La date de notre anniversaire se rapproche à grand pas. La liste des choses à faire s'allonge. Beaucoup à faire, à préparer, à organiser, à penser. Ne rien oublier. Faire des listes. Barrer. Recommencer. Une étape après l'autre. Et puis des problèmes qui s'ajoute. La famille de mon homme qui a décidé de faire défection, ce sont eux les plus nombreux, ils ne seront que 6. Ils ont tous des choses plus importantes à faire. Alors que mon copain s'arrange toujours pour être présent pour eux. J'ai cru qu'ils étaient plus proches que ça. Je me rends compte finalement que non, qu'ils ne sont pas comme nous à s'appeller, à se confier, à aimer se retrouver et partager des moments tous ensemble. Je me rends compte aussi que je ne ferais jamais vraiment partie de leur famille et qu'ils ne feront pas pour moi, ce qu'on aura pu faire pour eux. De sa famille, beaucoup de gens me déçoivent. J'espère que la fête pour lui sera belle quand même, ses amis compenseront.
J'ai peur que la mante-religieuse vienne. Ma tante ne veut pas venir si elle y est. Comment elle lui faire comprendre qu'elle doit lui montrer qu'elle est plus forte que tout ça ? que venir montrera à cette conne qu'elle n'a pas gagné. J'ai envie de briefer tout le monde histoire qu'elle se fasse snober. Nous la détestons autant qu'elle nous déteste, donc pourquoi jouer les hypocrites à venir ? Je ne veux pas de bordel, je ne veux pas que ça se passe mal. Mais j'aimerais tellement, tellement qu'elle ne soit pas là.

La fatigue commence à se faire sentir aussi. Beaucoup de travail et beaucoup à prévoir. Tout penser, tout gérer. Je suis encore plus contente de ne pas avoir de mariage à organiser ^^
Cet après-midi, cours collectif avec des vieux relous et radins. Envie de rester au chaud, de lire des livres et de boire du thé.