les personnages n'étaient pas très inspirants, l'intrigue ne m'a pas tenu en haleine et à part LeBreton, c'était plutôt mal joué. Je n'ai pas aimé Top Gun non plus mais comme je n'en attendais rien, c'était moins gênant. Eiffel, en revanche, m'a beaucoup plu ! tout comme Les innocentes, film très bien joué et au sujet bouleversant.
J'ai eu envie de revoir Downton Abbey alors on recommence la série et c'est toujours autant de plaisir ! j'adore ces personnages, l'évolution du monde à cette époque, c'est d'une qualité incroyable. J'ai vraiment bien aimé Yellowjackets et j'ai hâte de voir la suite ! The haunting of Hill House était aussi très bien, Monsieur l'a trouvé lente mais de mon côté, ça ne m'a pas gêné. Au contraire, pour une série d'angoisse, j'ai trouvé qu'elle était différente de ce qu'on peut voir habituellement et ça m'a plu.
Niveau documentaires, je ne peux que vous conseiller La forêt des abeilles sauvages, très intéressant. J'ai adoré me replonger dans l'architecture de Gaudi avec celui sur la Sagrada Familia, magnifique et mystérieux monument ! et bien sûr, Zelensky, l'homme de Kiev apporte un regard sur cet homme devenu populaire et connu dans le monde entier ou presque. Je suis d'ailleurs en train de regarder sa série, disponible sur Arte.

Mois d'Avril et Mai : 5 films - 8 séries - 4 documentaires - 7 livres (1 relecture) - 1 bd

2022

2022

Lecture en cours 

Les rites de l'eau_reduit

Posté par Zofia à 22:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
08 mai 2022

Avis groupé XXXII

Je suis actuellement en vacances et mon bilan d'avril viendra sûrement lors d'un double bilan avec le mois de mai, en attendant je vous propose un petit avis groupé pour parler de plusieurs lectures que j'ai appréciées 😊📚🌺

Dust de Sonja Delzongle 

Dust

Hanah Baxter est une profileuse française reconnue qui réside à New York. La police kenyane la contacte pour requérir son aide sur des crimes étranges : des croix de sang tracées au sol mais sans aucun cadavre ni aucune disparition signalée. Sur place, elle se rend rapidement compte que la population albinos africaine est la cible d'un odieux trafic. Hanah se lance alors dans une double enquête dans la chaleur africaine.

C'est un polar moite et mystérieux que nous propose Sonja Delzongle, j'ai pu ainsi rencontrer son héroïne pour 4 tomes, Hanah Baxter. Si je n'ai pas détesté, je n'ai pas non plus adoré cette lecture... il a manqué un petit quelque chose que ça fasse un effet waouh. Je n'ai pas encore beaucoup lu cette auteure mais j'ai un peu le même sentiment qu'à la lecture de Boréal. C'est bien écrit, l'intrigue est prenante, mais pour moi, il y a quelque chose qui coince. J'ai déjà le second tome dans ma PAL, je pense le lire quand même avec plaisir car ce sont des policiers de qualité.

Du feu sous la cendre

Du feu sous la cendre_reduit

Jack Wade avait tout pour devenir un flic parfait, malheureusement une erreur d'appréciation lui a coûté sa carrière... Le voici désormais expert en incendie auprès d'une compagnie d'assurance en Californie, un excellent expert. Il doit déterminer les causes d'un incendie dans la superbe (et très chère) propriété de Nicky Vale, incendie qui a coûté la vie à Pamela Vale... Jack a rapidement un doute sur les causes de l'incendie et ne va pas lâcher Nicky avant d'avoir découvert la vérité.

Je n'avais encore jamais Don Winslow, je vois son nom régulièrement sur Babelio et sur les blogs, et c'est par hasard que j'ai eu en ma possession Du feu sous la cendre, et j'ai adoré cette enquête de Jack Wade ! Le personnage est un parfait héros : coriace, incorruptible, professionnel et l'on prend beaucoup de plaisir à suivre son enquête. Malgré un nombre conséquent de pages, je ne me suis pas ennuyé et j'ai été fascinée par certains passages pourtant assez scientifiques concernant les incendies (après j'analysais ce que j'avais à l'appart m'inquiétant qu'un incendie puisse se déclencher !!). Don Winslow est donc plutôt doué dans son genre et sans révolutionner le genre mêlant mafia russe et arnaque à l'assurance, il crée un thriller captivant avec des personnages soignés aux petits oignons qu'il prend le temps d'installer. Vous l'aurez compris, Du feu sous la cendre m'a beaucoup plu ! je crois même être un peu tombée amoureuse de Jack Wade 😉

Intuitio de Laurent Gounelle

Intuitio

Timothy Fisher est un auteur de polar qui a du mal à percer, sa vie est tranquille, sans embûche et Al Capone, son chat, lui tient compagnie la plupart du temps. Un jour deux agents du FBI lui demandent de l'aide afin d'arrêter l'homme le plus recherché du pays. Timothy croit d'abord à une blague mais finit par se laisser convaincre d'intégrer un programme des plus ambitieux : un programme secret visant à former les personnes intuitives pour qu'elles accèdent à volonté à leur "pouvoir".
Un peu magré lui, Timothy se laisse entraîner et va découvrir un certain nombre de choses qui vont bouleverser sa vie.

Laurent Gounelle est plutôt connu pour ses livres de développement personnel et de psychologie, il se lance ici dans le thriller (léger) et nous propose une histoire assez captivante. J'avoue que je partais un peu avec un a priori au vue de ce résumé. Mais finalement, comme Timothy, je me suis laissée embarquer. Le livre se lit très bien et assez vite et même si certains points sont un peu gros, Intuitio est plutôt réussi. C'est divertissant, l'action est présente comme la réflexion, le récit est assez ludique notamment en ce qui concerne l'approche de l'intuition, le ton est résolument optimiste (ce qui ne fait pas de mal par les temps qui courent). Mais, je dois le dire, ce qui m'a le plus fasciné sont les remerciements de l'auteur...

Mirrorland de Carole Johnstone

9782265154759-475x500-1

Cat a fui l'Écosse dès qu'elle a pu, s'éloignant de sa ville natale, de son absence de souvenirs et surtout de sa sœur jumelle, El. Lorsque cette dernière disparaît, laissant présager le pire, Cat revient à Édimbourg. Peu après son retour, Cat commence à recevoir d'étranges messages disséminés dans la maison telle une chasse au trésor, ouvrant des portes qu'elle croyait bel et bien closes à jamais, celles du Mirrorland, un monde fantasmagorique que les jumelles s'étaient inventé. Pour découvrir la vérité sur la disparition de El, Cat va devoir les rouvrir et plonger dans son passé.

L'histoire intense de Cat et El, jumelles qui ne se parlent plus depuis 12 ans, et dont la disparition d'El pousse à Cat à revenir dans sa ville natale, dans sa maison d'enfance. Là, le Mirrorland revient l'envelopper tout entière... la fiction et le réel se brouillent, le passé et le présent aussi... qu'est-il arrivé à El ? et surtout que s'est-il passé au Mirrorland à la fin de leur première vie ?
J'ai totalement été happée par cette histoire à la fois thriller et conte initiatique, j'ai retrouvé une émotion d'enfance face au(x) monde(s) que l'on peut se créer, les sentiments fraternels, parfois destructeurs, la proximité, l'amour et la haine. Ce récit de Carole Johnstone mélange habilement thriller psychologique et fantasmes de l'enfance (les cachettes, les histoires, les défis, les monstres...), tout cet imaginaire foisonnant que l'on se crée. Récit original tout que rythmé et prenant, j'avoue avoir quelques petits frissons en repensant à ce livre. Pour un premier roman, c'est pour moi une réussite !

Les monstres de Maud Mayeras

Les monstres MAud MAyeras

Les enfants et la mère vivent dans un "terrier", protégés, préservés des humains prédateurs. Et préparés par Aleph, le père, le protecteur, qui les éduque pour leur future rencontre avec ces humains car ils sont des monstres et ils doivent se préparer pour les affronter. Sauf qu'un jour, Aleph ne revient pas et les prédateurs sont à leur porte. il faudra être fort pour survivre dans ce monde hostile.

Lire un Maud Mayeras, c'est la certitude d'être bouleversé par l'histoire, je me rappelle encore le choc de Reflex que je pense de plus en plus à relire d'ailleurs. Et Les monstres n'échappe pas à cette règle, c’est un roman coup de poing qu’elle nous propose, dur et bien écrit. Avec peu de personnages et une base plutôt simple, l'auteure offre encore une histoire de douleurs et d'émotions, un roman noir fort qui ne peut pas laisser insensible et dont l'actualité récente s'est fait l'écho avec l'affaire Valérie Bacot. Comme dans Lux, un événement climatique vient en plus agrémenter le récit. En 300 pages, Maud Mayeras nous fait traverser un grand champ d'émotions pour cette histoire si immersive et frappante. 

25 avril 2022

De cendres et de larmes de Sophie Loubière

De cendres et de larmesJ'ai lu De cendres et de larmes l'année dernière mais je souhaite quand même vous en parler car c'est un livre qui m'a beaucoup marqué. Ce thriller de Sophie Loubière est angoissant et vraiment prenant !

Madeline et Christian vivent avec leurs enfants dans un appartement beaucoup trop petit pour une famille de 5 personnes. Ils rêvent tous de plus d'espace et surtout d'intimité. Mais à Paris, la réalité du marché immobilier rend impossible ce rêve. Aussi lorsque Christian se voit proposer un nouveau poste avec logement de fonction de 180m², il n'hésite pas beaucoup et accepte cette mutation. Sauf que le logement est le pavillon du gardien du cimetière de Bercy, poste auquel Christian vient d'être nommé.
Peu à peu, tout le monde se fait au cadre mais les parents accaparés par leur métier à l'opposé - Madeline est caporale-cheffe sapeur-pompier - la maison semble se réveiller... Alors que Christian se réfugie dans la peinture et que la chaleur s'abat sur la ville, un changement insidieux s'opère.

Sophie Loubière est une auteure que j'apprécie de plus en plus et avec De cendres et de larmes, elle propose un thriller oppressant dont l'atmosphère se délite au fil des pages emprisonnant les personnages comme les lecteurs. Son personnage central, Madeline, est caporale-cheffe sapeur-pompier et le roman s'ouvre sur une scène dantesque, angoissante et intense à la portée réelle : l'incendie de Notre-Dame de Paris. Par plusieurs aspects, le livre est ancré dans l'actualité (harcèlement scolaire, deuil, place de la femme dans un corps de métier masculin et dans la société) et cela apporte une touche sociale à ce thriller.
Et plus l'intrigue se déroule, plus la tension augmente pour Madeline, Christian et leurs enfants. Un air vicié se répand, malgré la chaleur, on frissonne dans cette bâtisse plantée au milieu des tombes et on voit l'inexorable se rapprocher...
Malgré son ambiance plutôt sombre, les personnages, attachants et intéressants créés par Sophie Loubière apporte ce qu'il faut de lumière à De cendres et de larmes.

18 avril 2022

+3

+3

Un petit passage en librairie a vu ma PAL grossir de trois titres : Les prénoms épicènes d'Amélie Nothomb, le nouveau Olivier Norek qui retrouve pour l'occasion son enquêteur fétiche en la personne de Victor Coste et j'ai craqué pour Blackwater, une série écrite par Michael McDowell et publié en 1983. La couverture est magnifique, c'est la première publication en français chez Monsieur Toussaint Louverture et un tome sera publié toutes les deux semaines jusqu'à mi-juin 😍