Le challenge Thrillers et Polars m'a donné l'occasion de rencontrer des supers auteurs et de lire des petits bijoux, mais j'ai aussi croisé quelques romans assez moyens. Je n'ai pas le temps d'accorder à tous des articles fouillés et longs donc vous allez avoir droit à quelques chroniques groupées, qui vont me permettre de passer la barre des 25 livres lus et chroniqués pour le challenge (catégorie "Même pas peur").

Atlantis de David Gibbins

Atlantis

En 9000 avant J.-C., selon Platon, se dressait, au milieu de l'Atlantique, une île peuplée par des guerriers, les Atlantes. En quelques heures funestes, elle fut engloutie par les flots...
De nos jours, au large de la Grèce. Lors de l'exploration sous-marine d'une épave, l'archéologue Jack Howard trouve un disque en or qui donnerait la clé de la cité perdue. Au même moment, dans une nécropole égyptienne, le professeur Hiebermeyer découvre un papyrus rédigé en grec ancien qui mentionne Atlantis et révèle son emplacement...  Ces deux découvertes remettent en cause toute la science archéologique. Et même les plus sceptiques doivent se rendre à l'évidence : l'Atlandide n'est peut-être pas un mythe...

Le souci quand on attend pour écrire un avis sur un livre, c'est qu'on risque d'oublier des choses... et Atlantis, pour être honnête, ne m'a pas laissé un souvenir très vivace. Je me souviens que c'était bien écrit et que les personnages étaient sympathiques. Mais je me rappelle aussi qu'il ne m'a pas tout à fait convaincue, et cela est dû à deux choses : une (très grande) foule de détails concernant le matériel, les lieux, intéressant mais ça ralentit le rythme ; et que la dernière partie avec Aslan et toute cette histoire de pirate, de trahison, m'a paru un peu fumeuse, dans l'esprit ça faisait très James Bond. C'est dommage car le début était prometteur.

Le tueur hypocondriaque de Juan Jacinto Muñoz Rengel

Le tueur hypocondriaque

Monsieur Y. est tueur à gage. Monsieur Y. est aussi hypocondriaque. Deux activités qui semblent pour le moins incompatible. Aujourd'hui, Monsieur Y. est sûr qu'il va mourir, comme tous les jours. Cette mort risque de l'empêcher de mener à bien son projet de longue haleine : tuer Eduardo Blaisten. Sa cible qu'il attend de tuer depuis 791 jours.

Si vous n'aimez pas l'humour noir, passez votre chemin. Si cela ne vous dérange pas, vous pouvez vous pencher sur ce roman espagnol. J'ai pris assez de plaisir à suivre ce loufoque Monsieur Y. et le récit de ses tentatives d'homicide. On peut dire qu'il ne manque pas d'imagination : tentative d'homicide involontaire (oui il ne faut pas qu'on suspecte le meurtre) par intervention d'une force irréstible, dans un état d'inconscience, par syndrome d'abstinence... En plus de ses tentatives, Monsieur Y. nous raconte son quotidien, ses maladies et nous parle de tout un tas de personnages qui auraient eu les mêmes symptômes que lui, ou de personnages historiques ou mythologiques (Protée, Joseph Carey Merrick, les frères Goncourt, Edgar Allan Poe...). C'était assez sympa à lire, le problème c'est que parfois c'est sans queue ni tête et un peu répétitif. Ça manque un peu de liant et de profondeur pour en faire un super bon livre.

La mort s'invite à Pemberley de P.D. James

La mort s'invite à Pemberley

Six après leur union, Elizabeth et Darcy vivent une vie paisible dans le domaine de Pemberley. Ils y reçoivent régulièrement des proches dont Jane, la soeur d'Elizabeth, et son mari, Charles Bingley. A la veille du bal d'automne, un tragique incident vient troubler ce bonheur. Lydia, l'autre soeur d'Elizabeth, mariée à l’irrévérencieux Wickham, arrive à Pemberley, hurlant que son mari vient d’être assassiné.
Après des recherches, on retrouve Wickham, les mains pleines de sang, à côté du cadavre de son meilleur ami.

P.D. James est une auteur très connue mais c'était la première fois que je lisais un de ces romans. Certains auront peut-être reconnu des noms dans le résumé, c'est normal, La mort s'invite à Pemberley est une sorte de suite criminelle d'Orgueil et Préjugés, le célèbre roman de Jane Austen.
C'était un petit peu osé d'écrire une suite à ce classique de la littérature anglaise et je pense qu'il plaira plus à ceux qui n'ont pas lu le livre, qu'aux fans de Jane Austen. Personnellement, je n'ai pas - encore - lu Orgueils et Préjugés, donc je n'ai pas été choqué des modifications que l'auteur a pu effectuer (notamment auprès du colonel Fitzwilliam). Même s'il sera peut-être plus difficile d'appréhender les antécédents entre Darcy et Wickham (pourquoi il n'est plus le bienvenu à Pemberley), cependant un prologue permet de situer les différents personnages et qui ils sont.
Malheureusement, si l'ambiance est bien rendue, si les intrigues amoureuses, les secrets, les querelles familiales créent avec brio une époque révolue, si on arrive à imaginer chaque pierre du domaine de Pemberley, l'intrigue policière est relativement faible, il n'y a pas vraiment de suspense, ni d'actions. Quelque chose de plus poussée, plus fouillée, plus intense, aurait été un peu mieux, les amateurs de polars resteront un peu sur leur faim, mais ce petit voyage au coeur du Derbyshire reste agréable.

logoduchat_thriller