Le massacre des innocents

Le-Massacre-des-innocents-Mallock

Tout commence par un massacre un beau jour d'été, à la Tour Eiffel, un policier ouvre le feu et abat des dizaines de personnes. Mais ce qui semblait être un cas isolé au départ ne l'est peut-être pas... en effet, un peu partout en France et dans de multiples circonstances, des massacres ont lieu. Une famille ici, quelques personnes là-bas, des centaines de morts ailleurs. Rapidement, la psychose s'empare de la France. Est-ce des attaques terroristes ? les fidèles d'une secte ?
Un couvre-feu est mis en place, l'armée patrouille dans les rues mais personne n'est à l'abri et n'importe qui peut devenir victime ou criminel...

Seconde chronique barbare de Mallock, Le massacre des innocents ne fait pas dans la dentelle ! Ce thriller commence fort et ne s'arrêtera plus jusqu'à la dernière page, pas de repos pour le brave Mallock qui va tout donner pour comprendre ce qui arrive aux pays et à ses administrés. Comme à son habitude, Mallock nous propose une intrigue hyper bien ficelée, déstabilisante, prenante et dans ce climat si particulier de terreur post-attentat, totalement angoissante... L'atmosphère est lourde, anxiogène, tout le monde se suspecte, tout le monde est suspect. Alors bien sûr dans le roman, la situation est 1000 fois plus catastrophique, que dans la réalité, mais on ne peut s'empêcher d'y voir les similitudes... Le massacre des innocents aussi bon thriller soit-il n'est peut-être pas la lecture idéale dans le climat actuel.
On y retrouve tous les ingrédients pour que la recette prenne, le suspense est là, tapi, prenant le lecteur à la gorge, j'ai aimé retrouver le fort Mallock et ses soldats, j'ai aimé le personnage de Gilles, commissaire à Bordeaux et ami de Mallock, j'ai aimé que l'Histoire rejoigne l'histoire. Si l'ensemble m'a plu, j'ai cependant trouvé que l'horreur et la barbarie étaient un peu trop détaillées, développées pour moi, c'est très sanglant et violent, mais ça ne m'a pas empêché de le dévorer en 4 jours ;-)

Les larmes de Pancrace

Les larmes de Pancrace

Alors que Mallock est en vacances dans sa maison à Andernos les bains, bourgade située dans le bassin d'Arcachon, son ami Gilles, commissaire à Bordeaux, le contacte pour obtenir son soutien sur une nouvelle affaire. Nouvelle affaire qui touche de près Gilles car c'est un couple d'amis à lui qui est impliqué : son ami Jean de Renom, propriétaire d'un vignoble dans le bordelais, a été assassiné, à priori par son épouse, la délicate Camille. Le meurtre pourrait devenir un véritable scandale car Camille est la fille de Sophie Corneille, députée coriace et favorite de la prochaine élection présidentielle.

Mallock a bien l'intention de profiter de sa piscine où il barbote et de s'occuper de Noémie, sa merlette à l'aile cassée, mais Gilles vient troubler l'été de notre gros ours de commissaire. Bouleversé par la perte de son ami, Jean, il ne peut néanmoins pas croire en la culpabilité de Camille que toutes les preuves accusent. Ayant besoin d'un regard neuf et détaché, Gilles appelle Mallock au secours. Et Mallock, bien que bourru, ne dit jamais non à un ami.
Dans cette quatrième chronique barbare, nous restons dans le bordelais et principalement au Château Corneille de Renom, le vignoble au coeur de ce thriller. Et j'ai aimé ce changement de décor, j'adore le vin et les châteaux et là, Mallock nous immerge totalement dans cette ambiance. Par rapport au Massacre des innocents, l'intrigue de celui-ci est radicalement différente. Pas de meurtres de masse, peu de sang et peu de violence (on reste quand même dans un thriller !). Et j'ai vraiment adoré Les larmes de Pancrace !
L'intrigue prend ses racines très loin, dès l'année 1323 avec le vicomte Pancrace d'Armuth et avec le dernier templier, Gil Gaelian du Gar, et il règne autour d'un vignoble une aura de malédictions et de mystères que Mallock sait très bien rendre vivante. J'ai adoré cette intrigue, assez proche par sa forme du Cimetière des hirondelles. Là encore, l'apport d'éléments historiques m'a beaucoup plu.
J'ai également aimé les personnages rencontrés à Bordeaux, les habitants du vignoble mais aussi le juge Max Balesta et ses copines de poches...!
Bref, un grand cru ce thriller et à la fin, je n'avais qu'une envie : ouvrir une bonne bouteille de Bordeaux !

Logo Polars2