Demain les chats de Bernard Werber  

Demain les chats

Dans ce roman, le lecteur suit Bastet, une chatte autoritaire et qui ne s'en laisse pas compter. Sa servante, Nathalie, lui obéit assez bien et Bastet règne sur son territoire. Cependant, un jour devant la maison de Bastet et Nathalie se produit un terrible évènement à l'échelle humaine : une fusillade dans une école.  
Bastet voit cet évènement avec une certaine distance, étant donné qu'elle ne comprend pas vraiment ce qui se passe. Pythagore, un siamois avec une clé USB fiché sur le crâne, va lui expliquer plusieurs choses sur le monde des humains.  

Demain les chats est un roman qui ne plaira pas à tout le monde, c'est certain. Si on se lance dans cette lecture, il faut vraiment le faire avec l'esprit ouvert, exactement comme quand on lit de la science-fiction.  
Ici les chats parlent, ont des relations sexuelles, réfléchissent, s'interrogent. Impossible de poursuivre sa lecture, si on n'accepte pas de lire ça l'esprit libre. Il ne faut en aucun cas le voir comme une encyclopédie sur les chats. Certes, on y apprend des choses mais un des héros a quand même un trou dans le crâne pour brancher une prise USB...  
Une fois dépassé cela, on lit ce roman comme on lirait un roman de SF. Nos héros, Bastet, Pythagore, Angelo, Nathalie et puis plus tard Esmeralda et Wolfgang, vont se retrouver propulsés dans une France en pleine guerre civile. Le chaos et la peur règnent. Il s'agit donc ni plus ni moins d'un roman survivaliste où les héros sont des chats. Et les ennemis, certains humains qui souhaitent les manger, des chiens mais surtout des rats...  
J'ai passé un assez bon moment de lecture, ce n'est sans doute pas le roman du siècle mais c'est original et inattendu. On s'attache aux personnages, même si Bastet est un peu une tête à claques ^^  

Nos années sauvages de Karen Joy Fowler 

nos-annees-sauvages-913585

Rosemary est une enfant assez joyeuse et vive mais terriblement bavarde. Tellement bavarde que ses parents lui demandent souvent de commencer une histoire au milieu... Mais après la disparition de sa sœur, Fern, et le départ de son frère, Lowell, Rosemary arrête de parler ou presque. Et Rosemary décide de raconter son histoire en commençant par le milieu, c'est-à-dire lorsqu'elle est à l'université.  

[Attention Spoilers] Bon autant le dire de suite, je suis très partagée sur cette lecture... je l'ai trouvée assez étrange, surtout au niveau du style, et je n'ai pas tellement compris le but.  Nos années sauvages raconte la vie d'une famille en apparence assez banale, à ceci près qu'une des enfants a disparu et l'autre est parti. Déjà pendant un bon moment, on ne se doute de rien mais en fait Fern, la sœur de Rosemary, est un chimpanzé... oui ça déstabilise pas mal au moment où on l'apprend ! 
Aux Etats-Unis, dans les années 70, de nombreuses familles ont adopté un chimpanzé en vue de faire des recherches sur ces derniers mais aussi sur l'éducation avec des enfants. Le truc est un peu sordide, aussi bien pour les enfants que pour les chimpanzés. On y apprend plusieurs choses sur les expériences qui ont été faites dans ces années-là et franchement c'était assez moche.  

En dehors de ça, le roman est un peu vain. On suit Rosemary qui est totalement paumée parce que ses parents ont été des mauvais parents, qu'ils ne lui ont jamais rien expliqué, qu'ils ont déménagé sans lui dire et qu'elle s'est retrouvée dans une chambre inconnue en se réveillant... le problème c'est que Rosemary s'en rend compte plus tard mais n'ose jamais les affronter, les confondre. On sent pourtant une vraie souffrance chez cette jeune femme qui se surnomme la fille-singe. En plus de cela, le récit est complètement mélangé et l'auteure passe du présent au passé, sans transition, les événements sont racontés sans lien, et je me suis un peu sentie perdue quelques fois.  
Le sujet de fond est intéressant mais je l'ai trouvé mal exploité et noyé sous un récit décousu. 

American Stranger de David Plante 

American Stranger

Nancy Green est une jeune femme juive ashkénazes, ses parents ont des origines allemandes et russes. Mais aujourd'hui, elle se doit d'être heureuse. Elle est étudiante et multiplie les rencontres avec des hommes. Malgré tout, elle sent peser sur ses épaules le poids du passé et de la religion.  

Là encore, un roman que j'ai trouvé assez moyen (3 semaines pour lire 250 pages...). Le résumé de départ aurait pu être intéressant mais Nancy enchaîne les mauvais choix et ne va jamais au fond des choses, ne se confronte pas à son passé, ni à ses parents. Du coup, il n'y a pas de réelles avancées, plutôt une succession de moments qui se ressemblent jusqu'à un mariage calamiteux. Le questionnement sur les origines, la religion, l'identité n'est pas poussé, ni approfondi.  
Je n'ai pas été autant déçu que pour Nos années sauvages car je n'en attendais rien, mais bon ça reste quand même une lecture frustrante