L'île des chasseurs d'oiseaux

L'île des chasseurs d'oiseaux_reduit

Originaire de l'île de Lewis, au Nord de l'Écosse, Fin Macleod a fui dès il a pu. Il est aujourd'hui inspecteur de police à Édimbourg. Cependant, il est amené à y retourner car on vient d'y retrouver un cadavre avec les mêmes particularités qu'un autre corps découvert à Édimbourg, Fin est donc chargé de l'enquête. Mais revenir à Lewis, c'est faire un voyage dans le passé où rien n'a changé depuis des décennies, comme un lieu hors du temps. C'est prendre aussi le risque de faire remonter à la surface des souvenirs qu'on croyait oublié à jamais.

En commençant L'île des chasseurs d'oiseaux, je pensais que je n'arriverais pas à la finir, car il m'a fallu presque 3 jours pour lire 100 pages ; mais j'ai finalement adoré ce thriller !
Je pense que ce début de lecture un peu poussif est dû à un manque de concentration de ma part, j'étais perturbée par des pensées parasites qui m'ont empêchées d'être totalement à fond dans ce début d'histoire. Après il en fut autrement et je me suis laissée porter par cette vie insulaire où tout le monde se connaît mais où tout le monde a ses secrets. On s'imprègne d'une ambiance totalement dépaysante, et même si je suis en désaccord total avec cette tradition, la chasse aux gugas (le petit du Fou de Bassan), qui sont massacrés chaque année sur l'île d'An Sgeir, elle instaure une ambiance lugubre dans ce roman. Les passages sur ce cailloux battu par les vents sans abri ou presque sont assez angoissant...
L'enquête menée par Fin m'a semblé plus être un pretexte pour raconter son histoire, pour le faire revenir sur l'île de Lewis et le forcer à se confronter à ses souvenirs qui le rongent. C'était prenant, on s'attache à Fin qui semble en perdition aussi bien face à son présent (il vient de perdre son fils) que face à son passé. J'ai aimé les personnages, les paysages, l'intrigue et la fin.


L'île d'An Sgeir

L'homme de Lewis

L'homme de Lewis

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée sur Livraddict.
Après les événements de L'île des chasseurs d'oiseaux, Fin a décidé de quitter la police, sa femme et de revenir vivre sur son île natale. Alors qu'il tente péniblement de retaper la maison familiale, on découvre dans la tourbe le corps d'un jeune homme particulièrement bien conservé. Ce dernier serait mort dans les années 60 et serait de la même famille que Tormod Macdonald, le père de Marsaili, l'amour de jeunesse de Fin. Ce dernier est alors considéré comme le principal suspect. Mais désormais Tormod vit dans les brumes de la maladie d'Alzheimer, et passé et présent n'ont plus de sens.

[Attention étant donné qu'il s'agit d'une suite, cet article peut contenir des spoilers]
Avec L'homme de Lewis on est immédiatement plongé dans l'ambiance dès le prologue et Peter May nous embarque sans attendre sur son île. On y retrouve le vent, les embruns, la tourbe... tout ce qui participe à une ambiance policière particulière. L'auteur alterne des chapitres de l'enquête et des chapitres plus personnels, racontés du point de vue de Tormod. Ce parti pris est très touchant car étant atteint de la maladie d'Alzheimer il n'a plus toutes ses facultés et n'est plus conscient de tout. J'ai beaucoup aimé cette parole donnée à ce personnage. J'ai eu un grand-père qui a eu une sorte de démence proche d'Alzheimer et au quotidien, c'est vraiment quelque chose de très difficile à vivre, et sans doute pour la personne touchée, les choses sont encore bien pires dans les moments où elle est consciente.
Après avoir découvert l'histoire de Fin dans le premier tome, celui-ci sera consacré à Tormod et l'enquête m'a encore semblé être un prétexte pour la raconter - mais ce n'est pas gênant du tout !
Pour le moment, j'aime beaucoup cette trilogie, cette vie insulaire, les histoires de Fin et Tormod qui ont des similitudes, la relation de Fin avec Fionnlagh,cette ambiance, l'histoire de Fin et Marsaili dont j'apprécie le personnage, même si elle peut paraître un peu froide au départ, elle a subi quand même pas mal d'épreuves. Je lirais donc la suite, Le braconnier du lac perdu, avec plaisir et normalement dans une prochaine LC 😉

 

logo-2019