Revoir un Printemps

20 janvier 2019

Bilan 2018

Après un début d'année assez compliqué, je vous propose mon bilan de 2018 !

Ce que je n'ai pas aimé en 2018 :
* les décès dans la famille de mon chéri
* le cancer décelé à mon père
* l'hiver dernier beaucoup trop long et déprimant
* la crise des gilets jaunes et tout ce qui va avec
* le chaos du Greta
* la fin d'année chaotique
* le problème avec le chat qui m'a un peu fait perdre les pédale

Ce que j'ai aimé en 2018 :
* les vacances dans les Châteaux de la Loire
* l'achat de ma magnifique bibliothèque et l'absolue impatience (et déraisonnable) envie d'en avoir une nouvelle !
* la neige sur la ville l'hiver dernier
* les Jeux Olympiques en Corée, la victoire de la coupe du Monde de foot et celle de l'Euro de hand féminin
* tous les livres, films et séries que j'ai vu
* les cours que j'ai donné au Greta
* la confirmation de mes progrès en conduite

books

2018 c'est,

82 films vus dont  13 au cinéma
79 livres lus dont 13 bandes-dessinées
41 séries toutes saisons confondues (TWD - The Good Wife - Alex Hugo - The Fall - Maroni, les fantômes du fleuve - The Crown - The Good Place - Mindhunter - Occupied - Castlevania - Murder - Seven Seconds - Meurtres à Sandhamn - La Casa de Papel - Le Chalet - Perdus dans l'Espace - Manhunt : Unabomber - Homeland - The Originals - Collateral - The Rain - Marcella - Requiem - Unsolved - Peaky Blinders - Elementary - Docteur Foster - Désenchantée - 13 Reasons Why - Westworld - Le bureau des Légendes - The Sinner - Elven - Victor Hugo - The Young Pope - Bates Motel - Better Call Saul - Dix pour Cent - Au Service de la France - The Day - Six Feet Under)

Je suis à peu près dans les mêmes chiffres que l'an dernier, même si les livres ont diminué (91) et les séries ont augmenté car sur ces 40 séries, il y en a plusieurs dont j'ai vu toutes les saisons d'un coup ; côté films, c'est exactement pareil que l'an dernier, je suis donc aussi peu contente de ma fréquentation en salle, mais grâce à deux abonnements, j'ai vu plusieurs films sur la fin d'année qui m'ont permis de maintenir ce score.
Pas de tops et flops pour cette fois-ci non plus, plutôt un florilège des déceptions et bonnes découvertes ou coups de coeur de 2018 !
Je vais commencer par les déceptions avec en littérature Les cafards de Nesbo qui confirme mon peu d'affinités avec l'auteur, c'est dommage car les résumés ont toujours l'air prometteur ! Chanson douce de Leïla Slimani et La plage de la mariée de Clarisse Sabard en font partie, tout comme La chartreuse de Parme de Stendhal qui a été très difficile à terminer... pour finir, je parlerais de Karoo de Steve Tesich présenté comme un roman culte mais que j'ai trouvé très vain.
Minuit à Paris, 21 nuits avec Pattie, La part obscure, Gueule d’ange, Manchester by the sea, Ma loute et Syriana sont les films qui m’ont déçus. La plupart de ces films sont des vraies déceptions car ce sont en général des films avec des acteurs que j’apprécie beaucoup ; du coup, je ne m’y attendais pas du tout.
Au niveau des séries, globalement peu de regrets à part pour Meurtres à Sandhamn, Unsolved et La vérité sur l’affaire Harry Quebert dont je n’ai pas dépassé le deuxième épisode. Je dois également noter The Young Pope, même si je ne sais pas si c’était une bonne série ou non.

J’enchaîne directement avec les bonnes découvertes. J’ai vraiment apprécié les saisons 2 de Marcella, The Good Place et Docteur Foster ; tout comme Perdus dans l’espace, Better Call Saul (à mon grand étonnement car je n’avais pas aimé Breaking Bad), Six Feet Under (enfin !), Bodyguard et Homeland. Par contre, gros coups de cœur pour The Crown, Dix pour Cent, Le bureau des Légendes, Berlin 56, Au service de la France et The Day. Je vous les conseille vraiment !
Cette année, je retiendrais plusieurs longs métrages comme Le sens de la fête, Annihilation, Julieta, Les vivants, Thelma, Fleuve noir, Dans la brume, Irréprochable, The Grand Budapest Hotel, Les hommes du feu – pas mal de films français. Et j’ai eu de vrais coups de cœur pour Wild, Magic in the Moonlight, Jusqu’à la garde, Mustang, La tête haute, L’effet aquatique, Légendes d’automne, Cessez le feu, Mal de pierres, Le grand bain ou L’astragale.
Enfin concernant les livres, de très nombreuses bonnes lectures cette année encore avec La fille sous la glace, Tout ce qui est solide se dissout dans l’air, Inavouable, Tuez qui vous voulez, Treize marches, La coupure, La dernière des Stanfield, Amelia, Le livre des Baltimore, Je sais pas, et encore bien bien d’autres… !
Pour les coups de cœur, je garde 1984, Les vieux fourneaux, En attendant Bojangles en version Bd, La maison de la falaise, Le manuscrit inachevé, L’enchanteur, Rester groupés, Entre deux mondes, Torrents, Délicieuse, Culottées 2, Tu tairas tous les secrets, Le seigneur des anneaux, Joyland ou Rien ne s’oppose à la nuit. Tous ces livres m’ayant faits une très forte impression, certains sont des classiques, d’autres bds ou des premiers livres, mais ils m’ont tous vraiment beaucoup beaucoup plu.


Premier livre lu : Treize jours de Valentina Giambanco
Dernier livre lu : Tu tairas tous les secrets d'Hervé Jourdain
Les 50 livres du siècle : 1 - 1984 de George Orwell
Premier film vu : La guerre selon Charlie Winston de Mike Nichols
Dernier film vu : Assassin's Creed de Justin Kurzel


11 janvier 2019

Le trésor du Khan de Clive Cussler

Après avoir découvert Clive Cussler cet été, je poursuis avec son roman d'aventure Le trésor du Khan, lu dans le cadre de mon gage pour le challenge Lis où je te punis.

En plein cœur du Lac Baïkal, l'équipe de chercheurs en sismologie de Dirk Pitt est victime d'une vague de seiche, rien de moins qu'un tsunami dans un bassin fermé. Peu après avoir sauvé une équipe de prospection pétrolière (il est comme ça Pitt, il sauve la terre entière), ces derniers sont kidnappés et le bateau de Pitt sabordé. Commence alors une enquête pleine de rebondissements pour Pitt et ses acolytes qui vont tout faire pour sauver l’équipe de prospection enlevée.

Le trésor du Khan_reduit

Le résumé de la quatrième de couverture est largement surestimé quand il y est fait mention d’une enquête qui va mener Pitt sur les traces d’un trésor fantastique… dans Le trésor du Khan, il est plus question de pétrole et de tremblements de terre que d’archéologie…
C’est d’ailleurs un assez bon roman d’aventures – même si j’ai préféré La poursuite – toutefois, il y a trop de rebondissements pour que ça reste vraiment crédible.
Comme dans La poursuite, on voit que l’auteur connaît son sujet en termes de techniques et de connaissances scientifiques ; vous en apprendrez beaucoup sur les méthodes d’extraction du pétrole, le trajet de celui-ci jusqu’aux énormes pétroliers qui sillonnent notre planète ainsi que sur les tremblements de terre sous-marin. Ceux qui aiment l’archéologie et les chasses aux trésors seront sans doute déçus… s’il est bien question de Gengis Khan dans le livre, c’est surtout pour suivre la soif de vengeance de son descendant qui n’est plus reconnu dans son pays et qui est prêt à faire péter la planète pour que son nom soit de nouveau célèbre.
J’ai bien aimé les parties du début qui se passent en 1281 et en 1937, mais tout le reste du roman est contemporain. Les personnages sont assez sympathiques à suivre, notamment la relation de Pitt avec Giordino et les paysages sont beaux. Mais, au final, on se sera essoufflé pour pas grand chose à suivre Pitt par monts et par veaux (sous l'eau, sur un zodiac, sur une moto en plein désert, dans un aqueduc, en train de se faire attaquer par un faux moine bouddhiste, en train de sauver un bateau qui coule, sur un chariot élévateur, bref dans un très grand nombre de situations improbables ; malheureusement cette répétition est plus là pour le spectacle qu'autre chose (le coup avec ses enfants est un poil trop gros et puis l'auteur qui appelle son héros comme son fils, mais le héros a aussi un fils qui porte le même nom et le fils de l'auteur participe à l'écriture de ce roman, ça fait un peu trop de Dirk tout ça...). Je me suis également souvent demandée où l'histoire voulait en venir, tant je n'arrivais pas à voir de liens entre les différentes parties du livre.
J'espère que ce premier livre de 2019 ne sera pas à l'image de mon année livresque !!

logo

06 janvier 2019

Challenge Les Dames en Noir

Banniere-dames-en-noir-768x271

Vous avez sans doute déjà vu ce logo sur mon blog et pour cause, depuis quelques années, je participe à ce challenge crée par Zina. Mais cette année, c'est moi qui en reprends l'organisation :-)
Pas de gros changements dans cette reprise, mais je vous explique tout dessous. Pour les inscriptions, c'est directement sur ce billet ou sur le forum de LivrAddict !

Le principe

> Lire des romans policiers au sens large (thrillers, polars, romans noirs etc.) écrits par des femmes. En cas de doute sur le genre, donnez le titre du roman que vous souhaitez lire et je vous répondrai le plus rapidement possible
> Les nouvelles, les écrits sous pseudonymes masculins et les lectures en VO sont acceptées
> On peut augmenter de niveau de participation en cours de challenge mais pas régresser !

Les participations

> Les inscriptions se font jusqu’au 10 février 2019. Elles sont ouvertes à tous, un petit article de présentation sur votre blog sera apprécié 😉
> Après vos lectures, vous partagerez votre avis en quelques lignes sur le topic ou avec un lien vers les chroniques de votre blog (n’oubliez pas le logo du challenge !)
> Tous les avis écrits dans le cadre du challenge seront et récapitulés sur le blog tous les 3 mois (plus souvent sur le forum)
> Vous pouvez utiliser le #damesennoir dans vos communications sur les réseaux sociaux mais le challenge n’a pas de page Facebook.

Les niveaux

> Niveau 1 – Karen Maitland : de 1 à 6 livres
> Niveau 2 – Gillian Flynn : de 7 à 12 livres
> Niveau 3 – Karine Giebel : de 13 à 18 livres
> Niveau 4 – Fred Vargas : de 19 à 24 livres
> Niveau 5 – Agatha Christie : plus de 25 livres

Si vous avez des questions, n’hésitez pas !

Le challenge commence officiellement le 10 janvier 2019 et se termine le 9 janvier 2020 !

04 janvier 2019

Bilan de décembre

Décembre

Tout d'abord, je vous présente tous mes meilleurs voeux pour cette année 2019 qui commence, qu'elle soit sereine, pleine de bonheurs, d'amour et de santé.
Dans la continuité de Novembre, Décembre n'a pas été reposant ! comme vous le savez, mon père a plusieurs complications suite à sa radiothérapie et ça nous a pas mal perturbé ; et un décès dans la famille de mon chéri n'a vraiment pas apaisé les choses.... 
Bien sûr, Noël et le réveillon de la St Sylvestre se sont bien passés mais entre le ski, les longs repas hyper caloriques, l'alcool, un gros choc émotionnel, le froid, les heures du coucher de plus en plus lointaines dans la nuit, je n'ai pas commencé l'année en étant reposée !
Je n'ai guère blogué en décembre, beaucoup de taf et un peu la tête ailleurs. Je vais essayer de remédier à ça en janvier. Pour cette année, je reprends le Challenge des Dames en Noir de Zina, je vous en parle bientôt dans un article consacré au sujet. Et je reviens bientôt avec mon bilan annuel :-)
Par contre, j'ai regardé pas mal de films dont plusieurs qui étaient sur ma liste depuis très longtemps maintenant. J'ai ainsi apprécié Diane a les épaules, le second volet des Animaux fantastiques, Victoria, L'appartement, et Edy. Niveau gadins, Geostorm était assez nul et Syriana, malgré un casting sympa, était vraiment trop confus et je n'ai quasiment rien compris ! Pour les séries, coups de coeur pour Better Call Saul, The Day que j'ai vraiment trouvé excellente, Bodyguard et Au service de la France que j'adore !! (Hugo Becker ❤)
Côté bouquins, le tome 3 des enquêtes du département V, Délivrance, m'a encore happé ainsi que La clé de l'apocalypse, qui était mieux que ce à quoi je m'attendais. Coups de cœur pour Hiver Rouge et Tu tairas tous les secrets d'Hervé Jourdain. Un peu déçue par La chambre d'ami et par Visions dont je n'arrive pas à me faire un avis précis.

Mois de Décembre : 14 films - 4 séries - 6 livres - 1 bd

bilan dec 2018

bilan dec livres

Lecture en cours

Le trésor du Khan_reduit

Posté par Zofia à 16:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 décembre 2018

Je n'ai pas été très présente ces derniers jours sur le blog, il faut dire que cette fin d'année n'est pas franchement facile... Mon père a du subir une intervention en fin de semaine, une conséquence de sa radiothérapie, il y avait un risque pour qu'il soit encore à la clinique le 25 décembre, mais tout s'est bien passé et il sera avec nous le jour de Noël. Nous n'aurions jamais pu fêter Noël sans lui et le savoir à l'hosto ce jour-là aurait été vraiment difficile, heureusement que les choses ne se sont pas passées ainsi. Entre temps, nous avons appris le décès d'un membre de la famille de mon chéri, il est donc parti dans sa famille pour la cérémonie demain...
Comme vous pouvez le voir, l'ambiance n'est pas forcément aux fêtes de fin d'année.
Je comptais profiter des vacances pour me détendre, et bien ce n'est pas gagné ^^
En attendant, je vois pas mal de films, je participe à un nouveau marathon de lectures (mais pas de façon aussi intense que je voudrais), je prépare mon bilan mensuel et celui de fin d'année, je commence aussi à préparer l'année qui arrive avec, pour la première fois, l'organisation d'un challenge littéraire car je reprends le Challenge des Dames en Noir crée à l'origine par Zina (plus d'infos très bientôt).
J'espère pouvoir poster un ou deux billets d'ici la fin de l'année. J'espère qussi que pour vous la fin de l'année est plus calme et plus propice aux fêtes de fin d'année.
Je profite de ce billet pour vous souhaiter un Joyeux Noël avec plein de cadeaux et plein de livres ^^

topelement

Posté par Zofia à 21:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 décembre 2018

Zone B de Marie Hermanson

Daniel reçoit une lettre de son frère jumeau, Max - dont il n'a plus de nouvelles depuis des années - lui demandant de venir lui rendre visite dans une maison de repos en plein cœur des Alpes suisses. A son arrivée, Max lui propose un drôle de marché : échanger leurs identités pour quelques jours, le temps pour Max de régler une affaire à l'extérieur de l'établissement et de revenir. Daniel, méfiant, envisage d'accepter. Quelques jours dans un établissement aussi luxueux peuvent lui permettre de faire une pause dans son quotidien. Mais Max ne laisse pas à Daniel le temps de décider et prend la poudre d'escampette.
Quand Daniel comprend qu'il n'est pas dans une maison de repos classique, il est trop tard, il est pris au piège et ne peux s'échapper.

Zone B

Le résumé de Zone B de Marie Hermanson me tentait pas mal depuis quelques temps, le côté maison de repos isolé et la gémellité sont des thèmes qui me plaisent assez, et j'ai vraiment apprécié me plonger dans cette Zone B assez flippante !
Dès l'arrivée de Daniel à Himmelstal (vallée du ciel ou du paradis), on sent que Max possède une personnalité assez excentrique et que Daniel peine à freiner ses ardeurs. On sent aussi que Himmelstal n'est peut-être pas tout à fait une maison de repos ordinaire avec cours de yoga, relaxation et entretien avec un psy ; mais sans arriver à deviner où le bât blesse.
Après le départ de Max, l'ambiance devient encore plus pesante, notamment à partir du moment où Daniel comprend qu'il ne peut pas quitter l'enceinte de l'institut. Un huis-clos à ciel ouvert commence et, tout comme Daniel, on est peu à peu étouffé par Himmelstal et ses secrets, principalement grâce au style de l'auteure qui est vraiment impeccable et sait créer une ambiance très particulière et de plus en plus angoissante.
Le personnage principal est parfois un peu naïf et emprunté mais j'ai bien aimé la gémellité développée ici. J'aurais pu me passer de l'histoire d'amour mais bon finalement, elle s'intègre assez bien dans l'histoire.
Zone B est un thriller bien ficelé qui, malgré son postulat de départ déjà vu en littérature et au cinéma, tire son épingle du jeu grâce à une intrigue originale et bien écrite. Une fois happé par Himmelstal, on dévore le livre jusqu'à la dernière page.

logo

Logo Dames en noir

11 décembre 2018

Stop !

J'ai passé toute la semaine dernière et tout le week-end à fuir la télévision, BFM et leurs reportages apocalyptiques, les débats sans fin, les discours insipides et stupides des gilets jaunes. J'ai essayé d'esquiver le plus possible sinon je m'énerve, je râle face à ma télé et j'en ai marre.
Oui, maintenant, j'en ai marre. J'en ai marre que mon pays soit transformé en une poudrière prête à exploser à cause de centaines de gros balourds qui ne comprennent rien à rien. J'ai aussi peur maintenant, peur quand je vois la violence qui monte crescendo, devant la haine des gilets jaunes envers le président et envers les autres citoyens qui ne sont pas gilets jaunes. Quand on empêche des gens de circuler parce que ces derniers ne partagent pas votre avis, ça s'appelle du totalitarisme...
De plus ce qui m'énerve, c'est qu'à la télé aucun temps de parole n'a été donné aux gens qui ne sont pas des gilets jaunes, qui sont contre ce mouvement, on ne les a vu nulle part, et c'est carrément pas objectif ni égalitaire.

J'en ai marre car les gilets jaunes ne comprennent pas que tout bloquer et tout casser ne mènera qu'à une chose : à une situation économiquement précaire. Car les commerces et les entreprises travaillent moins, voire plus, depuis les blocages. Qui dit moins de travail, dit chômage technique. Qui dit chômage, dit baisse de l'activité du pays et baisse de la croissance, augmentation de la dette, entrée en récession et tout le bordel. Juste au moment où le pays commençait à redresser la barre.
Sans compter que toutes les destructions seront payées par nos impôts, NOS impôts et pas ceux des gilets jaunes qui ne payent probablement pas d'impôts. Rien que ça, ça me fout grave les boules. Les mecs touchent sur tous les plans, et encore quoi ils sont pas contents ?! et qu'on vienne pas me dire que la difficulté quotidienne, je la connais pas, mes parents sont pile dans la classe moyenne et moi j'oscille entre le haut de la classe précaire et le bas de la classe moyenne. Les mois galères sans taf, je connais. Et pire, j'aurais aucun chômage si demain je m'arrête, tout comme je n'ai pas d'arrêt maladie ou de congés payés. Oui j'ai choisi cette situation mais donc la précarité, je sais ce que ça veut dire. Et quand je vois ces mecs qui passent leur temps à des ronds-points mais putain, ça me rend folle !! au lieu de construire des cabanes branlantes, faites des choses utiles pour les autres !
C'es comme de les entendre râler sur les GAFA... je suis sûre que les ¾ publient des vidéos et des photos sur leur facebook via le dernier iPhone et font leurs achats sur Amazon. Putain, ça me fait doucement rire ça. Le système, on le change en modifiant son mode de vie, ses habitudes, mais la plupart ne sont pas prêts à changer. Ils sont contre les zones commerciales et les grands supermarchés mais je suis certaine que tous vont faire leurs courses à Auchan parce que « c'est moins cher ». Mais arrêtez avec ces mots-là !
De toutes manières, le principal problème ne vient pas de trop d'impôts ou de pas assez d'aides, le problème vient des gens. Des gens qui sont envieux et jaloux. La revendication du salaire maximal plafonné à 15 000 € en est le parfait exemple. En France, on n'aime pas les gens qui réussissent ou qui gagnent de l'argent. Je suis totalement contre cette revendication. Pourquoi quelqu'un qui bosse dur, qui a des responsabilités, qui a des employés, n'aurait pas le droit de bien gagner sa vie ?
Les gens veulent plus de sous mais aucun n'a dit pourquoi faire. Je ne doute pas que dans le lot, il y a peut-être des gens qui ont vraiment besoin d'argent – quoique les gens vraiment dans le besoin ne peuvent pas trop se permettre de passer leur temps à faire le pied de grue à un rond-point – mais il y a sans doute des gens qui veulent plus, juste pour jouer plus au PMU ou acheter plus des conneries aux gamins. Des nouvelles consoles, des nouveaux ordis, une plus belle voiture que le voisin.

On peut vivre autrement qu'en dépensant tout le temps. On DOIT vivre autrement qu'en dépensant tout le temps, il n'y a que comme ça qu'on pourra changer le système mais certainement pas en détruisant des magasins ou des symboles historiques.
Cet article est long et décousu mais je ne suis pas en état de mieux organiser mes idées, je suis énervée, fatiguée et triste. Toute cette ambiance ne me facilite pas les choses et j'ai du mal à entrer dans le mode « fêtes de fin d'année ». Je suis plutôt en train de me demander comment faire ce week-end pour aller acheter ce qui manque sans prendre de risque.

Bref, vous l'aurez compris, je suis plus qu'agacée par cette situation et quand je vois que Macron a lâché du lest, ça me dégoûte, et que je m'aperçois que les gilets jaunes ne sont toujours pas contents, je ne comprends vraiment pas... qu'est-ce qu'ils veulent ?? 5000 € d'aides par moi et ne payer aucun impôt ?
Pour terminer, je vous renvoie vers un article du Monde dans lequel je me reconnais à 100 % : Les peurs et l'autre colère des anti-« gilets jaunes »

Posté par Zofia à 14:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 décembre 2018

* Résultat Concours *

Merci à tous d'avoir participé à ce nouveau concours sur ce blog !
Pour ceux qui n'ont pas gagné, pas d'inquiétude, il y aura encore d'autres livres à gagner dans les prochains mois...

C'est Lisou du blog Les pipelettes en parlent, qui remporte le roman de Fiona Barton , bravo à elle !

Posté par Zofia à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 décembre 2018

Bilan de novembre

Novembre

Bon Novembre a été plutôt chaotique et cela sur plusieurs plans...
D'abord, à moins de vivre dans une grotte, les événements qui secouent actuellement la France. Au départ, je trouvais ce mouvement ridicule, maintenant, j'avoue qu'il commence à me faire peur... chaque fois que j’ouvre Internet ou que j’allume la télé, je tombe sur des infos désastreuses. Je ne vais pas plus m'étendre que ça (je pense écrire un nouvel article sur le sujet dans la semaine) mais la situation est confuse, le pays s'enfonce dans cette crise médiocre et renvoie une image déplorable.
Côté perso, tout n'a pas été de tout repos non plus. Nous avons traversé quelques épisodes houleux mais tout semble rentré dans l'ordre. Mon père a commencé sa radiothérapie qui se passe bien pour l'instant. Il est normal, enfin comme d'habitude, actif, sans changement dû au traitement. Je croise les doigts pour que ça continue comme ça. Et malheureusement, des problèmes persistent au sein de l'organisation du Greta rendant mon travail parfois compliqué et délicat mais désormais, je vais prendre les choses différemment !
Côté blog, j’ai repris un rythme un peu plus soutenu (même si on est loin de mon rythme de début de blogueuse) et j’espère bien continuer comme cela. J’en profite pour saluer et remercier mes nouveaux lecteurs, j’espère que vous aurez envie de repasser sur mon blog une fois le concours terminé ;-)

Ce mois-ci, je suis allée deux fois au ciné, j’ai ainsi pu voir Le grand bain de Gilles Lellouche qui est assurément mon coup de cœur du mois !! j’aimerais vous en parler dans un prochain article et vous encourage à aller le voir si ce n’est pas encore fait. C’est drôle, c’est très fin et particulièrement bien joué, il y a de la profondeur, c’est une comédie sociale brillante et intelligente.
Autre coup de cœur, dans un tout autre style, L’astragale de Brigitte Sy avec Leïla Bekhti et Reda Kated sur la vie d’Albertin Sarrazin, première femme prostituée et délinquante à avoir raconté sa vie dans un roman. Un film très beau, très bien joué, ponctué d’extraits du livre éponyme et qui m’a donné envie de me plonger dans les écrits d’Albertine Sarrazin.
A retenir également pour novembre, le film fantastique norvégien Thelma, Irréprochable et Jalouse du côté français ainsi que Passengers côté blockbuster – que j’ai préféré à Premier contact.
En revanche, j’ai été plutôt déçue par Captain Fantastic et Ma Loute… je n’ai pas trop adhéré au concept un poil radical de Captain Fantastic et je ne suis même pas allée au bout de Ma Loute (ce qui m’arrive très rarement). A la télé, j’ai regardé l’adaptation de Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel, et même si l’histoire a été un peu coupée, j’ai bien aimé, c’était bien joué et les images étaient réellement magnifiques.
Côté séries, Dix pour cent a encore réussi à me charmer pour cette troisième saison, j’adore !!! Très appréciée Bates Motel (même si je trouve que les péripéties se répètent un peu) et Better Call Saul. Je reste très perplexe face à The Young Pope, brillamment incarné par Jude Law. J’ai également jeté un œil aux deux premiers épisodes de l’adaptation de La vérité sur l’affaire Harry Quebert et j’avoue que ça ne m’a pas emballé plus que ça… j’ai trouvé Marcus mal joué et le vieillissement forcé de Patrick Dempsey m’a piqué les yeux ! j’en ai même oublié de regarder les épisodes de vendredi soir, ce qui n’est pas très bon signe.
Au niveau des livres, seulement 5 lectures mais je suis contente car j’ai sorti trois livres – dont un encore en cours – qui étaient dans ma PAL depuis fort longtemps maintenant. Comme vous le savez déjà, j’ai beaucoup aimé Derrière les portes, mais également Tuez qui vous voulez d’Olivier Barde-Cabuçon et Zone B de Marie Hermanson. Malheureusement, je n’ai pas accroché (encore une fois) à l’intrigue de Jo Nesbo dans Les cafards…

Et vous comment s'est passé votre mois ? des coups de coeur à partager ?

Mois de Novembre : 12 films - 1 film revu - 6 séries - 5 livres

bilan nov 2018

bilan nov livre 2018

Lectures en cours

Délivrance_reduit

La clé de l'apocalypse_réduit

29 novembre 2018

Derrière les portes de B.A Paris

Jack et Grace sont un couple vraiment parfait. Ils sont beaux, jeunes, riches, amoureux. Ils ont une maison magnifique, Jack est un avocat prestigieux qui s'occupe des femmes battues, Grace est une maîtresse de maison exemplaire. C'est un couple qui fait rêver, un couple idéal, un couple que tout le monde envie. Les amies de Grace lance des piques à leurs maris leur demandant de prendre exemple sur Jack.
Mais une fois les portes refermées, la réalité est tout autre et leur alliance est très loin d'être idéale.

Derrière les portes

J'ai commencé Derrière les portes en pensant que ce thriller allait me plaire mais c'est bien en deçà de ce que j'ai ressenti à la lecture !! J'ai adoré, tout en étant fasciné et éprouvée par cette histoire !
On sent dès le début que quelque chose entre Jack et Grace, l'histoire étant racontée du point de vue de Grace, elle place quelques réflexions étranges pour un couple soi-disant parfait. Et puis on entre dans l'histoire et on est happé par le calvaire de Grace, son impuissance, ce piège sadique qui s'est refermée autour d'elle et de sa soeur Millie, jeune femme de 18 ans trisomique et donc dépendante de Grace. Grâce à l'alternance de chapitres Présent/Passé, on comprend tout ce qui s'est passé pour que Grace se retrouve dans cette situation extrêmement délicate. On s'attache bien sûr à elle que l'on veut sauver, et surtout à Millie, personnage totalement innocent et que l'on veut préserver à tout prix.
J'apprécie énormément ce genre de thriller où dans un quotidien tout à fait banal se trame de sordides et sombres histoires. B. A. Paris, dont s'est le premier roman, s'y illustre avec talent et son page-turner est véritablement palpitant. Bien sûr, on peut se demander comment Grace, femme moderne et intelligente a pu se laisser convaincre, se laisser embarquer dans cette histoire mais il ne faut pas oublier que Jack est un parfait manipulateur, qui sait parfaitement faire ce qu'il faut pour que justement, personne ne le découvre.
Derrière les portes a été dévoré en quelques jours tant j'avais envie de connaître le dénouement de ce thriller psychologique !

logo

Logo Dames en noir

 

25 novembre 2018

Torrents de Christian Carayon

Dans la rivière de Fontmille, on découvre des morceaux de corps. Ils sont rapidement identifiés comme appartenant à deux jeunes femmes portées disparues il y a plusieurs années. La peur ne tarde pas à s'emparer de la petite ville.
Le chirurgien Pierre Neyrat est alors arrêté pour ces deux meurtres. Sa personnalité, son passé inconnu, ses compétences professionnelles et son lien avec l'une des deux victimes - elle était la petite-amie de son fils - en font un suspect idéal et il a été dénoncé par sa propre fille. Cet événement va faire imploser la famille Neyrat et pousser François, le fils, dans une quête de la vérité.

Torrents

C'est le premier Christian Carayon qu'il m'ait été donné de lire et je n'ai pas été déçu, l'auteur mélange habilement Histoire et histoire pour nous offrir un sombre récit.
Le torrent de la Vissalès va trahir Pierre Neyrat, pourtant amoureux de cette rivière et de ses coins de pêche, et avec la résurgence de ces corps démembrés, c'est toute sa vie qui va être balayée. Père de trois enfants, Pierre Neyrat est une personnalité éminente de Fontmille, un chirurgien reconnu, une figure de la ville, mais sur lui plane un doute insidieux, les petites villes n'aiment pas beaucoup les secrets... Il est dénoncé à la police par Marie, sa fille aînée issue d'une première union. Valentine et François, ses deux autres enfants seront emportés dans la tourmente.
François est au cœur de ce drame, Émilie était sa petite amie et malgré son amour pour son père, un doute puissant va s'insinuer en lui.
Comme un cataclysme, l'arrestation de Pierre Neyrat va complètement bouleverser le microcosme de cette famille et pousser François sur les traces du passé de son père. Dans sa quête, il sera aidé par Camus, un ancien flic et meilleur ami de Pierre. Tous les deux fouilleront le passé, celui trouble et peu glorieux de l'après-guerre et celui de Pierre qui cache certains secrets.
Ce qui frappe dans Torrents, c'est la précision, la méticulosité de l'auteur pour nous décrire aussi bien les personnages que la furie du torrent, les décors montagneux et la topographie de la ville de Fontmille. Christian Carayon n'est pas professeur d'histoire-géographie pour rien.
Grâce à son écriture, l'immersion est totale et on entend presque le torrent gronder à nos oreilles lors de la lecture !
Torrents est sans conteste un brillant roman noir, un polar familial à l'ambiance particulièrement bien rendue, pesante, aux personnages fouillés, travaillés, ciselés. Constamment sur le fil, oscillant entre la culpabilité de Pierre Neyrat et son innocence, Torrents offre un suspense tranquille mais intense.

Un exemplaire de Torrents sera à gagner dans les mois à venir !!

logo

21 novembre 2018

* Concours ! *

Comme promis, voici un nouveau concours pour vous permettre de gagner un exemplaire de La coupure de Fiona Barton, en partenariat avec Fleuve Éditions et paru en septembre.

La coupure

Résumé

Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte d'un squelette de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n'y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer.
Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses.
Pour Emma, jeune éditrice en free lance, c'est le début de la descente aux enfers, car ce fait divers risque fort de mettre son secret le plus noir à jour et de détruire sa vie à jamais.
Quant à Kate, journaliste de renom et avide d'une bonne story, elle flaire là le premier indice d'une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches.
Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées... Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

Le mot de l'éditeur

Son précédent roman, La Veuve, a connu un succès international, best-seller du Sunday Times et du New York Times, il a été traduit en 35 langues. Un fait divers est à l'origine de cette histoire à la fois fascinante et inquiétante. Fiona Barton puise son expérience de journaliste pour nous emmener au cœur de l'intimité et du quotidien, om se nouent parfois les pires drames.
Mon avis sur ce deuxième roman de Fiona Barton : La coupure

Conditions de participation

Je ne vais pas compliquer plus les conditions de participation au concours, elles sont identiques à la première fois. Laisser un commentaire sous ce message en mentionnant votre nom et votre participation au concours, n'oubliez pas de bien renseigner le champ de votre email pour que je puisse vous contacter (attention en l'absence de réponse de votre part, je ferais un nouveau tirage). L'envoi se fera très probablement en mondial relay ou colissimo pour la France et par La poste pour ceux qui sont à l'étranger.
Inscriptions acceptées jusqu'au 4 décembre 23h59.
Tirage au sort le 5 décembre.

Posté par Zofia à 17:41 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 novembre 2018

Ras-le-bol Bis

Et bien voilà ces braves (et dans ma bouche, ce n'est pas un compliment) gilets jaunes ont passé leur week-end à se faire chier à des ronds-points pour emmerder des gens qui ne peuvent rien changer au prix de l'essence. Mais ils sont tellement contents de cette expérience enrichissante qu'ils ont décidé de remettre ça hier et aujourd'hui et visiblement demain aussi (rien de mieux à faire les gars ?!).
Et vous vous doutez que ma colère ne s'est pas calmée, au contraire. Quand je vois leur façon de faire avec certaines personnes qui ont essayé de passer en force dans les blocages, je suis complètement atterrée.... Oui parce que la pauvre femme qui a écrasée une manifestante en Haute-Savoie n'aurait jamais écrasé cette personne sans les gilets jaunes. Et résultat, qui va aller en prison ? la conductrice...
C'est un mouvement absolument anti-démocratique que d'empêcher des gens de circuler et d'aller où ils veulent. Qui sont-ils ces mecs pour me dire où je peux aller et les routes où j'ai le droit de passer ? Personne.
Sans compter que j'ai perdu ma journée de samedi car mes clientes ont toutes annulé les unes après les autres ou n'ont pas pu venir à cause des blocages. Un manque à gagner énorme. Ces gilets jaunes sont sans doute salariés et ne connaissent pas vraiment le concept de salaire à la commission. Pourquoi empêcher des honnêtes gens de travailler ? J'ai vu un centre Feu Vert qui a été bloqué toute la journée par 4 pignons et c'est tout simplement scandaleux.
Les gens veulent plus de pouvoir d'achat, payer moins de taxes mais tous ces gens oublient de façon incroyable à quoi sert cet argent... Si leurs enfants peuvent aller à l'école, s'ils peuvent aller à l'hôpital gratuitement, s'il y a cinq semaines de congés payés, le congé maternité, si la police est là, présente dans les rues, si les soldats de Sentinelle et les brigades anti-terroristes sont là et travaillent, si les routes sont refaites, s'il y a l'éclairage public, s'il y a la sécurité sociale, s'il y a des assistances sociales, des organismes de formation pour adultes, Pôle Emploi, s'il y a des marchés de Noël et festivals d'été gratuits, s'il y a le feu d'artifice le 14 juillet, s'il y a tout ça et plus encore, c'est parce qu'on paye des impôts.
Alors ouais, c'est sûr tout n'est pas parfait. On peut s'améliorer sur les retraites pour plus d'égalité et pour plus de sécurité pour les personnes âgées qui n'ont plus de revenus, on peut s'améliorer sur la répartition des ressources. Mais putain, on vit en France, dans un pays où on vous laisse foutre le bordel pour un rien. Allez voir ailleurs, dans les autres pays comment ça se passe. Le rêve d'avoir un salaire identique pour tout le monde et mettre tout en commun est une utopie, mais on peut arriver à plus d'égalité, oui. Je suis d'accord. Mais là, c'est juste ridicule. Participez plutôt à la construction de ce pays avec plus d'égalité d'une façon plus constructive justement.
Et quand j'entends certains gilets jaunes demander la démission de Macron, mais c'est encore pire. Ils ne réfléchissent vraiment pas. Ils ont un discours sans queue ni tête qui concerne tout et n'importe quoi. Et ça commence lentement mais sûrement à me gaver et je ne suis pas prête de soutenir ce mouvement.

La prochaine fois, allez au musée ou à la bibliothèque, merde !

Posté par Zofia à 18:50 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 novembre 2018

Ras-le-bol

Aujourd'hui je vais pousser un coup de gueule. Bon ça n'est pas le premier et ça n'est sûrement pas le dernier ! ^^
Mais ça fait un petit moment que ça n'était pas arrivé, mais là, je n'en peux plus !
De quoi ?!
Des putains de gilets jaunes et de leur « combat » foireux sur le prix de l'essence.
Non mais sérieux les gars ?!
Vous venez seulement de réaliser que l'essence ça coûte cher ? et vous avez sans doute oublié les prix de l'essence il y a quelques années ?
Et puis franchement y a pas une autre cause dans laquelle vous investir ?! genre les centaines de migrants qui meurent en Méditerranée ? ou l'égalité femmes/hommes ? ou la famine au Yémen ? ou le réchauffement climatique ?
Non là, plus personne...
Tous ces idiots me font pitié mais en plus, ça m'énerve à un point inimaginable. Ces pignons qui organisent ces blocages comme si c'était une question de vie ou de mort, employant des stratégies limite militaires pour un blocage qui va emmerder tout le monde.
Ouais, l'essence c'est cher mais c'est pas nouveau ! c'est pas comme si hier l'essence faisait 10 centimes du litre et aujourd'hui 2 € !
Oui ça augmente et alors ? quand il faut acheter la dernière PS4 ou le dernier iPhone à plus de 1100 €, là ça va, c'est pas cher hein ? à 1,52 € le litre, ça vous ferait plus de 723 litres, pas mal non.... Ou ceux qui achetent des gros 4*4 bien polluants ou des diesels de chez Peugeot/Renault à 20 000 balles, eux demain, je suis certaine qu'ils seront en train de bloquer des routes !
Impliquez-vous dans des causes fortes, justes. Impliquez-vous pour les pauvres, les gens qui ont faim, les enfants violés, les femmes battues, putain !!

essence

Posté par Zofia à 09:53 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 novembre 2018

Envahissement

Ma mémoire est comme une énorme éponge, je me souviens d'une quantité incroyable de données inutiles, de données facultatives, qui me remplissent et débordent. Pourquoi je me souviens de la date d'anniversaire de Jonathan qui était avec moi en 6ème, et de manière plus générale de presque tous les anniversaires des gens que j'ai un jour côtoyés ? Pourquoi je me rappelle du prof de chant sexy d'une copine que j'ai croisé quelques fois quand j'avais 18 ans ? Pourquoi je me souviens de personnes avec qui je n'étais pas spécialement amie, avec qui je n'ai rien vécu d'intense, juste des journées de cours interminables ? Et surtout pourquoi eux ne se rappellent pas de moi ?
Il faut toujours que je me souvienne des personnes, des noms, des dates, des lieux alors même que les personnes dont je me souviens m'ont, elles, oubliées depuis des années.
Pourquoi est-ce que dans une ville de province, sur un marché, un très grand marché, sur une large place bordée de platanes, faut-il que je croise, une ancienne copine de la fac ?
En fait, ce n'était même pas croiser, frôler est plus juste, si j'avais tendu les doigts, je l'aurais probablement touchée.
Je la frôle, mes yeux la voient, mais elle, intentionnellement ou pas, ne me voit pas, ne fait aucun geste vers moi. Si elle ne me voit pas par accident, c'est tant pis, mais si elle me voit, sans me reconnaître, sans se rappeler de moi, ça m'angoisse. Même chose si elle décide intentionnellement de ne pas me reconnaître, de choisir de faire comme si elle ne m'avait pas vu. Moi, je me souviens d'elle, et aujourd'hui, plusieurs mois après, je me souviens parfaitement bien de cette rencontre fugace et inutile, de mon regard attiré par des varices sur les jambes d'une grosse femme, puis par ricochet, mes yeux ont croisé les roues d'un caddie et juste à côté, c'était elle.
Mais je ne sais absolument pas pourquoi ma mémoire, mon cerveau, va garder cette information, pourquoi elle ne sera pas archivée comme le reste.
Le pire, c'est que je n'ai pas envie de me souvenir. Je n'ai jamais vraiment été très proche de cette fille et ça m'est complètement égal aujourd'hui de la voir ou de lui parler ; mais je sais que je vais m'en souvenir pendant longtemps...
Je suis à la fois gênée par cette multitude de souvenirs, d'éléments conservés qui s'entrechoquent dans ma mémoire, tout un tas d'informations dont je n'ai que faire mais dont je ne sais pas comment me débarrasser. Et à la fois par les questions sous-jacentes qu'ils engendrent, notamment celle de l'absence de souvenirs de moi qu'ont l'air d'avoir les gens, sciemment ou non. Cela signifie-t-il que je suis si transparente ou peu intéressante que je ne laisse pas de traces ? ou cela signifie-t-il que les gens préfèrent m'éviter quand ils me croisent ? et si c'est le cas pour quelles raisons ?
Ou bien est-ce que je me fais simplement des films et que je suppute trop ? Je ne saurais probablement jamais pourquoi cette fille, avec qui j'ai pourtant fait plusieurs soirées et pas seulement à la fac mais après aussi, ne m'a pas parlé ce jour-là. Et encore moins pourquoi mon cerveau conserve toutes ces données. Je ne sais pas si de l'hypermnésie car tout ne colle pas. Je me sens pas anéantie ou submergée par ces souvenirs, je n'ai pas non plus l'impression que mes capacités intellectuelles soient réduites à cause de ça. Mais ça me soûle quand même un peu de retenir autant de choses, alors que certaines choses plus importantes ou que je souhaiterais vraiment retenir, ne s'enregistrent pas - à moins bien sûr de les apprendre par cœur. De même que j'ignore si avoir tous ces souvenirs est une chose positive ou négative. Est-ce que ma mémoire qui travaille trop maintenant saura me faire éviter les écueils de la sénilité ? ou est-ce qu'au contraire, elle sera tellement fatiguée d'avoir bossée pour rien qu'elle me lâchera plus vite que la normale ? Je me plains de trop de souvenirs, mais je deviendrais folle si je ne pouvais plus me rappeler de rien...

Posté par Zofia à 11:28 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,