Et que le débat sur le voile intégral en France fait rage.
En France, pays de la liberté
(quoique plus trop ces deux dernières années ^^) mais aussi pays des réfugiés à la recherche de cette liberté qu'on leur vole chez eux.
Oui mais. Certains femmes aujourd'hui jouent la carte du retour en arrière.
Et comme je disais il y a quelques jours, dans des pays du Moyen Orient, les femmes manifestent, se rebellent, se font emprisonner pour ne plus mettre ce foutu voile !
Et en France, ici chez nous, d'autres femmes se complaisent dans un monde ultra conservateur et remettent leur voile.
Dans un langage familier, je dirais que c'est du pur délire.
Sur ce sujet, j'ai lu un article de Caroline Fourest sur Le Monde (édition du 27.06.09), excellent, très juste et très bien écrit qui rejoint mon avis. J'ai été attirée par le titre, plus qu'évocateur :
Et si on allait en voile intégral à la Gay Pride ?
Un extrait et le lien pour le lire en entier Et si on allait en voile intégral à la Gay Pride ?, par Caroline Fourest


"[...] on a tiré sur Neda, cette étudiante de 27 ans qui voulait simplement "plus de libertés". Pour éliminer toute opposition, toute résistance. Le voile de Neda, le sang qui coule sur ses yeux, la corde qui attend Vahid, ce sont les signes d'un monde en lutte. Pour l'émancipation.

Pendant ce temps, sur les trottoirs de France, des Samia ou des Marie-Christine ont choisi leur camp. Celui de la lutte contre l'émancipation. Elles prennent le voile intégral pour rester "pures", se protéger du monde extérieur (tous les autres). Elles ne comprennent pas que leurs grandes capes noires choquent. Elles, ce qui les choque, c'est le manque de pudeur, "tous ces pédés dans la rue" et ces "femmes qui ne se marient pas". Elles sont nées en France, sont allées à l'école, elles ne manquent ni d'éducation ni d'intégration. Elles sont françaises et elles ont choisi librement... l'aliénation. Pour faire plaisir à l'homme qu'elles aiment ou par fierté. Pour montrer qu'elles sont plus pieuses que les autres. Leur voile n'est dans aucun Coran. C'est un uniforme politique encouragé depuis l'Arabie saoudite. Il est censé être plus pudique. Avec lui, pourtant, on ne voit qu'elles. Elles le portent comme on entre dans une secte, avec la foi aveugle des convertis. Mais les groupes salafistes qui leur suggèrent ce choix, eux, sont dans une démarche politique. Comment ne pas s'interroger sur le message qu'ils envoient à travers le corps des femmes ?"